Connexion

Récupérer mon mot de passe

Concours Free Music Festival

Dim 11 Mai - 16:33 par Soss Mayo

Bonjour à tous.

Le festival Free Music vous propose de gagner une place pour le festival le jour où jouent les Offspring



Pour cela, répondez à la question:
Sur quelle scène joue Offspring au Free Music Festival ?

Les réponses sont à m'envoyer par MP avant le 1er juin, 23h59.

Le vainqueur sera tiré au sort parmi les bonnes …

Commentaires: 121

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


[6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:02

Qwzk1 a écrit:Ma review certainement truffé de fautes d'ortho , d'oubli de mots , etc,...
à la fin ça semble baclé et c'est normal parce que j'avais un peu la flemme de tout détailler mais bon enjoy quand même :




Dimanche 5 Juillet ( Bon anniversaire Punkix ! ) mon téléphone me réveille vers 10h00.
Ca y'est , cela fait bientôt 3 ans que je me suis inscrit sur l'AF suivi du forum actuel , bientôt 3 ans que j'attendais de vous voir
tous , ça allait être quelque chose...

Mon train pour la gare du Nord est à 11h24 ( je crois , je sais plus , bref osef ) , partant un peu tard , j'ai failli le louper mais ça n'aurait pas été très grave mais bon je réussi quand même à l'avoir.

Arrivé gare du nord je regarde direct l'immense panneau qui affiche les correspondances et me rend compte que le train de qq est en retard de 15 minutes ça commence bien loule.
Un moment j'entend qu'un train en provenance de Lille va bientôt arriver , je me dis que c'est peut être le train de qq malgré que ce train n'a pas 15 minutes de retard , je me tape tout le quai ... pour rien en même temps ça faisait passer le temps...
Finalement vers 12h20 son train arrive enfin , haha je commence à flipper d'impatience de le trouver je me retape encore à nouveau le quai mais ne le trouve pas , je m'étais dit que je voulais pas l'appeler ( je voulais le trouver en le surprenant ) mais bon vu que je le trouve pas faut bien que je me décide à l'appeler , d'ailleurs je me rend compte qu'il m'avait laissé deux messages : l'un disant qu'il avait du retard , l'autre me demande où j'étais , je l'appelle donc et là pas de réponse ( qq c'est le mec qui éteint son portable tout le temps et l'allume de temps en temps pour voir ses messages , c'est pratique pour le joindre ) mais bon après deux tentatives pour le joindre il répond :

"Ouai mec c'est moi , t'es où ?"

"Bah chuis devant le quai"

"Ah non j'y suis t'es pas là"

" Mais si je te dis !"

"C'est bien le quai 7?"

" Non le 9"

"Ah"

Je tourne la tête et voit un homme avec son portable à la main ça y'est nos regards se sont enfin croisés , serrage de main et les banalités d'usage de personnes qui savent pas quoi se dire : "Eh ton train a eu du retard ! , "Ah ouai t'as vu "

C'est marrant on a beau se parler tous les jours on savait pas quoi se dire , on se décide à sortir de la gare pour aller dehors , pour rien en fait , vu qu'on s'est arrêté quelques mètres après pour discuter un peu de ce qui allait nous attendre.

On reprend donc le train vers Chantilly sans prendre de billet , d'ailleurs on aura de la chance car arrivé à destination un contrôleur arrive dans notre compartiment mais bon trop tard !
Direction un "Champion" pour acheter de la bière et faire mon premier plein , petit hésitation sur le choix du pack finalement on prendra des binouzes qu'on doit ouvrir au décapsuleur mais on l'a pas calé tout de suite seulement quelques minutes après en sortant quand qq a voulu boire une bière direct , il a tué un de mes briquet pour le faire mais il a réussi.

Ca y'est le voyage va commencer , mais il fallait rentrer les coordonées pour le gps , je tappe donc Reims et je me souviens avoir vu Reims - Aquitaine ( le Reims où on devait aller c'était en Champagnes Ardennes ,mais pendant 20 minutes on a rien vu jusqu'a ce que je me dise que ça faisait quand même 450 km pour aller à Reims ça allait être long , bref on a compris que quelque chose n'allait pas , on a commencé à taper des barres loules , après j'ai essayé de re régler le gps pour le bon Reims mais j'y arrivais pas j'ai donc mis Tinqueux ( me souvenant que Mimile habite là bas et que c'est pas loin de Reims donc ) et là c'était bon.

Début de voyage avec je sais plus quoi en fond sonore , des trucs divers il me semble.

Un moment pendant le voyage je me dis que vu qu'on allait à Tinqueux , on allait en profiter pour voir Mimile , on l'appelle donc et il nous dit qu'il y'a pas de problème !
Aurélien nous dit que par contre il ne pourra pas nous rejoindre sur place , qu'il faudra venir à Reims même , c'est ce qu'on fera.

Arrivé à Tinqueux , nous nous posons près d'un jolie place avec une jolie fontaine avec un jolie mariage mais il faisait pas beau , on commence à délirer avec qq : "Mimile fait sa communion , regarde il est là , ... ,..."
Finalement 15 minutes plus tard on aperçoit Emile qui arrive en se marrant en apercevant qq : "Putain qq t'es vrai "! , et là on commence à parler , puis on lui qu'on doit aller à Reims chercher Auré et Mimile décide de nous accompagner pour notre plus grand bonheur !

Durant le voyage on s'écoute du Blink , on fait des vidéos , on se marre lol , on a failli se manger une voiture mais grâce à qq je l'ai évité.

Arrivé à la Cathédrale de Reims ( qui ressemble de façon troublante à cette d'Amiens d'ailleurs ) Aurélien par portable nous informe qu'il sera là dans une vingtaine de minute , on profite donc de ce laps de temps pour aller se balader , notamment dans la Fnac de Reims où Mimile nous enseigne toutes ces techniques d'Arsène Lupin , puis on revient à la Cathédrale où Mimile prend ses tofs , c'était convivial , on délirait bien et tout , Mimile nous parlait d'Aurélien : "Ouai ce mec il va devenir maire de Reims " , j'ai imité la scène Moun'/ Tony à Mimile ( j'avais oublié au trab' de le faire) ,et Aurélien arrive donc à l'heure convenu avec son sac de ouf lol.
On retourne à ma voiture et on bavarde encore un peu , on essaye en vain de convaincre Mimile de venir mais il peux vraiment pas , on a du mal à partir , Mimile nous ouvre une bière et en fout partout , je lui passe un mouchoir qu'il va encadrer dans sa chambre a il dit et puis finalement après une bonne heure passé à Tinqueux / Reims , on quitte Mimile au son d'Half Truism.

Et nous voilà parti , on parle beaucoup au début et de moins en moins lol , on écoute les offs , je fais chier qq avec les questions que je lui pose tout le temps sur msn :

" Ca veut dire quoi Shit is fucked up , ça veut dire quoi Rock in a casbah , t'arrive à faire le solo de Trust in you , tu préféres Pete ou Tom , etc , ... "

C'est bien de poser ces questions IRL

Mais pourtant cette ambiance allait se dégrader , quand en sortant de l'autoroute ( pour en rejoindre une autre ) , on se rend compte ( longtemps après ) , qu'on retourne vers Paris ( si si je vous jure ) , je fais demi tour mais rien à faire le GPS fait que de la merde , j'ai dû violer ( pas de jeu de mot douté loule ) deux trois fois le code de la route de façon assez grave mais le GPS est nase , on décide donc d'acheter une carte de france loule ( d'ailleurs Auré , tu l'as oublié dans ma voiture ) et avec la carte on arrive finalement à avancer plus facilement que par le GPS , n'empêche on a perdu facile une heure sur le trajet totale ( et de l'essence aussi , sans compter les auto péage pour rien vu qu'on tournait en rond bref...) pendant le voyage on a appelé Guilhem , qq a pu lui parler , moi aussi ( c'était le moment où Auré était entrain de conduire sur la nationale quasi déserte ) mais bon ça a dû remuer plus le couteau dans la plaie qu'autre chose oopah...

Nous sommes passé de Troyes à Vesoul assez vite mais de Langres à Belfort ce fut INTERMINABLE , on commençait à être fatigué et à raconter des conneries et au fur à mesure qu'on approchait de Belfort l'excitation montait, bref sur les coups de 00H00 ( en gros , vraiment en gros )on arrive à Belfort , on appelle donc Martin et là loule , l'histoire de la Nissan micra qui tourne en rond commence.

Voilà clairement comment ça s'est passé , Martin nous dit :

" Vous arrivez à Belfort vous allez trouver des panneaux , eurocks vous les suivez , un moment vous allez plus les voir mais vous continuez quand même , un moment vous allez voir un grand parking avec plein de voitures , vous ne vous arretez pas là ( oui il l'a dit d'après qq ) vous continuez un moment vous allez croire être perdu mais non en fait continuez "

"Ok merci Martin à tout de suite" ( à dans 1h30 quoi )

On trouve les panneaux eurocks très facilement , on les suit très facilement , et on trouve ce fameux parking très facilement mais bon on ne devait pas s'y arrêter , on continue , on croit être perdu c'était donc bon signe , jusqu'a ce que l'on voit un panneau eurock qui allait en sens inverse loule...

On rappelle Martin , celui ci nous dit qu'ils sont au parking des eurocks point. , ok mais c'est où , à peu près les même explications que précedemment , commence le valse des policiers à qui on pose la question : " Vous savez où se trouve le parking des eurocks ?" avec toujours la même réponse que je ne comprend pas " C'est à la sortie de Chaux , blabla , je décrochais tout le temps leurs explications.
On décide malgré tout de rentrer dans le parking une première fois ( je sais plus pourquoi d'ailleurs , parce que ça nous semblait évident je crois ) pour voir comment c'était mais on s'est dit que Dark et Martin étaient pas là , c'est ainsi qu' on part.

L'énervement commençant à me gagner je commence à déambuler au hasard en appuyant assez fort sur le champignon jusqu'a ce qu'un policier me dise de lever le pied.

Mais ça ne réglait pas notre problème.

Après avoir longtemps tourné en rond , on décide résigné de dire aux deux admins qu'on les retrouvera demain et qu'ils sont introuvable et qu'on comprend pas et que ça saouuuuuuuuuule.
On appelle donc Dark cette fois , on lui dit qu'on a trouvé qu'un parking avec de l'herbe où y'a plein de voiture et il nous dit : "Mais c'est LA qu'on est !!"

????

On y retourne ils nous disent qu'ils sont dans l'allée Q ( comme qq c'est pour ça que je m'en souviens ) on y va on les trouve pas ( il faisait noir aussi ) , on les rappelle , je demande à Dark de klaxonner , j'entend rien , on se rapproche et tout à coup on entend : ARTHUR , GROS BATARD !!

Là je suis content de les trouver mais vénère d'avoir tourné en rond alors qu'on les avait à porté de main depuis le début...

Et oui ils étaient bien là , torse nu dans leur voiture (hum) ça y'est nous voilà enfin réuni.
Moi en fait j'étais pas bien , j'avais mal au bide mais pas le mal de ventre relou mais supportable mais rééllement un truc qui faisait mal donc j'ai pas trop profiter des premiers tripes et je suis allé me poser dans ma voiture en ésperant que ça passe , les autres sont restés à parler , Dark m'a filmé avec sa caméra dans ma souffrance^^


Le lendemain ou plutôt deux heures après on se reveille avec qq qui avait pas très bien dormi je crois , Aurélien lui occupé tout la banquette arrière pépère.
J'avais encore un peu mal mais ça allait mieux on se décide à aller chercher un truc à manger.

J'ai pas trop kiffé ce moment car j'étais pas trop bien et y'avait rien quoi , on a trouvé une pauvre boulangerie où on a acheté des pains au chocolat avec qq bref histoire de se mettre un truc sous la dent.

C'est Aurélien qui propose l'idée d'aller chercher Burny à la gare non sans avoir mis un peu d'essence quand même ce qu'on fit et on préviens Burny qu'on vient la chercher et elle accepte.
Le temps du trajet nous permettra de pas trop galérer à la gare et finalement son arrive , et voilà Burny qui arrive avec Amélie , ça m'intimidera tout le temps ces rencontres forumique , on parle un peu et on retourne à la voiture direction le parking.

Et nous voilà avec les deux filles en plus

Je retiendrais Burny avec son petit message à qq : "Il sourit Kouwouz des fois ?"





Et qq qui en rajoute en plus : "Ouai il a pas déliré avec Mimile " ( ce qui est faux )

Après un autre moment mémorable , le resto à la pizzeria ( j'avais la daaaaaale) , tout le monde a pris un menu eurocks sauf moi et Auré ( une pizza pour nous )
Le service fût assez ( très ) long mais bon ça nous a permis de passer plus de temps ensemble

On retourne une nouvelle fois dans notre QG ( en plus y'avait personne autour de nous c'était agréable ) et on attend TOUS les autres.

Apparemment ils ne devaient pas tarder , on cherchaient tous le Berlingot de Marie s'extasiant dès qu'on en voyait un ( surtout moi ok ) mais finalement on ne le verra pas arrive jusqu'a ce que Nemesis nous indique qu'ils étaient tous arrivé et qu'ils étaient à l'allée D ( nous étions à la ... je sais plus mais très loin ) ce fût donc la marche vers le reste du forum qui sembla très longue et voilà j'apercois Zem' d'assez loin , je lève mon bras , il lève le sien , on les a trouvés .

Xavier s'approche trop la classe ce mec prieeeee , trop grand aussi ses premiers mot : "Ca fait plaisir"!
Puis vient Marie :"KOUYOUUUZ " qu'elle me dit, acolade avec elle depuis le temps qu'on l'attendait cette rencontre !!
Puis on salue tous les autres ça fait trop plaisir , assez étrange aussi , Bigyo', Kao' , Mangouste , Farid ( c'est l'un des rares qu'on appelle pas par son pseudo d'ailleurs loule ) , Nem' et PAPY ( membre relativement récent mais très bien intégré ça fait plaisir ), quelle plaisir de tous les (re)voir !

On discute et on décide rapidement de prendre une photo , ce sera un type de l'orga qui s'y collera , je sais pas qui a la photo.

Et puis naturellement on se dirige vers les navettes nous emmener vers le site.

La queue est assez rapide en fait mais au moment d'arriver dans le navette , se rendant compte que le forum allait être séparer dans le bus , on décide de laisser passer quelques personnes pour combler un bus
Zem: " Y'a 20 000 personnes au fond de la queue qui vont nous maudir "

Puis un autre bus arrive et on rentre tous dedans

[...]


Dernière édition par Papy le Dim 4 Jan - 22:07, édité 2 fois

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:03

[...]

Qwzk1 a écrit:Durant le trajet Farid fait lire à quelques membres ( dont moi ) la page 4 de la BD avec une apparition de François notamment

Encore une queue , on croise des oufs qui vendent encore des places ( quel courage )

Finalement ça va très vite 20 000 fois plus vite que le Hellfest par exemple , sauf que comme au Hellfest il pleuvait putain...

Arrivé devant le contrôle des billets la meuf arrive pas à décoder le code barre ( ou je sais pas quoi ) , petit moment de flippe de ma part , elle me dit d'aller dans une file pour le faire contrôler , et heureusement pour moi y'a eu aucun souci .

Le site aurait été magnifique si il avait fait beau mais c'était pas le cas , le sol était boueux , ça m'énervait je me sentais maudit ...

On se dirige vers le chapiteau pour aller voir un groupe dont j'ai oublié le nom ( je l'ai jamais su en fait je crois ) mais ça me plaisait pas trop et puis après on reste pas en fait et on se dirige tous ensemble un peu au hasard ( oopah je sais plus ) on va voir les boutiques de tee shirt ( avec les tee shirt Hammerhead du pauvre à 30 euros !)
Puis on va à la Fnac et après je sais plus trop loule , tout ce que je sais c'est qu'un moment je me suis retrouvé seul avec Farid dans la fnac , il m'a présenté à des potes à lui , puis on est reparti à la recherche des membres qui étaient tous sous les arbres , de quoi a on parlé je ne sais même plus , toujours est il que le concert de MGMT allait commencer ce qui fait que certains membres sont partis les voir , moi ça ne me disait rien je suis donc allé faire un tour , sur le chemin on m'as offert des bonbons à la menthe (intéressant non) et sentant que Cali allaient bientôt commencer je reviens en arrière en éspérant par miracle tomber sur un membre et ... miracle je tombe sur un membre en l'occurence c'est qq , il cherchait les gens lui aussi , on décide de s'approcher de la foule pour aller voir Cali et on a vu Cali...
Ca a duré longtemps je vais pas dire que ça m'as déplu mais bon quand on est pas fan voilà quoi , qq ça l'a fait chier je crois , c'est sûr même.
Cali est un ouf , au moins il met de l'ambiance , sur ce point c'était sympa.

A la fin du concert on décide de s'approcher de Babyshambles qui avait commencé d'ailleurs , la boue était vraiment chiante , c'était de la grosse mélasse bien relou , et malheureusement surtout pour qq quoi on a pas vu le concert , du moins quelques secondes j'ai pu apercevoir Pete avec beaucoup de mal ( on était sur le côté )

Comment j'en avais trop marre de la boue , je dis à qq que je m'en vais à Offspring , du coup il décide de m'accompagner.

On s'approche facilement et on attend , l'attente ne m'a pas semblé interminable avec les conneries qui passait sur les écrans géant ça passait le temps.
On a assisté aux balances , puis vers la fin de l'attente , qq me fait remarqué qu'il a apercu Pete , ce que je confirme , puis j'apercois , Noodles , Dexter aussi tous cachés bien sûr.
Je dis à qq qu'ils vont commencer par Bad Habit , il semble pas convaincu me disant que c'est pas forcémment le cas , moi je pensais le contraire , et finalement Pete donne raison à qq en démarrant Americana , et voilà le concert commence , je perd qq relativement vite une fois seul dans la foule j'arrive à apercevoir Zem :

HEEEYYYY ZEM !!

OOOOOHH KOUWOUUZZ (ou ARTHUUUUUR je sais plus )

Y'avait Perrine aussi elle semblait fatiguée , enfin c'était que le début , et voilà j'arrive à rester avec eux durant tout le concert , pendant WDYGAJ , je remarque qu'un mec demande à un autre si il veut qu'il l'aide à slamer, ce dernier refuse , je lui demande donc s'il peux m'aider , ce qu'il fait sans problème.
C'est bien connu que WDYGAJ est LA chanson pour slamer mais bon , je me retrouve rapidement devant les barrières et là un connard de vigile m'attrape et me met de l'autre coté de la barrière , j'étais à l'extrémité de gauche de la scène j'ai dû retraverser tout le public mais avec assez de chance finalement j'arrive à retrouver Zem' et Burny.
Bon comme je l'ai dit j'ai bien aimé le concert , j'avais l'impression d'être un fan de ouf à chanter les chansons par coeur au milieu de personnes qui chantait n'importe quoi ,faisait les choeurs n'importe comment ( Staring at the sun ) ça faisait peur , un moment j'ai dis à Zem': " Là ils font soit The kids soit Want you bad"
Pete commence à faire des coups de charley je lui fait avant que la chanson démarre : " C'est Want you bad" et ce fût le cas , il se marre !
Et on arrive à la fin avec Self esteem mais bon je suis pas le fan absolu de cette chanson moi

Après le concert on aide Farid qui a perdu son portable mais malgré nos recherches , on ne trouvera rien...

Après je retourne vers l'entrée en ayant perdu de vue Perrine et Xavier , je monte en haut de l'éspèce de bute et là j'aperçois une marée humaine vraiment impressionant , j'aurais bien aimé prendre une photo , slalommant au milieu de tout le monde j'arrive à avancer vite et je tombe sur Nem' et là j'aperçois Patoff , ça fait plaisir , on parle du concert de comment il est venu , de qui il a vu etc , ...
et on se pose avec le groupe près des stand de bière là tout le monde se retrouve , là commmence les allers retours de plusieurs membre.
On restera là longtemps , on discute encore et toujours , on fait des photos on retrouve G£o ( ouai j'ai oublié de dire que je l'avais croisé avec d'autres membres quelques heures avant ) lol il était en juste en face de nous avec son téléphone à l'oreille , il nous cherchait ( oopah )
Tout le monde commençait à avoir plus ou moins froid , après 45 minutes facile on part enfin tous ensemble , certains membres avec la bannière sur le dos direction les voitures !!
Sur le chemin du parking quand il fût 00H00 on chanta tous : JOYEUX ANNIVERSAIRE à Martin et on l'enroula dans la bannière , ah ce Martin , toujours le sourire !

Et puis nous voilà aux voitures pour la petite soirée tranquille ( y'avait personne sauf nous ) Dark nous fît son rhum mais en fait même si il était très bon , je préférerais rester à la bière et au fur à mesure l'alcool pris possesion de moi ( mais tout est filmé de toute façon ) je pu réaliser plusieurs fantasmes :

Chanter du Red hot à Kao' ( Pea en l'occurence)
Faire le sketch de Moundir à Zem'
Parler de Bobby avec Patoff ( mais en fait je crois que c'était avant )
Et d'autres trucs mais j'ai oublié

On a appelé plusieurs membres aussi dont Inday ( j'ai toujours pas entendu sa voix , alors qu'elle était en ligne ! )

J'ai adoré ce moment , comment c'était convivial , y'avait un feu de camp , ça le faisait trop , Perrine était contente que je boive

Puis Patoff est parti trop tôt , vraiment sympa j'aurais bien aimé plus parler , je sais pas si t'es venu plus pour les offs que pour le fo' oopah mais ça m'a fait plaisir
Puis Marie , Céline et Yoann sont partis aussi mais je les ai même pas vu partir ( j'étais entrain de commater dans ma voiture )

Bon après je me souviens plus , un vague souvenir de Zem' avec sa tête entre mes jambes

Et le lendemain arrive , il faisait froid ça sentait la fin ..., Zem était emmitouflé dans son sac de couchage , tout le monde avait la tête dans le cul en fait , sauf Martin qui a toujours la classe , on est resté là à parler , c'est là que je me suis décidé à prendre mes pauvres photos et une pauvre vidéo loule et après Martin et Dark ont dû partir , ça sentait vraiment la fin ...
Puis je me suis décidé à faire un peu de rangement et finalement on s'est dit avec qq qu'il fallait partir sans avoir eu le temps de dire au revoir à Mang', Marie et Bigyo' ,mais on avait un timming serré.

On partit donc Aurélien , moi , qq , Amélie et Perrine , on raccompagna les filles à la gare , petite boule au ventre quand j'ai dit au revoir à Perrine mais ce n'est que partie remise bien sûr !

Et c'est parti pour le retour , bof y'a pas grand chose à raconter , on étaient tous mort , qq a dormi le tier du trajet , Aurélien m'a permis de dormir ( en prenant ma place de chauffeur ) arrivé sur Reims on est allé chez Aurélien , qq a pu nous montrer ses talents de guitaristes et moi les miens ( l'intro d'Americana avec du mal et Come as you are )puis après un verre de jus d'orange , on se sépare d'Aurélien.

Et voilà on était triste avec qq donc on parlait pas trop en scrète , il loupa le train qu'il aurait dû prendre mais finalement eu la chance d'en avoir un presque au moment où on arrive à destination.

Et voilà une fois que je vis son train arrivé je me décida à lancer le fatidique : "BON MEC" , voilà c'était un plaisir faudra remettre ça à tout prix avec tout le monde ça va de soi.




En conclusion :

Vous avez tous la classe , c'était énorme même si j'ai l'impression de pas en avoir assez profité , pas assez parlé.

Dark merci pour le forum vraiment.


Dernière édition par Papy le Dim 4 Jan - 22:08, édité 1 fois

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:05

Burning Giraffe a écrit:bon je me suis lancée dans la review, je pense que ca doit etre méga chiant a lire... meuh bon!! qui m'aime me lise (muhaha)

Alors reviewons, mon weekend commence malheureusement pour moi avec mon annonce de non diplôme, pour quelqu’un qui voulait pas trop le dire, je trouve que je le répète beaucoup, mais comme ça j’exorcise et puis… c’est comme ça que ça a démarré parce que du coup… j’ai failli pas venir.

Samedi matin 6h tram et train nous voila à Colmar, je peux le dire officiellement, c’est la première fois que je suis autant à l’Est de la France, bon inutile de raconter ma journée, ça n’intéresse personne, juste un ptit texto de marie qui me donne le programme de leur voyage, un ptit de kioukiou qui me demande le num d’auré, bref ! C’est couillon, mais ça commence a devenir réel, parce que j’ai pas internet et j’ai des nouvelles des forumers !

Nouveau texto de kioukiou, ils ont pris du retard (mouhahaha vive le gps) et moi je mange des tartes flambées (on dit pas flammenkueche en Alsace ! on dit tartes flambées !)

DIMANCHE …

Amélie : « perrine ! c’est aujourd’hui !!! »

Inutile de dire que je réalise pas… allons prendre le train, à peine vêtues d’un tshirt basket petite veste (quoi ??? il doit pleuvoir ??? on nous le dit depuis des semaines ??? que nenni j’ignore !)

Bref !! in the train, ptit coup de fil de kioukiou (ouh putin !) décrochage : « allo burny ? *j’imaginais pas du tout qq avec cette voix * c’est aurélien ! *ahhhh voila !! tout s’explique* »
Bref, ils proposent de venir nous chercher à la gare, héhé ça fait plaisir, parce que les trains les bus et autres transports aux horaires douteuses commencent à me taper sur le système.
Bon, je fais trop dans le détail je suis sure que je vais bâcler après, donc, le train arrive a Belfort, Amélie me pousse vers la porte en disant « c’est toi qui sort en premier, c’est toi qui gère ! » boooon je me poste donc derrière la tite fenêtre de la porte du train, en scrutant le quai pendant que le train s’arrête, et la on passe devant un groupe de trois jeunes rebelles, mais oui, c’est eux !!! bref, on descend, je les vois qui nous cherche (c’est trop marrant de repenser a ces moment là quand on sait ce qui s’est passé après) bref !! kioukiou croise mon regarde (tadaaaaaam) et nous voilà en train de nous saluer cordialement et peut être un tantinet timidement (noooon, si si ><)
La je sors ma grand réflexion du siècle : « je vous croyais beaucoup plus grands !!!! » voila voila, sympa perrine ! bref, voiturage (ou je suis pitée sur la banquette entre amélie et auré, ce qui est trop logique vu que je suis donc la plus grande et que je dois bien gêner fanziokouwouzkouane dans le rétro)

Bref (et re bref) on arrive sur le site, je crois qu’on tente de papoter un peu (timidement) auré me fait trop rire avec son ptit sourire timide, kouwouz son ptit air blasé ou tu crois pouvoir lire de temps en temps un mini sourire qui en dit beaucoup plus que tout, et qq… ralalala kioukiou prie !

Arrivée sur les lieux, je me prépare a rencontrer dieu et dieuxBis, les voilà, okkkk soyons timides encore !!! Tous le monde est beau tout le monde est gentil, on dirait un film !

Il faut manger et pour ça il faut prendre les voitures, on se ressépare et là, inutile de vous dire la vitesse à laquelle roule martin, pour donner une idée, si Arthur roulait à une vitesse normale, que je regardais par le pare brise arrière pour regarder la voiture de dark et bien, avec la vitesse d’éloignement v du véhicule B, j’avais une impression de vitesse incroyable (je sais pas si on comprend ce que je veux dire meuh bon, je me comprends !)

LA FORMULE EUROCK ou visitons les toilettes ou geekons avec martin depuis la campagne profonde ou déjeunons avec nelson ou essayons de faire accélérer martin en lui offrant un café (merci qq)

Back at the parkinge, (faut que j’arrête les détails c’est pourrit a lire ce truc et j’ai toujours mon appart à ranger)
Résumé de l’échange : « quelqu’un sait où sont les autres ? » « et marie ? et mangouste ? et les autres ?? ils sont ou ??? ils arrivent dans combien de temps ??? ils ont quoi comme voiture ?? »

Pause !! BERLINGO !! et oui, marie (prie) appelle sa voiture « mon berlingo » j’en suis sûre !! « non mais attends on regarde les berlingos, mais t’es sûre que c’est un berlingo ?? »
Qq : « je crois qu’il est beige »
Un berlingo bleu arrive
Qq : « mais bon… il faisait noir, il était peut-être bleu »
Un berlingo vert passe
Qq : « vert… vert… non mais c’est des enfants a bord !!! c’est pas eux !! mais en tout cas, je dis pas non au vert »
Un berlingo rouge passe
Qq : « par contre je suis sur que c’était pas rouge !!! … … … enfin je crois… non !!! c’est encore des enfants a bord !!! »

Bon quelqu’un sait ce que Céline a comme voiture ?? non ?!! bon, alors inutile de vous dire que JAMAIS je n’aurais pensé qu’il existait autant de Berlingo, je suis sûre qu’il y avait une convention de Berlingo ce weekend là a Belfort !

Coup de fil de chais pas qui « ils sont là !!!! »
OU ?
Allée D… « venez allée V y’a personne !! quoi ?? mais siii !! non ?! »
Bon, on les rejoinds allée D -_-‘
Martin : « D comme défaite ! »
V comme….
Martin : « ben V comme Victoire !!!!! »

V >>>>>>>>> D marchons et au loin que vois je, que vois je ???? ein troupeau de gens, près d’un… BERLINGOOOO (gris ?) je scrute, on est tous fixés sur le groupe je crois, sans oser dire que c’est eux (j’adore romancer, si ça se trouve dark regardait ses pieds en pensant qu’ils sont bien plus beaux que ceux de kouwouz) et je crois avoir lancé en premier « c’est eux !! c’est xavier a gauche » (xavier que j’appellerai pour l’occasion le sémaphore, emmenez votre xavier avec vous pour être repérable de loin !! très utile) mais je dit que j’étais la première… je sais pas, pitetre ex aequo avec kioukiou.

Bon, moi j’ai pas bien géré ce moment, trop envie de revoir xa’ et marie, tout en voulant voir les autres, tout en paraissant à l’aise et sûre de moi, tout en voulant trop revoir bref, paumage complet, j’ai dit bonjour a tout le monde et ça c’est l’essentiel avec hug maladroits.

Je résume : tout le monde est beau, tout le monde est gentil, tout le monde… pfff c’est pas possible, regardez moi ces sourires !!!! incroyables !!!

Je sais plus trop après, on gênait tout le monde en troupeau (parce qu’allée V on aurait gêné personne, mais allée D tout le monde voulait se garer) premières photos avec tout le monde

On a fini par partir vers le site (merci pour l’abricot !!) joli troupeau, si je nous avait vus de l’extérieur je nous aurais envié !

Petit épisode de la navette déjà décrit par d’autres, les gens nous maudissent peut être, mais on s’en fout !! nous on s’aime et on veut pas se séparer (troupeau troupeauuuuu)

Arrivée la bas, je vous passe les détails (enfin !!) si ce n’est le passage d’auré en empereur romain toggé de la bannière, la classe, tout simplement !

Bon, on se balade, y’a des trucs bien pas bien, je sais plus, il pleut… IL PLEUT >< j’ai failli perdre un œil (et non !! j’avais pas mis trois tonnes de maquillage couillon !!! et c’était pas mes plus belles baskets ><)

Il pleut, pause bière (je sais plus dans quel ordre) j’ai pas rendu mes verres eurocks au fait !! j’ai deux jolis verres du coup mgmt il pleut

Il pleut ca se calme et il repleut

On décide d’aller voir Cali parce qu’on est trop fan… ou plutôt pour se placer !



[...]


Dernière édition par Papy le Mar 6 Jan - 22:10, édité 2 fois

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:06

[...]

Burning Giraffe a écrit:Alors… bon… je me rends compte a ce moment précis de l’aventure que la vie nous réserve des surprises : je connais les 3/4 des paroles de Cali par cœur… qu’est ce que c’est que ce bordel ??????? et bien j’explique : charrettes non stop avec Cali en boucle avec des amis fan :s ca aide pas du tout, mais pas du tout !!!
D’ailleurs tant qu’on est la, j’en appelle un pour lui faire partager une des songs, a la limite c’est pas parce que j’apprécie pas que je peux pas en faire profiter les autres (bon j’ai pas été récompensée, car la réponse fut un texto « t’étais au concert ??? merci jolie architecte » TIENS !! prends toi ça dans la gueule perrine !! obligée de répondre que t’as foirée ton diplôme (en essayant de noyer ça dans un amas de détails sur les eurocks)

Cali est complètement dingue, on se faufile les gens nous détestent, on commence a être habitués !

Promis je dirai pas que Farid et Bigyo sont de gros gros fans de Cali et qu’ils ont chanté plus fort que les fillettes à côté !! je ne révelerai pas ce secret, comptez sur moi (le sourire de bigyo a chaque fois que je me retournais pour voir les tête derrière moi était énorme !!! prie prie prie)

Bon on se rapproche, on est maintenant a deux personnes de la barrière si je n’m’abuse, à coté du nouveau meilleur pote de xavier, que j’ai retenu tant bien que mal de le tuer (romançons) on patiente, xavier crie des trucs parfois avec une drôle de voix (très cher ! je suis choquée !!) papy farid et bigyo nous font un décompte des heures à la minutes près… ça m’a pas parut si long en fait.
Maître xa’ sur son metre 93 perché (92 ?!) m’avait prévenu du déroulement habituel de ce genre de concert et donc des secousses que nous allions subir, avec un résumé plus qu’évocateur : « on va mourir » okkkkk

Ça démarre un peu à l’arrache, pas de grosse poussée de départ comme annoncé par maître, je m’étonne, trop vite !!! la grosse poussée c’était juste après et là…. Ben j’ai pas géré, j’avais la tite amélie devant moi que j’essayais de protéger tant bien que mal (elle avait l’air d’une poupée de chiffon écrabouillée entre moi et le truc devant qui devait probablement être un humain) j’essayais de laisser au moins deux centimètres entre nous pour pas l’écraser et je crois que bigyo faisait pareil derrière moi, j’ai pas trop suivi, les off n’auraient pas été là, j’avoue que ça aurait pas changé grand-chose, quand t’as une amie en train de mourir devant toi… et que c’est toi qui l’a fait venir… et que… ben merde !!! bon, je lui demande (j’essaie) si elle veut sortir, dans un souffle elle me fait signe que oui, je fais signe a xa’ on l’éjecte par devant (enfin, j’ai failli partir avec parce que le mec qui a aidé xa’ a la slamer s’est trompé et a embarqué ma jambe… je m’en suis sortie avec des grands « mais c’est ma jambe !!!! c’est ma jaaaaambe !!! tu te trompes de jaaaaaambe !!! » en hurlant, ce qui l’a fait bien se marrer d’ailleurs.
Bon Amélie sauvée, je me suis dit que j’allais me gérer c’était déjà moins compliqué… enfin… bon, en fait… je sais plus trop…. Xavier m’a proposé de reculer, et j’ai accepté, je vous épargne les détails du sauvetage vautrage sauvetage, on était derrière et ça allait mieux !!

Je suis pas apte à parler du concert en grande pro, on retrouve un arthur entre deux mouvements, et farid aussi, ils ont l’air a fond, ça bouge pas mal (je veux pas faire ma noob qui n’a jamais fait un vrai concert avant, sinon je dirai que ça bougeait beaucoup ><) xa’ arthur et farid chantent a tue tête sautent partout sont heureux (siii si si j’ai pu voir ca !! ça se voyait tellement !!!)

Petite dédicace aux deux connes dont le jeux était de foncé les bras en avant en poussant la personne devant elle, et qui ont beaucoup choisit xa’ pour ce jeu (je crois qu’elle avait un faible pour toi la ptite blonde )

Le concert se finit, je témoigne que maître savait tout ce qu’allait dire noodle avant qu’il le dise et qu’il annonçaient la setlist avant le début des songs (ça c’est pour ton ego)

on cherche le portable de farid, trois tubes de ventoline, les pulls, des ponchooos, des trucs… mais pas de portable…

on cherche amélie (qui a un sens de la droite et de la gauche sous développé, heureusement qu’il y avait des ballons)

la on retrouve encore des gens… mang’ kao’ marie toute paumée, et xavier part devant, tel un guide et ses moutons pour nous amener vers le lieu de rendez vous prévu… avec papy derrière qui essayait désespérement de nous dire qu’on allait à l’opposé de l’endroit sus cité…
Une fois admis qu’on s’était trompés (« on »… « on »… bref !! on a suivi donc on assume !) on suit papy et on retrouve le groupe.

Quelqu’un demande si on a revu Geo et c’est la qu’a quelques mètres on le voit complètement inconscient que nous sommes a deux mètres de lui, donc on l’appelle, (ralala la vie et ses coincidences !!!) il est trèèèèès grand, et trèèèèèès calme

Ptite séance photo encore, difficile de rassembler une fois pour toute tout le monde, on repart après avoir usé les jetons restants. Tite navette de retour, ptit beatles (tu plaisantes marie ou tu l’as vraiment demandé ???? psychopathe )

Allée D je monte in the berlingo avec Patoff marie et… mince !! qui était a coté de marie :s je sais plus papy peut etre… non, je sais plus !! petit mot pour patoff parce qu’on a pas trop parlé et que je vais pitetre zappé après, alors, notre patoff est… assez comme je l’aurai imaginé finalement (ça aide vachement de dire ça) bref !! ça a fait très plaisir de le voir

Arrivée allée V, on ouvre les coffres Darkounet nous sort un punch de n’importe quoi « vous le trouvez assez fort ? »

Euh… « ouais !!! ça va aller je crois !!! »

A partir de ce moment là impossible de mettre les choses dans l’ordre, et puis les photos parlent assez bien !! je résume : coups de fil, beaucoup, je crois, plusieurs, tite ingrid que j’ai encore rappelé, et les boites vocales trop courtes qui coupent au milieu des messages (stefou ) je crois avoir entendu et moi-même dit au moins 3 fois « et romain ???? qui a le numéro de iixnay ????? » mais je suis incapable de me rappeler si on l’a appelé ou pas finalement…

kouwouz dark martin xa' kioukiou auré nem kao marie bigyo mang farid patoff papy (cest risqué d'écrire ça, si j'en oublie un je me petisuicide)

« je pense qu’on peut tout faire SAUF UN FEU AU MILIEU DE L’HERBE SUR LE PARKING » bis ter x 10000 non ?! bon, apparement kao mélie et moi on a aucune autorité et aucune crédibilité.

Les ptits verres se remplissent (j’ai l’impression de boire et pourtant le mien n’est jamais vide )

On signe la bannière, je pense a stefou

Patoff marie mang et bigyo s’en vont, avec un au revoir rapide, comme si on se revoyait tous les jours mais finalement c’est ça le mieux !!

et pi… euh… ben… après, ya du rhum coca.. du rhum… et puis… les lacets… et pi… avant y’avait eu l’entassement dans la tente ou après, ou je sais plus tiens !! La c’est le moment incroyable ou tout se passe naturellement, une super soirée entre potes, un truc parfait !!

ensuite on retrouve nem dans la tente de marie, bon, donc suivant le plan, vous l’aurez compris, comme je l’ai dit : oreiller jambe de nem’ matelas jambes de dark&kao, couverture jambes de xa’ et chauffe pieds jambes de kioukiou.
Et je me suis endormie !!! siiii j’avais même pas froid !!! et il a fallut que xavier se reveil, décide qu’il était trop coincé qu’il pourrait jamais se rendormir que cétait plus possible (dans le désordre il a sortit tout ce genre de chose) et parte ! et la, ma nuit a basculé… nem a changé de place, sans oreiller, j’étais déséquilibrée, impossible de me rallonger, tout le monde avait un peu bougé, j’ai donc quitté ce nid douillet pour aller dans ma tente ou dormait (tant bien que mal) amélie, bon… j’avais un peu zappé de prendre mon sac de couchage resté avec les autres… donc après avoir grelotté pendant beaucoup trop longtemps sur le sol froid de ma tente, je suis allée le chercher chaussettes dans l’herbe mouillé, ils m’ont maudit et je crois que j’ai lancé un petit « bande de cons »

Corbeaux…

Reveil…

Mauvais réveil, appel de maman, date limite pour mon dossier de transfert, tu as raté ton diplôme, maintenant il faut assumer au lieu de fuir a l’autre bout de la France… du coup j’ai dit au revoir un peu vite
Arthur jeremy et auré nous ramènent a la gare, avec aurélien dans le rôle du grand frère (merki )

Notre retour fut épique, la gare pleine de jeunes délabrés et boueux, j’ai croisés deux ptits a vélo (pendant que je téléphonais a mon école ><) et un d’eux me crie « vous venez des eurockénnes vous !!! » « oui ! ça se voit ?? » « les chaussures !!!!! » trop mignon, on se serait cru dans un film !

Train/train/taxi… nous voila rentré et la réalité en pleine figure j’ai passé ma soirée au téléphone pour régler mon retour anticipé a bordeaux et mon dossier, avec des « ce matin… ce matin j’étais avec eux… hier soir !!! » qui m’ont sauvée, merci.


Dernière édition par Papy le Mar 6 Jan - 22:10, édité 1 fois

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:10

Dark a écrit:J'espere que ma review sera pas trop pourri j'ai pas l'habitude,en plus martin m'a demandé d'écrire pour lui, j'ai l'impression de trop aller dans les details...enfin bon on s'en fous c'est partit, j'ai que ca à foutre au boulot là !

EDIT: jme rend contre que j'vous ai pondu un roman dsl
écouté de la zik ca passe plus vite
Pardon pour les éventuels fautes




Samedi > Reveil à 9h, j'me prepare pour le concert, j'aurais dù le faire la veille car j'ai oublié des bouteilles d'alcool
10h15 je pars vers la gare de Rouen pour aller chercher martin et là le gros bide : j'avais oublie que c'était l'armada (la dose de bateaux) y'avait au moins 20 fois plus de personne que d'habitude.
Obligé de se garer à 15 minutes à pince de la gare, finalement j'y arrive avec du retard meme en prenant le metro, ca m'a fait tellement plaisir de voir martin, j'ai pu l'invité dans mon petit chez moi lui jouer de la gratte, manger avec mes parents c'était bien sympa !

14h00 on part de rouen, je prend le volant et roule pendant 3h sans pause , le martin dormait pendant que je me faisait chier en passant en dessous de paris.
Finalement martin prend ma place, j'essaye de dormir mais j'y arrive pas, pauvre martin j'ai pas arrété de parler j'était tellement excité !
Je reprend le volant 2 heure aprés car martin avait un putain de mal de dos...on arrive vers 20h à belfort sans probleme (faut dire qu'un GPS c'est cool)

On s'arréte pour manger et Martin me paye alors une pizza (On se fait des cadeaux entre admin c'est normal)
Pendant notre repas on voi passer une charmante créature, martin lui fait un big sourire (petit cochon), 2 minutes aprés la fille nous propose de l'eau, le truc c'est qu'elle avait rien sur elle, j'ai tout de suite compris qu'elle voulait nous invité chez elle car elle habité en face.
Et la martin lui dit "Heu non on a deja de l'eau c'est bon"
J'ai pas eu le temp de réagir...elle se casse
...
5 minutes aprés martin comprend son erreur
Il était trop blazé d'avoir raté cette occase


Le soir on se dirige vers le parking du festival, on passe les barrage de flic...on a un peu miséré c'est vraiment pomé dans le coin !
On passe un coup de fil à aurélien en arrivant sur le parking, martin me dit qu'il vienne de passer devant le parking du camping, je prend le tel et leur dis de continuer beaucoup plus loin... en faite on s'était mal compris le parking qu'il venait de passer c'était le bon
Aprés une bonne heure, martin et moi commencons à s'endormir et là on entend la grosse sonnerie de batard du portable a martin : c'était kouyouz pour nous dire qu'il avait trouvé un parking avec de l'herbe, on venait de tilté qu'on été tout proches.
On leur dit la lettre de l'allé du parking,il nous trouve pas...
Je klaxon, rien, encore une fois rien....
C'est alors que j'utilise la méthode primaire :
"ARTHUUUUR GROOOOS BAATARD"
La réponse à été intentané : "WEEAAOOFDFDHAAAAAWOAAAAHAAAA"
Ils étaits content quoi
On discute, on prend des photos, ca faisait trop plaisir de se retrouver surtout pour qq que j'avais jamais vu
On s'entendé vraiment bien, on s'est couché à 4h du mat'


Dimanche > le matin on reveile jerem, arthur et auré, il se met a pleuvoir...Martin et moi décidont alors d'envoyer des textos à arthur pour "lui flooder son portable" le pauvre il a recu un sms toutes les 5 secondes fouahaha...juste aprés que martin m'est déposé prés des chiotte avec ma caisse kouyouz, qq et aurélien partent chercher burny.

Martin et moi allons chercher des pains au chocolat
En revenant sur le parking on retrouve burny et amélie, j'ai pas trés bien compris le fait qu'elle soi pas inscrit sur le forum et que mimile était a bloc dessus d'aprés ce que j'ai compris (j'ai pas arrété de faire chier amélie vous verrer les video que je posterai prochainement)
Le midi on pars tous au restaurant, super ambiance !

Vers 14h on retourne au parking en attendant le berlingo de marie et mangouste !
20 minutes plus tard ils arrivent, c'est THE rencontre, Martin, moi et aurélien prions devant marie
Ca lui a fait trop plaisir !
La on été vraiment un paquet (20 je crois) ca faisait limite secte avec la fucking'banderolle d'aurélien.

On se dirige vers le festival avec les navettes, en arrivant la pluie nous tombe dessus, je demande à quelqu'un un pull ou autre... kao' me prete un kaway, le truc c'est qu'il été énorme et vu que zem s'est trop foutu de ma gueule, je l'ai retiré...de toute facon j'été pas bien dedans, je l'ai rendu à kao dsl
On marche tous ensemble, le premier groupe qu'on a été voir était bien pourrave,on décide d'aller au merch offspring et là déception :
30 euros le tee shirt
fouahaha ils peuvent se brosser...
Peu de temp aprés je taxe un bout de banniére a auré',nous avons transformé la banniére en "cachenébiplace"

Aprés on se réunit tous sous un arbre en espérant que la pluie cesse...
J'était gelé,heuresement que kao m'a filé son pull merci
Peu de temp aprés marie se dirige au stand biere pour nous en payé merci moman
On discute et on essaye de voir quel groupe on pourrait aller voir avant les offs' (martin été en stress il voulait se placer pour les offs' 3-4h avant que ca commence mais hors de question de voir sinik )
Juste aprés un gars du festival nous prend en photo (putain il nous la faut en bonne qualité,elle clak trop !!!)

On parle on traine puis se separe marie va voir les baby' les autres je sais pas trop, en tout cas il resté plus que moi, martin, auré, nem et kao rejoint par patoff sur le chemin
Vraiment sympa ce gars, un peu intimidé au début
On se tape cali pour avoir des bonne place pour les offs'
Cali s'est déchainé, meme si on aiment pas forcement la chanson on savoure un peu quand meme. le truc galére c'est que son rapel a duré 20-25 min ca soulé trop, j'me suis trop marrer en voyant nem martin et kao pendant le concert de cali, on devait étre les seul à faire la gueule et pas bouger.

A la fin du concert on tente une percée dans la foule, on arrive pratiquement à la barriére au second rang
5 minutes plus tard : poum poum poum poum poum poum > AMERICANA commence.
Et c'est repartit pour un concert des offs
Au bout de 5 minutes on pleure notre mere : des gros connard poussé dans tous les sens, un truc de porc !
On été tous compresser, j'était coller a nem j'me rapel lui avoir dis "Ne vois rien de sexuel" "quoi le truc dur ? oui oui c'est une lampe torche" (pardonner la blague moisi)
j'me suis vraiment rendu compte qu'on prenait cher quand j'ai sauté en l'air lors du stupid dumshit goddam motherfucker, j'suis resté en l'air et mes pieds touchés plus le sol tellement on était compresser...
j'ai jamais vu ca, meme dans d'autres concert keupons et autres c'était beaucoup moins violent !
Bigyo a tenu 10 minutes et a été obligé de sauté par dessus la barriére et/ se barrer sur le coté, j'ai vu au moins 10 personnes faire des malaises...

Pour ma part ca ma pourri tout le debut du concert...le pire est arrivé pour TKAA ; vu que j'était pile au millieu en face de dexter j'ai pris je sais pas combien de pompes pleines de boue dans la gueule à cause les slams...obligé de se baissé tous les 10 sec je déconne pas, j'ai meme failli me casser en escalant la barriére j'avais du mal à respirer serieux !
Nem et kao prenait cher aussi les pauvre, je voulait les aider mais je pouvais vraiment rien faire
Finalement j'ai réussi à profité du concert sur les 6-7 derniéres chansons !
Half truism énorme...j'me souvient des regards qui se croisés entre moi martin nem et kao pendant le concert en gueulant comme des malades c'était super
J'ai du mal a bien vous décrire le concert car j'ai vraiment pris cher serieux !
Arrivé à la derniére chanson (self esteem) j'ai voulu faire des slam mais je pouvais pas bougé fais chier
Auré et arthur ont réussi les salauds
Je regarde attentivement le groupe en me disant que je vais pas les revori avant un moment...
Le concert se termine alors...évidamment on ai blazé ca passe tellement vite quand vous étes à fond dedans, j'avais plus de voix tellement j'ai crié

Direction stand biére, tous le monde raconte ses impressions sur le concert...on apprend que farid a paumé son portable et que aurélien s'est fait tiré 40euros dans sa poche pendant le concert
C'est moche et ca fous un petit froid pour farid car son portable contenait de precieux contact
Plus tard on sort du festival avec la banniére sur le dos, ca qu'on savait pas c'est qu'on bloqué tout le couloir y'avait personne devant nous et une mega foule derriére, la barre que jme suis tapé

Pendant le trajet j'annonce l'anniversaire de Martin car on avait passé minuit.
On chanté noyeuxxxzaniversaireuhhh tous emsemble, martin était géné
On l'a ensuite enroulé avec la banniére pour se transformé en momie forumique
Je suis ensuite monté dans la risin'mobile pour lui montrer ou on été garé moi et kouyouz pour tous se retrouver.

Comment était la soirée ? tout simplement géniale je me suis endormi a 6h du mat, j'ai tenu de toutes mes forces pour resté eveiller...mais quel soirée ! quel soirée ENORME !
En gros on s'est tous enculé,fourré,sucer...(on a aussi eu des discution serieuses hein ! si si j'vous assure) QQ m'a meme demander en mariage c'est beau , arthur m'a remercier d'avoir crée mon putain de zikforum car on se connaiterai pas sans, ca m'a fais plaisir qu'il le dise ca.

J'ai pas mal discuter avec farid et un peu tout le monde mis a par marie qui est partit vers 2h, j'ai pas eu le temp de parler vraiment avec elle c'est trop dommage et comme dit martin je tiens à en profiter pour dire que j'ai vraiment beaucoup de respect pour elle !
Bigyo et celine ont suivi je les ai pas beaucoup vu
On a vraiment trop délirer à cette soirée (voir les futures videos que je vais posté ce soir et demain) ,les barre de malade quoi...le stock de rhum à rapidement été vidé...Zem m'a mis a poil sale enfoiré va...j'me souvient aussi à un moment j'ai di un truc a martin mais vu que j'était completement bourré il a rien compri il s'est trop foutu de ma gueule l'enfoiré.

N'oublions pas la scéne où je me suis retrouvé seul avec Kao et Burny sous la banniére du forum sous la pluie, quel romantisme
Malheuresement, j'ai pas pu établir mon fantasme sexuel à cause de zem qui est arrivé
Aprés on m'a dit "hey julien viens il pleut on va dans la tente" je pouvais plus bouger,j'était en mode grosse lock'.
Dans la tente on a voulu me viré car je commencer a dormir, mais j'ai refusé j'était trop bien calé moi
On a discuté, j'me souvient pas comment je me suis endormis j'en pouvais plus...j'ai bien dormis en tous cas , QQ aussi
Je vous epargne la fin de soirée et le reveil qui été trés festif (les corbeaux mutant hein QQ xD) (juste une autre parenthése pour dire que nem était dans les bras de QQ, j'suis sur y'a eu du sexe a coté de moi )
bon vous devez en avoir marre de lire puis les photos ainsi que le roman photo de qq illustre bien la soirée, vivement les photos de papy il y en a des tres tres bonne !

Pour le retour c'était atroce quand j'ai du déposé martin à la gare...1 minutes de trop et il loupé son train...JE HAIS PARIS !
Je suis partit de belfort a 9h pour arrivé chez moi a 19h15, 10h pour le retour alors qu'a l'aller on à mis 6 heures
Merci d'avoir supporté ce gros paté que je vous ai écrit
Je suis trop fier d'avoir créer mon zikforum tout pourri (merci a martin d'avoir recréer un plus beau fofo)
Honnetement je pensais pas qu'on s'entenderais aussi bien, je vous aime bande d'enfoirés !
Juste un dernier point il manquait mimile et guilem et ca fait trop chier serieux !

Il faut se refaire un truc et trés vite
Meme si on doit se faire un autre festival sans offspring faut se refaire ca !
et sur 2 jours cette fois !

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:11

Kaoru a écrit:Je m'excuse pour le roman , il y aura peut être des problèmes de cohérence, mais j'ai fait une phrase par ci, une 10 minutes après... Et j'ai la flemme de relire. Courage, ce n'est pas aussi long que ça en a l'air

Dur matin… 6h du mat’ le réveil sonne… Pour le rdv de 8h à Levallois. C’est pas facile, mais quand faut y aller, faut y aller .
7h20, je sors de chez moi, « oups je vais être en retard », pense-je en envoyant un SMS à Mangouste… Petit soulagement dans le métro quand je vois Zem’ dans le wagon dans lequel je veux monter.
On sera un peu en retard, mais tous ensemble (d’autant plus que Nem’ était dans le même wagon aussi, mais on s’en est rendu compte un peu tard )

8h et des poussières : première rencontre, tout le monde est là : Mangouste, Farid et nous 3. Chargement de voiture, et on est parti. Voyage sans histoires… On se fait passer le lecteur MP3 de Mangouste « unechansonchacun », y’en a eu pour tous les goûts (spéciale dédicace à Farid « C’est quoi cette merde, c’est Daniel Balavoine ? » ouam : « Non c’est JJ Goldman »).
Un peu plus de 5h plus tard, on arrive à la chambre d’hôte, Mangouste va déposer ses affaires, et on attend nos sudistes en mangeant un truc et en admirant les vaches. Et en les regardant, nous avons la preuve que l’homosexualité est totalement naturelle, quoiqu’en dise certain : oui certaines vaches sont lesbiennes !!
Bref… ¾ d’heure plus tard, trois personnes arrivent, vous l’avez tous deviné, Risin, Papy (Romain dans la vraie vie ) et Bigyo’.
On se dit tous bonjour, c’était la première fois que je voyais Papy (faut pas m’en vouloir, mais préfère carrément Romain, donc pour la ), ça m’a fait super plaisir de lesuite de la review ça sera Romain découvrir =), Bigyo’ a encore plus la classe que la dernière fois que je l’ai vu (les cheveux long te vont trop bien !) et Marie… C’est Marie quoi, je pense qu’en disant ça on a tout dit, pour un résumé concis et un peu réducteur : la classe et la chaleur humaine incarnée …
Enfin bref, on remonte dans les voiture pour aller au parking.
Zem : « euh je pense que c’est à droite ! »
Nem’ : « mais là y a des gens qui vont aux eurock’ ils vont plus vers la gauche »
Zem’ : « non à droite ! » (ce n’est pas du texto, mais c’est à peu près l’idée)
Quelques km plus tard « bah… c’était à gauche » (mais je tiens quand même à dire que Zem’ est un super copilote, je n’aurais jamais été capable de le faire !)
Bon, c’était le seul petit détour, on arrive très vite au camping. Sur l’allée D !
Petit coup de fil, ils sont en V et nous rejoigne. La journée pourra enfin commencer !
Le petit troupeau de forhumeurs arrive quelques minutes plus tard. Et on va prendre la navette ! Petit blocage, on ne veut pas être séparé, on fait plus ou moins chier les gens derrière nous, et la navette fini par partir pas très remplie .
A peine arrivé sur le site en lui-même il se met à pleuvoir… La journée promet d’être mouillée !
Moriarty commence on regarde les 10 premières minutes, et j’ai la même impression que la première fois que je les avais vu, la chanteuse a une voix magnifique, mais leurs chansons manquent un peu de diversité, à part Jimmy, elles sont un peu trop linéaire, par contre ils gardent leur coté totalement décalé que j’adore. Les autres s’ennuient ferme, ce n’est pas trop leur truc la folk alabamesque, on décide donc d’aller au merch… Le fameux tish à 30 euros, c’est abusé.
Le vendeur « bah après, il faut être fan, si t’es une vraie fane, prend le ! »
Moi : « a 30 euros… A choisir, je préfère être fane de Moriarty, ça coûte moins cher »
Le Vendeur « Bah question de valeur »
De toute façon, le notre était plus beau. On part, on discute un peu, et je stoppe Zem’ « C’est pas Jimmy qui passe là ? », en effet c’était bien Jimmy, la meilleure des chansons de Moriarty, qu’on va voir. Puis on rejoint tout le monde sous les arbres. Discussions, bière, pluie, tout dans la bonne ambiance. On se ballade, mais aucun groupe ne retient notre attention, ni les french Cowboy et leur zik qui ne sert à rien, ni Nash, le hiphop ultra stéréotypé.
Une séparation a lieu pour MGMT que Marie veut absolument voir, je reste avec Mangouste, Nem’, Martin et Dark. Mission : trouver Patoff. Coups de téléphones, « t’es oùùùù ? »… On fini par y arriver.
Et Martin commence à lancer l’idée « on va voir Cali ?? », non ce n’est pas un super fan de Cali, mais il avait l’idée d’être aux barrières pour les Off . On y va donc !,Et le concert de Cali… Comme un concert de Cali est assez ouf, il saute, slamme, cri, appelle son public… C’est vraiment une bête de scène. Dommage que ses nouvelles chansons ne soient pas terribles. On a le rôle des casseurs d’ambiance , ça chantait à gauche, à droite, devant, derrière… Et nous on fait la gueule au milieu.
A la fin du concert de Cali, on se fout le plus devant possible et on attend… On est vite rejoint par plein d’autres forhumeur, tout content d’être devant… On attend. Et puis Pete monte sur scène… Le concert commence par Americana. Ils enchaînent les songs, les nouvelles claquent en live, Walla Walla m’a fait plaisir, Bad Habit est la meilleure chanson à live du monde. On passe tout le concert sous une pluie de slammeurs, de fringues boueuses, je pense qu’on peut dire qu’on s’en prend plein la gueule. On trouve vite la technique, et dès qu’un videur s’approche de nous, on plonge la tête pour éviter le slammeur qui nous défoncera la tête d’ici peu, par contre, j’ai eu peur plusieurs fois pour Martin qui avait vraiment l’air d’en chier, fièrement accroché à la barrière.
Pourtant, ça ne m’a pas empêché d’adorer le concert, de bien profiter de l’ambiance…
Par rapport à leur prestation à la fête de l’huma (eh bah ouais y en a qui ont pas fait le trabendo !)… Il n’y a aucun rapport c’est 1000 fois mieux !
Je quitte donc le concert épuisée mais heureuse .
On se rend au point de rendez-vous, et on attend assez longtemps, il manque toujours quelqu’un , gros point noir de la soirée : Farid qui a perdu son portable pendant le concert, ça fait vraiment chier .
Pendant l’attente, je ressens quelque chose de super désagréable, on peut le dire : « j’ai vraiment, mais vraiment faim bordel », heureusement que mangouste était là et m’a avancé l’argent qui m’a permis d’avaler un grec et donc de survivre toute la nuit, merci encore .
Coup de téléphone à Marie qui est perdue, je vais donc la chercher, mais j’arrive après la guerre, pleins de forumeurs l’avaient déjà retrouvée .
Après moultes péripéties (c’est par là ? Non je ne reconnais pas, attends peut-être que si on passe derrière le chapiteau ça sera là… ) pendant lesquelles je me sens un gros boulet (= la fille qui ne sait pas faire un aller-retour pas compliqué sans se perdre), on se retrouve quand même devant la table oùonabudelabière.
Encore un peu d’attente, et on est enfin tous réunis. On peut partir faire notre after !
Romain, Nem, QQ, Dark, Auré, Bigyo et moi nous mettons dans la bannière et commençons à marcher à 7 de front. Inutile de préciser qu’on a vraiment été la bande de gros relou
Une grosse barre de rire : Nem je crois qui nous fait « je crois qu’on bloque tout le monde », on se retourne, et que voit-on ? Un énorme bouchon digne du periph en sortie de bureau.
On monte presque direct dans une navette (gros bravo à l’orga du festival, leur système de navette est bien foutu, on a jamais galéré !).
Arrivé sur le site, on se pose tout au fond, à l’allée V, et on décide de ne plus en bouger. Parce qu’on est bien en allée V .
Et on commence à sortir le rhum, les bières, les appareils photos… J’ai pleins de souvenirs de cette soirée, mais ils ne sont pas très bien classés chronologiquement parlant .
Je me rappelle d’un feu de plastique très relou.
Burny, Amélie et moi : « bah franchement, on ne dérange personne, il vont pas nous jeter… Enfin sauf s’ils voient le feu sur le PARKING ! » le tout répété pendant 10 minutes… Pas de réaction, tant pis (oui Burny, je l’avais déjà remarqué depuis longtemps, mais niveau autorité on est nulles , c’est pas grave, on est géniales c’est éjà àa ). Nous nous posons ensuite avec Farid et Dark autours du feu. Petite demande toute gentille « les filles, ça pue votre truc arrêtez de faire brûler votre plastique, c’est relou » pendant longtemps… Pas de réaction, tant pis .

Dark : je refais du punch?
Moi : bah ouais
Problème? Y a plus de jus de fruit. Le punch rhum-Coca, c'est bon aussi

Les films
Les photos
Zem et ses charmants "mais ferme ta gueule toi, d'où tu me parle?"
Auré Monfort en diwect de wencontwe fowumique!!!!
Risin, Mang, Bigyo et patoff qui s'en vont si tôôôt
Et puis, le grand moment de la soirée... Unique, je m'en rapellerai toute ma vie! Même pendant mon Alzheimer quand j'aurais 80 ans .
Oui, tout le monde sait de quoi je vais parler , de la toutouze du forum
Depuis le temps qu'on en parlait, on l'a enfin faite!
Tout commence dehors, Amélie, Farid et Nem étaient parti se coucher.
Une proposition de je ne sais plus qui : "venez on va faire chier Nem'!"
Un accord commun, et tout le monde saute dans la tente.
Je ne vous raconte pas le nombre de de bite au cul, de tripotage, d'orgasme qu'on a eu (et plein de petits voyeurs avec des appareils photos et des caméras (c'est les pites, ces petits pervers )... Oui c'était une touze digne du forum .
Notre petite affaire terminée, on ressort tous... Epuisés mais heureux .
Jusqu'à ce qu'on se rende compte qu'on avait épuisé notre stock d'alcool , quelle tristesse cette dernière bière...
On va ensuite se poser, sac de couchages et bannières pour se protéger du froid et de la nuit... Ca sent la fin de soirée (oui nous avons eu des abandons de courses tout au long de la soirée, et on se retrouve à peu à être encore vivants : Burny, Zem', Dark, QQ et moi).
Puis la pluie s'incruste (on ne l'avait pas invité, elle est venue quand même ), on décide donc de retourner sur le lieux de nos exploits : la tente Quechua 2 places de Marie . Bien posé, malgré notre grand nombre (enfin moi ça allait bien, merci ) une petite discussion s'engage je crois, mais j'avoue que très vite je m'endors... Fin de la soirée
Merci à mes oreillers de la nuit : Romain et Dark

Bon comme je n'aime que les bons moments, je zappe les aurevoir, les départs et tout ça.
Juste un énorme merci à Mang, Marie et Bigyo' d'avoir pensé à nous et de nous avoir ramener un p'tit déj'... C'est tellement gentil et puis ça nous a vraiment fait plaisir

Le retour se passe sans encombre... Sans? Non pas vraiment... L'ultime coup de loose!
Sortie de télépéage, ciel gris mais sans plus... ON roule 5 mètre, et cri de jenesaisplusqui : "c'est bizarre, faut qu'on s'arrête" (ou un truc comme ça)
ON s'arrête et on voit le pneu éclaté, il faudra le changer.
C'est à ce moment là que la pluie se reincruste.
Non contente de s'incruster, elle s'amuse à être vraiment mais vraiment forte!
C'est là où tu est heureuse d'avoir ton Kway certes laids et énorme, mais protecteur
Les Hommes s'activent bien sous le déluge, et nous on les regarde avec admiration (ils sont beaux et virils quand ils font de la mécanique )
Dernière vis bien accroché, la roue est stable... C'est ce moment que choisi la pluie pour partir et le soleil pour revenir... Ils l'ont fait exprès, je ne vois pas d'autres explications

Voilà et comme je n'aime que les bons moments, je vais zapper les adieux déchirants à Levallois.

Maintenant je passe à la conclusion : p'tain mais vous êtes énormes les forumeurs! J'ai adoré cette journée, mais je ne pensais pas autant m'amuser, enfin si je savais que ça allait être cool, mais je n'osais pas imaginer un truc aussi énorme!
Ca valait le détour...
Merci à tous
Merci les Offs d'exister
Et surtout Merci Martin et Dark de nous avoir permis de nous rencontrer (et joyeux anniversaire Martin! )
FIN

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:12

Risin' a écrit:Je sais pas comment raconter tout ça. En fait, j’ai + été observatrice qu’actrice dans ce trip, du coup je suis perplexe sur l’utilité de ma review. Bref tant pis, j’écris quand même comme ça j’oublie pas.

Samedi 15 h, je quitte la maison, j’ai tout (la tente, un plaid, 2 kways, des biscuits, des bonbons, du whisky, du rhum et des boissons diverses et variées dans la glacière, et ma place surtout …). Direction le Gard, les Cévennes pour aller chercher Bigyo à la sortie de son taf. Chaleur de fou ! évidemment j’arrive trop en avance comme toujours. 1 H 30 d’attente dans un snack à Anduze. J’ai le temps de détailler la carte routière pour rejoindre l’autoroute à Bollène et voir un peu la totalité du trajet jusqu’à Belfort. L’avenir dira que ça a servi à rien, je suis une quiche pour le sens de l’orientation. Merci pour tout Bigyo !

A 18 H 15 on quitte Anduze direction Lyon. Trajet sympa, beau temps mais chaud, pas de circulation sur l’autoroute dans le sens sud/nord. Musique : les Offs, Marvin Hood, Bad Religion, MGMT, des bières et des Crunships etc..

Arrivons au Formule 1 de Beynost à 21 H 30, on a bien roulé. Bigyo est si confiant sur les A42, A46 et autres E11 ou chépakoi qui contournent l’immense Lyon que c’est un bonheur ! Il est resté zen tout le temps, même quand je répétais sans cesse « non mais moi, je veux pas aller à Chambéry ou à Grenoble » .. enfin bref, vous voyez le genre !!

On a eu le temps de se poser dans un restau puis direct au pieu pour essayer d’engranger le max de sommeil avant la tuerie du lendemain. Mais bon il faisait trop chaud dans cette chambre, même avec la fenêtre ouverte (une chance que j’aie pu retenir une chambre à 2 lits, on a quand même eu moins chaud que si on avait dormi ensemble et puis ça l’aurait pas fait – dit-elle avec une pointe de regret dans la voix -… )

Dimanche matin : 8 h, Romain (Papy) arrive accompagné par son papa devant l’hotel. L’orage gronde et il pleut bien. On est prêt. Après 2/3 mots pour rassurer le charmant monsieur, on embarque son fiston et c’est tipar !!! La pluie ne nous quittera pas tout au long du trajet et c’est pénible pour conduire. Heureusement la musique est là pour donner du cœur à l’ouvrage. Après avoir tourné un peu dans les environs de Belfort, on arrive à 12 H 30 à la chambre d’hôtes. Environnement magnifique, des vaches, des fleurs, des prés verts à l’infini et une auberge toute proche où on mangera d’excellentes pizzas et où le patron sympa acceptera de mettre mon portable en charge, ainsi que la patronne qui nous filera à la fin dans du papier alu la moitié de ma trop grande pizza.

Après le repas on rejoint Mangouste, Zem’, Kao, Nem’ et Farid qui sont arrivés entre temps à la chambre d’hôtes. Trop trop plaisir de les voir (ou revoir). Quelques photos prises par Nem’ je crois avec les vaches. C’est là que Farid me montre la planche de la BD mais impossible de vraiment réagir, j’ai lu en diagonale. Je faisais que regarder les gens. Je voyais Papy qui parlait, tout de suite intégré . Ce type est adorable. Je suis trop contente qu’il ait été accueilli comme il le mérite. C’était un plaisir de rencontrer Nem’ et Farid que je connaissais pas avant. C’était étrange et agréable cette impression de naturel, comme si on venait de se quitter la veille. Et ce Zem’, comment il est trop beau, je suis surprise à chaque rencontre

Bon, après quelques SMS reçus de Burny, coups de fil avec Martin pour se donner RV etc.., on décide de bouger et d’aller sur le site. Mangouste passe devant et nous la suivons tranquillement. La chambre d’hôtes est à seulement 5 kms du site mais malheureusement les petites routes sont bloquées et nous sommes obligés de suivre l’itinéraire officiel fléché, du coup le trajet est bcp plus long que prévu. Là, je sens que je vais louper The Blakes programmés pour 15 H. Tant pis, à la place, on va au fameux grand parking et LA rencontre a enfin lieu Putain, c’était fort ça !! j’ai pas vraiment de mots. J’ai vu arriver le groupe de loin : Burny d’abord, resplendissante, mon Jérémy avec ses cheveux courts, toujours aussi … aussi je sais pas quoi, indéfinissable. J’avais l’impression que le temps avait rétréci et que je venais de le quitter la veille à Houplines après le Graspop .. et Arthur putain ! ça c’était trop fort aussi. J’avais trop envie de le prendre dans mes bras, j’ai osé le faire (enfin je crois, je sais plus), en tout cas il m’a semblé l’avoir fait. Et Aurélien, un sourire de fou et un regard si profond Et Amélie la copine de Perrine .. et puis les plus importants, ceux grâce à qui tout était possible à cet instant-là : Martin et Dark. Je sais pas si j’ai vraiment profité à fond de ce moment.. je sais pas, c’est encore vague dans ma tête. Je sais que je les regardais tous, un à un, j’observais l’air de rien. Si, en fait je savourais, je me souviens m’être dit « Marie tu y es, tu l’as voulu et tu y es » . Je me suis même sentie fière de ça, je sais pas pourquoi loule !

Bon après, comme ça déjà été raconté, direction la navette qui nous a amenés sur le site rapidement. Bien sûr pour The Blakes, c’était trop tard, donc petit tour un peu partout, au merch’ en particulier (tish trop chers ou absents) .. et la pluie, la boue, les kways et autres grands imperméables en plastique. J’étais terrorisée de voir quand même que la plupart d’entre nous n’étaient qu’en t-shirt. Je passe mon 2ème kway à Burny puisque Bigyo, à qui je l’avais proposé depuis un moment, n’en a jamais voulu …

Donc, en attendant le prochain show, discussions, photos, bières etc.. Puis MGMT sous le grand chapiteau : à partir de là, je n’ai revu pratiquement personne jusqu’à la fin de la soirée. Trop envie de profiter de ce concert très attendu pour moi, j’ai contourné le chapiteau et par la droite, c’était beaucoup plus facile d’enquiller vers la scène. Par contre, j’ai pas réussi à trouver mes amis d’Arles (du forum de Déportivo), je ne les ai retrouvés qu’après pour les Babys, quand le concert s’est vidé pour le début de Cali sur la Grande Scène. Pendant Cali je vous plaignais lol mais je me doutais que tout le monde de la bande était allé devant prendre sa place pour les Offs et je savais que je ne les rejoindrais pas. C’était impossible pour moi, d’autant que je ne voulais rien rater des Babyshambles

Donc apéro-repas avec les Arlésiens et sitting en bonne place en attendant Doherty. Là, coup de fil de G£o, je l’avais jamais vu mais on se retrouve quelques instants puis chacun reprend sa place. A l’heure dite, Doherty et sa bande sont en place, clameur du public et bonheur pendant 1 heure, public très fervent qui connaît les paroles, un Pete proche du public et très souriant. Je vous mets un lien YouTube pour l’immense Fuck Forever qui a cloturé leur set . Dommage, on n’entend pas le public et pourtant je peux vous dire que ça chantait fort !
http://fr.youtube.com/watch?v=GUlm7yxPn1o

De là, vite vite direction la Grande Scène évidemment, on essaie d’aller le plus vite possible mais une foule immense nous entoure et prend le même chemin que nous dans la boue. On se tient, on glisse, c’est plutôt pénible, on a l’impression d’être de pauvres moutons. La joie des festivals quoi !

On arrive en haut de la butte et là, une marée humaine, c’est énorme Les Offs ont commencé, je demande autour de moi, j’ai loupé Americana. On se cale au pied de la tribune officielle et je pense à vous, je vous sais devant, j’ai un peu peur, je vois que ça bouge tellement !! j’espère que vous êtes tous ensemble pour la grande messe Le concert passe à une vitesse de folie. Même mes potes qui n’apprécient pas particulièrement Offspring, chantent et dansent comme des fous. Ca me fait plaisir, ils connaissent même la plupart des paroles ! partout autour de moi, les gens s’éclatent, c’est très festif. Même si je suis loin, j’ai une vue plongeante imprenable sur la scène et sur les deux écrans géants. J’ai pris 2 ou 3 photos qui sont pas terribles mais on voit la foule. C’était impressionnant.





Je détaille pas le concert en lui-même, ça a été fait ou sera fait par d’autres. C’était la 1ère fois que je les voyais en live, j’étais vraiment contente d’être là, je sais pas au juste si j’étais contente par le fait de les voir ou par le fait que VOUS, vous y étiez ! tout était mêlé dans ma tête lol…

Après les Offs, mes potes ont dû partir et je me suis retrouvée seule pendant une bonne demi-heure qui m’a parue interminable. Impossible de joindre qui que ce soit, les portables passaient plus. Puis un SMS de Papy qui me dit « RV à l’endroit où on a bu les bières »… Looooool, mais LOL quoi !! il est où cet endroit ? La nuit, tout change, et emportée par la marée humaine, je me retrouve devant une scène où ça jouait du reggae .. pratiquement à la sortie du site !! Putain, putain, mais où ils sont ???!!! Affolement dans ma tête, j’ai enfin Mangouste au téléphone qui paraît pas plus rassurée que moi et finalement, tout d’un coup, je me retrouve dans les bras de Burny à presque pleurer comme une petite fille .. le cauchemar est fini, ils sont là ! on retourne au lieu de rendez-vous pour rejoindre tout le monde. Petit passage à vide pour Farid qui a perdu son putain de portable au concert (avec plein de numéros importants pour lui). On retrouve G£o aussi, on boit des coups, on mange un peu, j’écoute les impressions des uns et des autres sur le concert, je vois ENFIN Patoff C’était un pur moment de le voir, il a un sourire tellement particulier avec ses trop belles « rides » sur les joues Et Martin qui est comme un fou, il a l’air si heureux ! KouyouZ qui dit pas grand’chose, un peu sonné j’ai l’impression.

On finit nos jetons avec des bières et après un moment passé là, on décide de quitter le site pour rejoindre les bagnoles et installer les tentes. Grand moment que ce retour au parking avec la bannière orange d’Aurélien déployée, l’anniv’ de Martin, la navette avec les Beatles en fond sonore pour Burny et Zem’ (oui oui je m’étais entendue avec le chauffeur )

Et voilà !

Pour la suite, j’ai pas grand’chose à dire de plus que ce que vous pouvez voir sur les photos et les vidéos qui ont déjà été postées. En voilà 3 ou 4 que j’ai prises.






Le rhum a coulé (du rhum Charrette de la Réunion, j’aurais peut être dû choisir du rhum de la Martinique à la place, désolée Dark ), les bières aussi, le Jack Daniels aussi, mais seulement dans mon verre et celui d’Auré je crois bien. Des Prince, des bonbons, des abricots etc.. Un plaid polaire pour les épaules de Perrine, mon kway étant trop humide. Mais il ne pleuvait plus depuis le début des Offs et ça c’était bien cool !

Après quelques bières, Arthur s’est dévoilé enfin . On a bien ri, bien téléphoné à Ingrid, Milou et je sais plus qui. On a écouté les Offs et puis Marvin Hood . Enfin, le temps passait, il fallait que Mang’, Bigyo et moi, on rentre à la chambre, il était 2 H du mat’ à peu près, je sais plus. J’ai laissé le Berlingo sur place et on est parti. J’ai pas pu voir tout le monde, pensant les revoir le lendemain matin. On a ramené Patoff à la navette, il rentrait en train 2 heures après.

Les flics nous ont obligés à passer à des endroits absolument pas prévus mais le grand sens de l’orientation de Mang’ et Bigyo nous a amené tout droit (enfin, façon de parler loule) à bon port. Là, déchaussage sous la véranda pour pas salir la maison, fallait voir l’état de nos pompes !!! Puis dodo ! Réveil relativement tôt (merci les mouches …). Pti déj’ avec Mangouste et vue sur la campagne environnante pendant que Bigyo était sous la douche.

Puis, départ pour le site à 10 H 30 avec passage par le supermarché du coin d’abord. On est arrivé, grand vent un peu froid, ils étaient dans les tentes, les mines un peu défaites lol mais contents des brioches et des pains au chocolat. Je crois que Mang’ a eu une excellente idée avec ça ptdr…

Ensuite, on a tout plié et on s’est dit aurevoir ……… pas revu Burny, Amélie, Martin, Dark, KouyouZ et QQ sui étaient tous partis plus tôt le matin.

Retour la tête dans le cul pour Bigyo, Papy et moi. 700 kilomètres m’attendaient. Ces retours de festival sont toujours horribles et le trajet paraît bcp plus long qu’à l’aller chaque fois. Beau temps mais du vent, bcp de camions difficiles à doubler, bouchon de 40 minutes après Lyon, grosse fatigue, mais toujours beaucoup de musique : les Offs, Bad Religion, Rancid, Pennywise, Rammstein .. et je sais plus quoi d’autre. A 19 H 30, arrivée à Nîmes où on a laissé Bigyo (sa maman était venu le chercher pour m’éviter un 2ème détour lol.. merci Madame ). Une heure après, au son d’Oasis, je ramenais Papy au Grau du Roi où on a rejoint sa maman Nicole là où ils passent leur semaine de vacances. Remerciements d’usage, petite discuss, aurevoir … et tout d’un coup, comme ça, sans que je le sente venir, je me retrouve toute seule dans ma bagnole à 30 bornes de chez moi, avec ce CD d’Oasis qui tourne. Je le change pour mettre MGMT et mes larmes montent. C’était fini. J’ai fait ces 30 bornes je sais pas comment, mes mains tremblaient sur le volant, je voulais faire ½ tour, mais pour aller où bordel ? Les gens avec qui j’avais envie d’être étaient loin, bien trop loin et disséminés un peu partout dans le pays. C’était dur de passer la porte de la maison, de vider la voiture, de trouver 2 spéculoos au fond du panier .. etc .. etc.. etc… je vous passe le mélo de la situation

Et ce matin, j’ai pas eu le courage de nettoyer l’intérieur de la tente ni mes chaussures pleines de boue d’ailleurs. Il me semble que ce serait un sacrilège de faire ça

Je vous remercie tous que cette rencontre ait eu lieu, merci pour les photos et les vidéos postées et celles à venir (photos de Papy le week-end prochain en principe), merci pour les souvenirs plein la tête, pour vos rires et vos délires, merci tout spécial à Bigyo et à Papy pour tout.

Je vous attends tous quand ça vous pètera de faire ça au sud. C’est pas des conneries.

Je vous aime et je vous embrasse.


Dernière édition par Papy le Sam 17 Jan - 14:08, édité 1 fois

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:13

qq666 a écrit:Bon j'vais faire une review, ça risque de pas être terrible mais bon ...
En fait j'ai envie de l'écrire comme si je m'en foutais, je vais écrire tout ce qui me passe par la tête sans réfléchir à la tournure des phrases, la pertinance ou non de certains trucs etc etc, il va surement manquer des tonnes de passages ...

Tout commence samedi matin à 7h mon reveil sonne, première fois depuis le début de l'année que je l'éteint et me lève tout de suite . Je descend dans la cuisine, Je prend mon petit déjeuner, des céréales, des crunch si j'me souviens bien, avec du lait, ensuite je monte, je prend une douche. Une fois la douche finie je m'habille, je met les derniers trucs dans mon sac, puis je vais à la gare d'Armentières pour 9h, j'ai pas de billet et pour une fois ils controlent dés l'accés aux quais, donc bon j'attend, et j'attend le dernier moment que le train arrive pour me précipiter vers le quai, genre j'suis à la bourre, et il m'ont pas controlé . Dans le train bon bah je me fout mon mp3 dans les oreilles, les Beatles si j'me souviens bien, j'arrive à Lille flandre, mon tgv est dans 45 minutes donc je vais à la fnac (non pas pour voler des trucs) et je lis des tomes de Kyo (27 et 28 si j'me souviens bien, c'est quand ils sont dans le labyrinthe souterrain avec la vielle qui est en fait jeune et qui connaissait Kyo quand il était petit, pis finalement elle le laisse passer en faisant exprés de perdre le combat). Ensuite je me redirige vers la gare, je vois que le train précédent pour Paris a 30 minutes de retard, super nouvelle, le mien est ensuite annoncé avec 10 minutes de retard, ça va ... Donc je composte mon billet, je monte dans le tgv, voiture 13 ou un truc comme ça, place 32 coté couloir, j'suis a coté d'un mec relou qui parle tout seul il me saoule donc j'décide de mettre mon mp3 à fond Encore du beatles, puis du Eminem héhé, j'envois un sms à kouyouz pour le prévenir que mon tgv a du retard. Ensuite j'arrive à Paris, voie 9, je vais au bout de la voie, personne. j'allume mon portable et hop un appel de kouyouz, "ouai t'es ou mec" "bah j'suis arrivé" bref en gros il me dit qu'il est là que c'est pas possible, finalement il était voie 7, on parlait toujours au telephone et la je l'aperçois en même temps que lui m'aperçois, Awesome, je raccroche et hop on parle vite fait, de trucs sans intêret, on décide de pas prendre de billets pour le train qui nous ramène chez lui. On le prend et coup de bol le controleur n'arrive dans notre wagon que lorsqu'on descend (oui on descendait pas au terminus obviously). Il était vers 13h, on va à sa caisse, une Nissan micra, il cherche un truc ça le fait bader mais finalement il le retrouve et on part direct pour Reims (oopah). Sur la route on s'arrête trés vite pour acheter des bières, on décide de prendre le pack ou y'en a le plus pour le moins cher, et hop tout content on repart à la caisse, je demande à kouyouz s'il veut une bière, il en veut pas, moi j'en prend une et là grosse désillusion, c'est pas des canettes qui s'ouvrent en tournant, alors là un peu dégouté mais je tente quand même le coup du briquet même si je sais pas le faire, et par miracle aprés au moins 5 minutes d'essais la canette souvre. On appelle Aurélien pour lui dire qu'on se dirige vers Reims (oopah). Au bout d'un moment on se dit que c'est bizzare que Reims soit à 450 km, on vérifie et en fait le Gps nous amenait vers Bordeaux Bref Reims il voulait pas on a donc mis Tinqueux, et ça a marché. Quand on arrive vers Tinqueux on appelle Mimile pour savoir si y'a moy de le voir, et y'a moy prieeeee. Donc il nous dit d'aller sur la place de Tinqueux, la ou y'a une fontaine, une église, donc bref on avance, on passe devant une bibliothèque municipale, la mairie (qui ressemble à une vieille salle des fêtes toute pourrie ) et on trouve la place, je reprend une bière (non sans difficultés pour l'ouvrir), et on attend là (mais la voiture était garée plus loin). Y'avait un mariage avec des moines et tout, donc en fait on a tappé des vieux délire en disant que Mimile allait sortir de là en toge et tout. Finalement on le vois arriver il était encore loin mais il tapait déjà des barres tout seul. Bref il fut tout étonné que je sois "vrai", on parle vite fait, Mimile sort une vanne sur françois (ou alors c'était plus tard ça), on arrive à la bagnole et Mimile malgrés ce qu'il nous avait dit ne sait pas non plus ouvrir les cannettes avec un briquet. Donc on va à Reims, Mimile et kouyouz chantent du blink comme vous l'avez vu dans la video, on arrive à Reims, Auré nous donne rendez vous devant la Cathédrale. En l'attendant Mimile nous fait visiter, la fnac ou il commet ses vols, le photographe qu'il avait insulté sur le fo', des potes à lui à qui il dit pas bonjours, un bar pourri ou ils ont joué et c'était d'la merde, on sort des vannes comme quoi Aurélien il vit dans la cathédrale, il sonne les cloches et tout, que ça sera le prochain maire de Reims, il me filera une baraque sans impots . On retourne à la cathédrale, on skwatt, mimile fait quelques tophs, y'a des mecs qui étaient bourrés ils chantaient des chansons de merde. Finalement Auré arrive avec un putain de sac à dos . On lui dit bonjour (normal), on parle vite fait de la cathèdrale, il nous sort direct plein de références avec les années et tout , mais finalement j'en savais autant que lui. On retourne à la bagnole, Mimile tente de rouvrir la cannette, echec avec le briquet, il tente la bordure, echec, finalement il accroche la canette dans un grillage il tire et ... Y'a dl'a bière partout, mais j'ai enfin ma cannette merci Milou prieeeee, il refait quelques tophs et on part au son de Rafrag.

On a galèré un peu sur la route, mais j'vais passer j'me souviens plus trop des détails et c'est pas drole sans les détails. Sauf qu'il y'a un truc important sur une aire j'ai acheté un sandwich au poulet à 5 euros, et on a du acheter une carte parce que le Gps faisait nimp. Ensuite on est arrivé à Belfort, on a mis 2 heures à chercher Dark et Marty qui étaient vraiment pas loin . à 2 heures du mat' on les à trouvé comme vous l'a expliqué Kouyouz, donc j'ai pu gouter le rhum de Dark, on a vidé quelques cannettes qu'on a enfin pu ouvrir car Marty a un couteau suisse qui fait tout prieeeee. Vers 4h et quelques on a décidé d'aller se coucher, Arthur lui avait trop mal au bide ça faisait un moment qu'il était dans la caisse. Auré s'est mis à l'arrière, moi sur le siège avant droit. A 6h, on était tous réveillés, j'avais du dormir 5 minutes, on avait la dalle, on a été vers le village en caisse, on a trouvé un distibuteur j'ai acheté des m&m's prieeeee enfin quelque chose à manger. Finalement on a trouvé une boulangerie ou j'ai acheté 3 petits pains à 0,80 piece. On est revenu au parking, on voulait redormir un peu (ou dormir tout cours quoi), cette fois j'avais pas envie de dormir assis, j'me suis posé dans l'herbe à coté d'la caisse. Vers 8h Dark et Martin sont venus nous reveiller (comme vous avez pu le voir grace à la video), il a plu un truc de fou aprés, on se parlait via nos portables bien que leur voiture était juste à coté de la notre. Finalement Marty et Dark sont partit aux chiottes en caisse , nous on a été faire le plein. Pendant qu'on faisait le plein Auré a eu l'idée qu'on aille chercher Burny et sa copine à la gare parce que les navettes c'était pas trés sur quoi. Donc on l'appelle, elle était d'accord, donc on est partit à la gare de Belfort, on a attendu 10 minutes que leur train arrive, kouyouz a appelé perrine Burny et elle a trouvé que ça faisait bizzare "burny" IRL. On est retourné au parking, on y a retrouvé Dark et Marty, on a décidé d'aller au resto. Ayant vu une pizzeria la veille on y va mais ... fermée, on attend que Martin y arrive (il conduit vraiment pas vite), et on repart en arrière, on trouve un autre resto, (D'ou est tirée la video) on y mange. On retourne au parking, on essaie de choper les autres qui sont censé arriver, finalement on apprend qu'ils sont à l'allée D, on les y rejoint.

Bon ensuite (là je commence à me lasser ça va être vraiment en gros) on s'est tous rencontré c'était la teuf, on a vu les Offs, Cali était insuportable, ensuite on est rentré au parking, on a bu, on a partouzé, on a ris, Perrine a défait mes lacets (mais en entier quoi), elle avait trop bu encore une fois, c'est vraiment une ivrogne, je me suis sentit obligé de faire de même avec les siens, Zem' m'a enculé, je l'ai sucé, Dark aussi m'a enculé, Zem' a mis Dark à poil, Zem' a sucé Kouyouz, Kouyouz a été pioncer parce qu'il était mort, Aurélien aussi, Nem' aussi mais finalement elle arrêtait pas de nous rêpetter qu'yavait d'la place pour tout le monde dans sa tente, on a été vérifier et oui c'était bien le cas, par contre dans celle d'Amélie on a pas eu le droit d'aller. Aprés euh on a dormi, le lendemain on s'est levé (normal), on s'est dit au revoir (il s'est passé des choses avant).
On a ramené Burny et Amélie à la gare, Aurélien chez lui, y'avait une fille pas mal dans sa rue quand on est repartit, kouyouz m'a amené à la gare de chantilly, j'ai pris le train pour Paris puis le Tgv pour Lille, puis le train pour armentières, puis j'ai appelé ma maman pour qu'elle vienne me chercher hihi. Pis j'suis rentré chez moi vers 22h.

Amen

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:14

Zem' a écrit:Ok, ça va faire mal – à l'image de ce putain de Dimanche.

6h45 le réveil s'agite. 7h30 j'suis dans le métro, et bien que ce ne fut pas prévu, ce sera là que la rencontre commencera. Oui, à St Lazare j'ai le bonheur de voir grimper kaoru dans le même wagon que moi, à la porte ou je suis moi-même posté. On se fait la discute pour les qq stations qui reste. Arrivé à Pont de Levallois, on descend du tromé et lors d'un furtif regard vers l'arrière j'aperçois le joli minois d'une tête qui ne m'est pas étrangère. Nemounette était calée dans le même wagon que nous mais ne s'était pas manifestée…explication faiblarde comme quoi elle n'était pas sûr. Bon on a compris le message….
Mangouste et Farid nous attendent à la sortie, direction la voiture, et c'est partit !

Bon inutile de préciser que niveau zic ça à tout de suite commencé sur les offs, puis après on a fait tourner pas mal du lecteur mp3 disque dur de Mang. Route sans encombre jusqu'à la chambre d'hôte de Mang ou nous devons retrouver la voiture sudiste. Arrivé à 13h30; et la troupe du sudse pointe vers 14h15, enfin de retour de leur déjeuner (avec sur les bras une pizza pour nous (L) (L) ). Très grand plaisir pour nous de retrouver Marie et Bigyoy', et rencontre avec Papy.

On part pour le parking, un peu de galère pour y arriver, rien de grave (sachez qu'il fallait tourner à gauche, pas à droite) et une fois garé allé D on appel les gens déjà sur place pour qu'il vienne nous rejoindre (yzété garé allé V ces cons.)('fin finalement elle roxait bien l'allée V)( mais nous verrons ça plus tard) après quelques longues minutes d'attente nous apercevons enfin le petit groupe, et au loin des mains se lève déjà. Arrivé de la troupe, tout le monde à la banane, serrage de pince/claquage de bise à tout le monde, j'encule Martin dès qu'il me tourne une première fois le dos, c'est le début du bonheur version XXL. Nem sort son APN et on commence les premières tophs, notamment avec la bannière. Après les quelques minutes d'organisations nous nous dirigeons enfin vers la navette. Une grosse queue nous attend mais heureusement le débit des navettes est à la hauteur et le tout s'écoule très rapidement.
Les premières heures sur le lieu du festoch ne sont pas passionnantes, on échappe tant que possible aux averses, on prend nos repères pour les scènes, Martin répète à qui veut l'entendre qu'il veut aller se caler devant la grande scène, on hallucine devant les 30 euros demandé par le stand merch officiel du festival pour un T shirt The Offspring, on se cale sous un arbre, on fait les cons….fin bref un festival normal, so far. Au moment des premiers concerts intéressant on commence un peu à se séparer en fonction des goûts de chacun. Perso ça sera un peu de Moriarty avec Charlotte (putain bien ouaij ton coup d'oreille pour Jimmy !!), MGMT, puis direction la grande scène pour Cali. La commence les bonnes barres. J'y étais avec Aurélien, Perrine, Amélie, Bigyoy, Farid et Romain et bon on voulait surtout atteindre les premiers rangs pour rejoindre les autres forumers. Alors mêmé si Cali c'est une bête de scene on était pas trop dans l'ambiance alors que tout le monde était tout fou autour de nous, c'était assez tripant comme situation. A deux reprise nous partons en mode file indienne-bourrage de coude pour avancer vers la scène, mais c'est surtout pendant les rappels et juste après la fin du concert qu'on arrive à les rejoindre grâce à Aurélien, fouine professionnelle.

On arrive à placer la bannière sur la barrière tout devant mais juste avant que les offs arrivent les vigiles viennent nous demander de Dommage, vu la classe avec laquelle Auré a réussi à lala retirer faire rentrer dans l'enceinte du festoch alors qu'il était bien précisé "bannière interdites". Auré, un homme, un vrai.

L'attente des offs me fait découvrir que mon voisin est un putain de boulet. Je crois que j'ai décroché le boulet du concert quoi, mais qu'il était con !!!! Y'avait le gros guitar tech sur scène qui faisait les balances, je balance un truc genre "tu fais de la merde" histoire de passer le temps et le con a coté de moi se retourne et me dis "t'es ouf, il joue trop bien le mec !". Je suis alors un peu étonné, j'avais jamais entendu que le mec en question gratouille spécialement bien, je lui demande alors des précisions. Le con me dis alors que "bah oui, c'est le guitariste des offspring, il joue super bien !". bon à a ce moment je suis encore plein d'estime pour ce mec, je prend alors ça pour de l'humour, il ne pouvait en etre autrement. J'enchaine alors par un "haha, ah mais oui, je suis con je l'avais pas reconnu" en marquant le ton ironique tant que possible. Le con se retourne face à la scène et le mec a coté de lui lui dit alors que "non non c'est pas Noodles". Surpris je tapote sur l'épaule du con et lui demande s'il était vraiment sérieux, n'en croyant pas mes oreilles. Le mec me dit alors que non il le croyait vraiment, que comme la dernière fois qu'il l'avait vu c'était sur le clip de Pretty Fly bah il pensait juste qu'il avait changé.
Putain là je suis en état de choc….non seulement le mec ne lui ressemble pas, c'est un petit gros avec un double menton couvert d'une barbe de 5 jours….mais surtout…SURTOUT….putain mais on voit pas les membres du groupe dans le clip de Pretty Fly
Mis à part je me suis amusé à terroriser Perrine et Amélie sur le fait qu'on allait mourir à cause de la pression de la foule quand les premières notes allaient se faire entendre. La suite me donnera raison
A l'heure pile Pete se pointe sur scène, limite les mains dans les poches et va s'installer à la batterie. Je crois que tout le monde est un peu surpris par le procédé car aucune clameur ne vient de la foule, peut être que comme moi peu de gens l'avait reconnu et était déstabilisé par le manque de soin de l'intro^^ pas vraiment spectaculaire. Bon par contre quand l'intro de Americana commence tout est pardonné, c'est énorme de commencer par ça. Et là comme prévu les mouvements de foules commence et nous nous faisons tous écraser; mais bon vous imaginez la scene quoi, c'est une situation basique pour toute personne se situant dans les 4-5 premières lignes d'un concert de cette ampleur.
Après deux ou trois morceaux Amélie dit qu'elle ne va pas tarder à faire un malaise, je l'envoi donc en slam pour qu'elle puisse se faire éjecter par les vigiles et qu'elle puisse reprendre ses esprits. Ne profitant pas du concert de là ou je suis (un peu prévu) je décide de reculer de quelques rangs ou, comme d'habitude, l'ambiance y est toujours meilleure. Un petit coup d'œil à Burny et remarque qu'elle ne fait pas la fière non plus, je la prend donc avec moi (avec son consentement, bien sûr) pour l'aider à reculer, ce qui n'est pas des plus faciles vu la pression venant de derrière. On se cale donc à je dirais environs 7-8 mètres de la scène et on y retrouve d'ailleurs Farid et Kouzou tout à fait fortuitement. Je passerais le reste du concert avec eux, très sympa !

Je vais pas m'étaler sur le concert, juste dire que les deux meilleures songs on été TKAA (solo parfaitement réussi de Noodles !!!) et Self Esteem pour l'ambiance dans la fosse, et que les gens sont toujours aussi pourri sur les cœurs de What happened to you et TKAA. La surprise de la soirée fut Wala Wala qu'ils n'ont pas pour habitude de jouer en live, et aussi le fait qu'on a assisté à une sorte de tournée promo d'Americana avec pas moins de 7 chansons qui en étaient issues !! Half Truism faisait trop plaisir à entendre en live putain sinon, franchement trop trop trop bon. Les offs en eux même pas de grande folie, très très prévisible.
Je prendrais deux exemples, après je ne sais plus quel chanson Kouzou se tourne vers moi et me lache "alors maintenant c'est soit TKAA, soit Want you bad"….et les deux chansons qui ont suivi fut respectivement Want you Bad et TKAA…
En deuxième exemple, quand Noodles se décide à lâcher quelque mots il se met à parler de la bouffe française, je me tourne alors vers Perrine et lui dit "maintenant il va nous remercier pour le vin, et ensuite pour la bière"….bah ça à pas loupé ! sacré offs….

Après le concert on cherche le portable de Farid pdt 10 minutes puisque celui-ci la perdu pdt le concert, puis avec Perrine on met 10 ans à retrouver Amélie, puis tout le monde met 10 ans pour se retrouver au point de RdV fixé avant le concert, la nuit étant tombé pdt le concert, on perd tous nos repères, c'est très troublant !
On y reste un peu, puis retour vers la navette. Entre temps pas mal de forumers se sont remis la bannière sur le dos, et ont fait chié teeeellement de gens avec, c'était énorme. Le chauffeur du bus nous fait le plaisir de mettre une radio qui diffuse Love Me Do des Beatles et tout le bus se met à chanter, c'était trop mignon.
On regroupe toutes les voitures dans l'aller V et on sort les bouteilles. Putain Dark quand il fait un punch il le fait pas é moitié, il était sacrément corsé le salaud !! C'est là que la rencontre forumique prend toute son ampleur, ça a été un sacré bon putain de moment, c'était de la magie pure ! Et plus les teteilles descendait plus la folie gagnait. Kouzou de nature très calme et peu expressive – contrairement à ce que pourrait laisser penser son activité forumiale – se révèle alors à nous, ultra big up à toi mec. Un gros délire de la soirée fut, qu'une fois tout le monde plutôt bien, d'appeler des forumers qui n'avaient pas pu être présents, a chaque fois que kouzou avait le tel il commençait par dire qu'il était déchiré, c'était excellent, on à trop tapé des barres la dessus. D'ailleurs on à pas réussi à avoir bcp de forumers en direct, que Ingrid pour ma part, même si elle a refusée de me parler (bon, j'ai réussi à choper un "xavier ! ca va ?" au bout du deuxième essai (L) (L) ).
Pour ce qui est de raconter ce qu'il s'est exactement passé je crois que les vidéos parlerons mieux que moi, mais en gros on a pourri Kouzou dans sa voiture, Nem dans la tente, la bouteille de rhum….
On a passé pas mal de temps dans la deux places de Marie aussi…on était 7 dedans…Assez tripant !! faudrait vous faire un plan de comment on était installé ! On a même pioncé à 7 dedans pdt un bout de temps, mais quand je me suis réveillé au milieu de notre courte nuit (on a été forcé d'aller se pieuter lorsqu'il s'est mit à pleuvoir alors qu'il n'avait pas plus une goutte de toute notre soirée sur le camping !) j'ai quitté la tente pour aller dans celle de Céline, où seulement Farid dormait, donc plus de confort (bien qu'il m'ai piqué mon tapis de sol le bâtard). Perrine à rejoint la tente ou Amélie dormait un peu plus tard dans le matin parait-il. Ça à du être plus gérable à 5, mais il n'empêche que ça restait une tente deux place…y'a de la performance dans l'air !

Putain c'est fou comment il peut se passer autant de truc en une journée, et que la journée passe super vite quand même !
Si vous saviez ce que je donnerais pour pouvoir remettre ça !! En y ajoutant les absents !
C'était tout simplement génial ! Tout ces gens en même temps, sous le signe du rhum et de la connerie !
Et c'est sans compter tous ces gens que je n'avais pas eu la chance de voir au trabendo !
Sérieux c'était énorme de vous voir tous autour du bouteille de Rhum et d'un Punch maison. La prochaine fois on se met une plus grosse tête ! Ca manquait d'alcool sur la fin =D

j'vous kiffe bande de merdes

----

ptain la vidéo de la toutouz j'kiffe dark au début, en foutant un doigt à je ne sais qui "c'est à qui ca"

et putain, le "waw" qui sort du coeur quand il zoom sur l'arriere train de je ne sais plus qui

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:19

PAPY a écrit:Voilà, j'ai enfin fini


Tout d’abords je tiens à m’excuser pour la longueur de ma review mais je crois pouvoir la justifier vu l’importance de l’évènement.
Aussi pour tous ceux qui n’auraient pas « envie de ce casser le cul » à tout lire, ce que je conçois parfaitement, je tiens à leurs préciser que j’ai fais spécialement pour eux un résumer de quelques lignes à la fin de la review.
Voilà et bonne lecture en espérant que vous ne vous ennuierez pas trop.


Ma rencontre forhumique débute dans la voiture de mon père, c’était le dimanche 6 juillet 2008, 8 heures du matin, un temps pourris, beaucoup de pluie et du tonnerre, pour faire simple la journée s’annonçait bien. J’étais entrain de traverser Beynost par les petites rues en plein sur la côtière (tout le monde s’en fou de ces détails là mais au moins Marie (Risin’) voit à peu près comment c’était ).
Ma review commence à ce moment là car Marie venait de répondre à mon message pour me dire qu’elle était prête et qu’elle m’attendait avec Bigyo’ (Yoann) sur le parking du formule 1.
A peu près 5 minutes après durant les quelles mon père ma fait son discours habituel sur la drogue et tout les trucs dans ce genre (m’en fou de toute cette merde, j’y toucherai pas :-p ), j’arrivais sur le parking, il pleuvait toujours autant, je venais de faire sonner Marie pour m’annoncer, on avance sur une vingtaine de mètre et passons devant l’entré du bâtiment. Môman est au rendez-vous, un grand sourire:) , c’est bon elle m’a tout de suite reconnue, sa enlève un tout de suite ce je ne sais quoi qui fait qu’on hésite un peu, je me comprend…
A côté d’elle je vois un gars assez costaud mais pas très grand avec un T-shirt The Offspring qui attendait avec elle, le fameux Bigyo’ que je rencontre pour la « première fois » vu qu’il ne poste pas beaucoup en ce moment.
On descend de la voiture, on ce dit bonjour, Marie parle un peu avec mon père pour le rassurer pendant que Yoann m’ouvre le berlingo pour que je charge mes affaires et les piquets.
Cinq minutes s’écoules à peu près et nous démarrons, premier objectif : trouver de l’essence.
On commence à traverser le parking, Yoann regardant la carte, Marie décide de s’arrêter vers l’entrée pour y jeter un coup d’oeil, puis tout d’un coup elle ce retourne vers moi et me balance un truc du genre : « Je fais plus vielle que ce que tu imaginais ??? » La question ma pour ainsi dire séché tellement sa m’a surpris (Marie t’es pas vieille, t’es comme une jeune de 20 / 25 ans ).
On part prendre de l’essence au Leclerc d’à côté, Marie avait un peu de mal sans ces lunettes pour lire les indications, on a dut la guider avec Yoann jusqu’à la station qui était à même pas 100 mètre.
Nous voilà enfin sur l’autoroute dix minutes plus tard, il est 8 heures 30, un CD des Ramones que Yo’ et Marie avaient pas pu finir d’écouter la veille il me semble, Marie qui parle en disant qu’elle espérait pas être passé pour une folle au près de mon père, Yo’ qui regarde la carte et moi qui suis calé à l’arrière. Au niveau de Pérouge je fait une petite présentation du coin en leurs montrant la cité Médiévale de Pérouge que l’on aperçoit justement sur la gauche, Marie peu pas regarder parce qu’elle conduisait mais Yoann cherche le cloché que je lui décrivait.
Arrivé au niveau de Ambérieux en Bugey, premier « boulet » sur la route complètement détrempée, Marie qui respecte les limitations de vitesses refuse de doubler un mec devant nous, du coup elle décide de lever un peu le pied histoire que l’on voit ce qui ce passe devant, ce qui est pas évidant avec toute la flotte que la bagnolle soulevait, mais celui-ci ce met lui aussi à ralentir quand on cherchait à prendre une certaine distance, à croire qu’il le faisait expret .
Sa énervait un tatillon Marie mais qu’est ce qu’on c’est marré quand on la vu s’arrêter sur la même aire d’autoroute que nous (pourris jusqu’au bout ), on écoutait American Jesus à ce moment-là et tout le monde chantait le refrain.
Après une petite vingtaine de minutes à l’aire de repos où tout le monde avait fait ce qu’il avait à faire (Marie : boire son thé, Yoann : go to pipi room, gros pipi d’ailleurs et moi bah glandouille habituelle ) on ce remet en route, G£o (Geoffrey) ayant répondu à mon message pour lui demander le temps qu’il faisait à Belfort par : « concert excellentisime, beau temps tout le samedi mais couvert le soir »…
Heureusement il a tilté tout seul et j’avais ma réponse 45 minutes plus tards : « Il pleut ». La pluie était en effet toujours aussi forte on a écouté Ignition après Recipe For Hate avant que Marie nous passe deux trois trucs plutôt hard rock.
Une sacrée barre à l’arrivée au péage, 23 euros 50, Yoann a insisté pour payer, au passage il en profitait pour s’alléger un peu parce que payer l’autoroute en pièces de 50 centimes…
Bien sûr le gars derrière commençait à s’impatienter et klaxonnait : t’avais qu’a pas choisir cette file. :-p
On approche de Belfort, on sort de l’autoroute et là Marie commence à stresser un peu, elle avait imprimé une feuille de route pour ce rendre à la chambre d’hôtes qu’elle allait partager avec Yoann et Mangouste (Céline), pas de bol, c’est tout en travaux et on fait dérivation sur dérivation, mais on s’en sort assez bien puisque qu’une demi-heure plus tard on coupait le moteur devant la chambre d’hôtes, à côté d’un pré avec des vaches.
Entre temps Marie s’était extasier devant toutes les fleures à l’entrée de chaque maisons pendant notre traversé des patelins du coins alors que Yoann lui en avait mais strictement rien à foutre.
Marie était ravis de l’environnement, les vaches, des jolies fleures, une herbe bien verte (en même temps elle ne risquait pas d’être grillé par le soleil vu le temps ).
C’était midi et miracle, il ne pleuvait plus, on a donc décidé d’aller à pied dans une auberge à 500 mètres de la voiture, Marie et Yoann avec leurs bières à la main. On n’avait pas commencé à regarder la carte que Marie commençait à s’excuser comme quoi elle nous obligeait à aller au resto parce qu’elle n’avait pas prévu de quoi manger. Entre temps elle était allée demander si elle pouvait brancher son portable pour le recharger, elle râlait à chaque fois qu’elle recevait un message « inutile » d’un des keupons déjà sur place, sa lui bouffait sa batterie .
Au final, on a tous pris une pizza, Marie hésitait, pas sûr qu’elle aurai assez faim alors Yoann et moi étions sûr qu’on les finirait sans problème : effectivement sa a pas loupé.
Nous voilà donc repartit vers 13 heures 30 avec les restes de la pizza de Marie sous le bras, emballé dans de l’aluminium, direction la voiture mais toujours pas de nouvelles de Céline.
Là on a bugué avec Marie, à la sortie du resto’ il y avait des poubelles, on voit Yoann s’y rendre et jeter quelque chose : « merde, ce con il a jeté la pizza » Mais en faite non, il l’avait toujours à la mains, la putain de barre, on était planté la comme des cons devant les poubelles à rire pour rien.
En marchant on commençait à ce dire « sa y est, on est à Belfort » , et là on ce dit que Mangouste est peut-être déjà devant la chambre d’hôtes à nous attendre.
Encore 100 mètres et on aperçoit la berlingo à Marie, une Renaut 19 gardé derrière, elle y était pas à notre dépars et 5 personnes à côté, et là j’entend Marie à ma gauche qui crie : « ZEMMOUNETTTE » On nous répond, on nous fait signe, la rencontre a bel et bien débuté, on est à Belfort pour ZE rencontre forhumique.
Je reconnais tout de suite les keupons même si c’est la première fois que je les vois tous IRL, Zem’ (Xavier) et Farid (Powerhead) avec leurs crêpes Waouh dans la main , à coté Mangouste, Kaoru (Charlotte) et Nemesis (Marjorie) qui parlaient de vaches homosexuelles ou je ne sais pas quoi , 45 minutes qu’ils nous attendaient là mais les portables passaient pas .
On fait le tour, on se dit bonjours, on ce serre la pince, on ce fait la bise et là Nemesis qui balance : « On c’est bien marré quand on a vu les piquets, au moins on était sûr qu’on était bien arrivé » Ils auront au moins servis à ça mes piquets . Pendant ce temps Yoann avait déballé le reste de pizza au grand bonheur de Farid, Xav’ et Charlotte… On parle un peu, je discute avec Farid qui s’interrompt et s’éloigne un peu pour répondre au téléphone et là…
Farid qui découvre les merveilles que nous réserve la nature : un bug de deux seconde, la bouche et les yeux grands ouverts devant la vache entrain de chier en face de lui (un peu comme ça : ), la barre quoi.
Puis vient les premières photos de groupes avec les vaches où Marjorie a refusé de poser, ce justifiant en prenant les photos elle-même. Pendant la pose j’apprends que Farid nous a bel et bien réservé l’exclusivité de la page 4, que Yoann y rentre en scène et que c’est du lourd…
Farid nous sort la page et prend ces distances, la barre en voyant François sur la BD.
Bon c’est pas tout mais va falloir y aller, direction les eurockéennes, Céline, Xav’, Marie et Yo’ ce mettent d’accord sur l’itinéraire et c’est parti. En route Marie me repose la question qui tue : Nemesis ou Kaoru . Cinq minutes plus tard les deux voitures arrivent à un croisement, alors que tout nous poussait à aller à gauche Zem’ décide de prendre à droite et deux kilomètres plus loin, on le voit sortir la tête par la fenêtre, nous regarder et gesticuler dans tout les sens : on fait demi-tour.
On roule encore un peu et Marie commence à s’impatienter, elle voulait absolument voir The Blakes alors que ces amis venaient d’appeler pour lui annoncer que le concert débutait. « Mais demandez lui où c’est » qu’elle disait à chaque fois qu’on s’arrêtait et que quelqu’un passait près de la voiture à Céline. Encore dix minutes et là Céline s’arrête, Zem’ sort de la voiture et vient nous voir : « Il y a un panneau dans l’autre sens, il suffit juste de faire demi-tour »
Marie ce le fait pas répéter deux fois, on roule jusqu’à trouver un endroit assez large et hop, demi-tour à l’arrache .

[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:21

[...]

PAPY a écrit:Arrivé au parking, les gars de l’organisation nous dirigent vars l’allée D et là Marie : « non, non, moi je veux aller à la V, c’est là que les autres nous attendent »
Au final, on c’est quand même garé dans la D et on les a appelé, ok ils arrivent.
En les attendant on discute et on voit un groupe de personnes ce rapprocher, les deux groupes ce regarde mais au début personne ne dit rien dans le doute. Je commence à reconnaître des gens, Arthur (QWZK1 qui ce prononce kouwouzoukouone pour ceux qui l’ignorent encore ), Aurélien… Ils commencent à nous faire signe et Marie ouvre le bal : « BURNYYYYYY »
Là on est dedans, c’est la rencontre forhumique que tout le monde attendait, on est quasiment tous là, je connais personne, c’est la première fois que je rencontre les keupons IRL, donc viennent s’ajouter au groupe (question de point de vue ) Kouyouz, Aurélien, Burning Girafe -> Burny (Perrine), Amélie qui si j’ai bien compris est une amie à Perrine, qq666 (Jeremy), et les dieux : Martin et Dark (Julien).
On a pas le temps de ce dire bonjour que Martin, Dark’ et Auré’ sont déjà à genoux devant Môman à prier façon boby , puis viennent les salutations.
Photo de groupe oblige avec la bannière, Nemesis commence à nous la refaire comme pour la chambre d’hôtes, pas de bol pour elle, un gars de l’organisation était dans le coin et a pu faire la photo .
Kouyouz qui quand il n’est pas un minimum joyeux (avec de l’alcool bien sur) parait limite blasé nous montre pourquoi on le surnomme « la bible du forum », il y avait de quoi être sur le cul, à pars ma date d’anniversaire il a pu nous redonner toutes les dates de tous les forhumeurs présents de tête sans aucune hésitation.
Aux alentours de 15 heures 30, on a décidé de ce rendre sur le site, abandonnant mes piquets entre la berlingo et une autre voiture (tant pis, ils auront au moins servit pour keupons dans la voiture de Mangouste à reconnaître la voiture de Marie) : « Demain c’est l’anniversaire à Martin » et là je repense à ce que j’avais posté dans le topic des anniversaires, chose promise, chose dut, pour Céline on ce fait la bise mais quatre fois.
Le groupe avait trop la classe avec les cinq home made T-shirt (Martin, Julien, Aurélien, Charlotte et Céline), sa faisait vraiment la bonne bande de potes. Arrivée à la queue pour les navettes, merde elle me parait longue, j’espère qu’on attendra pas trop longtemps, mais on est tout un groupe, sa discute sa dit des conneries, le temps passe vite. Autour de nous ils y a que des groupes de trois ou quatre personnes maximum, quelques couples et des personnes qui ce sont pointé seuls, je crois que c’est Perrine qui a dit dans sa review que si elles n’avait pas fait parti du groupe elle nous aurai envié, c’était un peu sa, on nous regardait avec un certain amusement.
Arrivé au bus ; « montez, montez, il reste encore de la place » qu’il nous disait le monsieur, mais maintenant qu’on était tous ensemble, pas question de nous séparer dit donc, premier gros bordel, fallait faire passer du monde devant pour remplir le bus histoire qu’on soit pas séparé.
Le bus suivant arrive trente secondes après que l’autre soit partit, on monte tous à bords, les gens nous regarde un peu bizarre, Il y a pas beaucoup de places assises, je monte dans les premiers alors j’en profite, arrive Aurélien qui sait pas où ce mettre, on ce sert un peu et sa tient à deux sur un siège.
Farid qui au début était tout content d’avoir une place assise ce met tout d’un coup à regretter , il est à l’avant du bus et son siège est adossé au mien, en gros il tourne le dos à tout le groupe, il ce retourne vers nous et profite du fait qu’on soit callé au sec (il pleuvait deux trois gouttes dehors, quasiment rien) pour montrer aux autres la page 4, j’en profite pour la relire avec Aurélien, mais la barre quoi, on passait pour deux cons, les gens comprenaient pas.
Une fois descendu du bus, direction l’entrée : « les bannières sont interdites » Peut être mais c’est Aurélien qui si colle. En route on croise des gens qui essayaient de revendre leurs places, et bah bon courage les mecs Premier barrage, contrôle des billets, on ce sépare en deux files, Kouyouz est devant moi et là coup de stress pour lui, l’hôtesse arrive pas à lire le code barre de son billet avec son lecteur : « Passez dans la file tout à droite s’il vous plait », t’inquiète Kouyouz on t’attend, heureusement qu’il était bien précisé que toute sortie était définitive . Moi je passe sans problème le contrôle et double Yoann dans la file d’à côté qui paraissait content de prendre de l’avance sur moi pendant le malheur d’Arthur , deuxième contrôle : fouille au corps
« -C’est quoi ça ??
-C’est mon K-way (je l’avait attaché autour du ventre sous ma veste)
-Un K-way ?? (Genre t’as rien planqué dedans ??)… C’est bon vous pouvez rentrer »
(La façon dont il m'a dit sa le mec )
J’avance un peu et me retourne, Aurélien qui passe à la fouille : t’es un dieux mec . « Bannière interdite », il l’enroule / la plie façon crêpe Waouh, sur les épaules et hop sa passe tranquille, la bannière faisait quand même 4 mètres de large et 1 mètre 45 de haut, c’est pas évident à planquer .
Les keupons passent progressivement les contrôles et Marie s’inquiète un peu pour Arthur quand elle apprend le pépin qu’il a eu avec son billet mais finalement sa ce passe bien et il nous rejoint assez rapidement.
On commence donc à ce balader sur le site en cherchant quelque chose à faire, tout de suite sur la gauche à l’entrée il y avait trois gars sur une scène qui ce la faisait façon « fou ta cagoule » les paroles en moins (je crois qu’ils essayaient d’imiter des percussions en fait vu que j’ai pas vu d’instruments ), ils nous épargnaient toujours des paroles merdiques.
On arrive enfin au chapiteau où on s’arrête de nouveau, le groupe Moriarty venait de débuter son concert, de la musique folk pas désagréable à écouter mais personne accrochait vraiment dans notre groupe. C’est là que j’ai envoyé un message à G£o pour lui dore de nous rejoindre ici, on a du attendre 10 minutes avant d’avoir sa réponse : « Je suis là dans 45 minutes ».
Bon, on n’allait pas non plus rester là comme des glands pendant 45 minutes, on c’est donc mis à longer le chapiteau par la gauche et on est tombé sur le stand des informations, Marjorie embarque un plan histoire qu’on ce repère, on ce retourne et juste de l’autre côté de l’allée il y avait le stand de marchandising.
Tout le monde traverse et là on découvre les T-shirts Hammerhead à 30 euros pièces , à ce prix là je préfère encore demander à Martin qu’il me fasse un Home made T-shirt à 7 euros (même si il avait été moins chère de toute façon ).
Du coup nos sous sont restés bien au chaud, et nous on en a profiter pour s’abriter un peu vu que la pluie reprenait sévère, on c’est quand même fait virer au final vu qu’on achetait rien mais on a pu éviter le gros de « l’averse » (entre guillemets parce qu’elle s’arrêtait pas vraiment, juste que sa ce calmait et reprenait de plus belle peut de temps après).
On reprend donc notre chemin et nous voilà en haut de la bute qui surplombe la grande scène, on regarde notre montre avec Zem’ je crois : dans quatre heures et demi on sera tout devant pour les Offspring, putain sa va être génial .
On arrive alors à la loggia, le groupe Electric electric était sur scène, on a du rester 10 minutes, encore une fois personne n’accroche vraiment, on retourne vers le chapiteau, la pluie était de plus en plus intense, c’est là que les K-way deviennent utiles et je sors le mien (bon j’avoue là on en tous mais vraiment rien à foutre), Marie avait déjà refourgué le sien à je sais plus qui parce que Bigyo’ avait refusé de le porter.
On savait pas trop quoi faire et là, un coin à l’abris sous les arbres, on a du y rester une demi heure peut être pendant la quelle Marie en a profité pour faire un tour de son côté, Farid lui était parti présenter quelques unes de ces connaissances à Kouyouz.
Trois quarts d’heures que G£o m’a répondu, je le rappel pendant qu’on partait direction la plage pour voir ce que donnait les French Cowboy et la réponse fut : « je suis dans la navette, j’arrive dans 10 minutes ».
Décidément aujourd’hui on arrivait pas trop à ce mettre dedans niveau musique, personne encore n’a accroché pour les French’, on repasse en face et on arrive tous dans la partie restauration du site, Marie a alors décidé de nous payer des bières, Charlotte, Perrine et Amélie avec pour aller les chercher je crois (merci les filles ).
Pendant ce temps là petite séance photo avec surtout Aurélien, Farid, Dark, Zem’ et moi, même si tout le monde y est plus ou moins passé et encore une fois Nemesis à l’appareil photo. Geoffrey est arrivé pendant ce temps là, une idée de la conversation au téléphone, on le cherchait du regard avec Auré’ quand il nous a appelé :
« -Ouai c’est Geo, je suis devant le stand samsung, vous êtes où ??
-Bah on est dans le coin…
-Je vous vois pas (quand même, fallait le faire pour nous louper vu le bordel qu’on faisait)
… et là on voit un grand steak d’1mètre 92 sec comme c’est pas permis (il est encore pire que moi qui suis déjà pas gros ) avec un T-shirt hammerhead à 30 euros, la barre avec Aurélien qui l’a vu en même temps que moi, on pouvait pas le louper.
-On fait simple, tourne la tête de 180° »
Il arrive donc et dit bonjour à tout le monde et puis comme on était encore en plein trip photos, je sais plus qui a eu cette idée mais : « les mecs alignez vous tous par ordre de grandeur »… bon si vous voulez.
Deux minutes plus tard, les bières arrivaient et Geo en profitait pour nous laisser, grande distribution, il y en a pas assez pour tout le monde en ait une, pas grave on partage biere) , Aurélien lui j’ai remarqué qu’il aimait bien la bière.
Entre temps deux de ces amies ou du moins connaissances sont arrivées (j’ai pas retenu les prénoms) et j’ai réellement découvert le côté chieur d’Aurélien, à mon goût c’est un trait de son caractère que l’on retrouve pas assez sur le fo’, tout comme son hyperactivité d’ailleurs.
Farid en profite pour déballer de nouveau la page 4 (il c’était arrêté de pleuvoir pendant les French Cowboy et sa faisait un moment qu’on avait enlevé les K-way) et le montrer à tous ceux qui avaient pas eu le temps de la voir dans la navette.
Aurélien encore avec sa bannière commençait à nous faire un peu de pub en la déployant et là, deux photographes arrivent et nous repèrent, « vous voulez que l’on vous prennent en photo ?? » et le résultat sont les deux photos que Farid a récupéré sur leur site (merci de t’en être occupé ).


MGMT allait débuter sous le chapiteau, on c’est tous rendu là-bas, Marie ayant reçu un appel de ces amis qui étaient sur le côté droit du chapiteau alors que nous étions sur le côté gauche, c’était à ce moment là un joyeux merdier avec tous les gens qui quittaient la grande scène où Sinik venait de passer .
Marie nous laisse donc et fait le tour pour rejoindre ces amis qu’elle arrivera à retrouver mais qu’à la fin du concert, pendant ce temps là on ce séparait en petit groupes qui partaient chacun de leurs côtés après avoir regarder un peu MGMT. Je suis partis un moment avec Aurélien et ces copines, on a déconné un peu avant de retrouver avec Aurélien Zem’, Burny, Amélie, Farid et Yoann, Jeremy était là aussi je crois.
18 heures 50, le concert est fini et Cali débute, on prend donc le chemin de la grande scène avec tout le petit groupe, le but était plutôt de pouvoir être bien placé pour les Offspring que de voir Cali .
La redescente de la bute allait être plutôt technique au retour dans le noir, on avait un peu de mal dans le sens de la monté à cause de la boue, il y avait plus un brin d’herbe tellement le sol avait été piétiné.
Nous voilà donc en plein milieu de la fosse : http://www.deezer.com/track/240710 (désolé pour le lien en vrac comme sa mais j’ai pas réussi à insérer le lecteur :s )
Sa c’est de la méthode pour traverser la fosse vitesse grand V et faire chier le peuple au passage, on la fait deux trois fois, même si on a passé la quasi-totalité du concert en plein milieu de la fosse pour écouter.
Je ne suis pas fan de Cali pour ne pas dire que je le connaissait presque que de nom, mais je doit reconnaître que sa bouge sur scène, il cour dans tout les sens, joue avec le publique, il a slamé plusieurs fois. Par contre son grand message sur les sans papiers était bof, du moins la façon dont il l’a exprimé .
Mais sa commençait à vraiment me paraître long pendant son rappel de 20 minutes, puis comme je l’ai dit sa bouge beaucoup sur scène mais sa me rappel un peu le jeu de scène de Green Day (Marjorie va peut être pas apprécier ) : il courrait de long en large ce qui me rappelait les chassés croisés de Mike et Billie Joe, les ho ho pour jouer avec le publique c’est sympat un certain temps mais à la fin c’est plutôt chiant.
Et nous on était là, planté en plein milieu tous avec notre air blasé style « mais qu’est ce que je fou au milieu de cette bande de fou » alors que tout le monde autour de nous s’éclatait, Farid a lui aussi passé un bon moment apparemment, il sautait, il chantait, il était à fond dedans.
Avec Yoann on avait repéré sur le côté gauche de la scène une grosse caisse de transport avec écrit Offspring dessus et un mec derrière qui en sortait les guitares à Dexter et les basses à Greg-k pour les préparer, on était à fond la dessus.


[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:22

[...]

PAPY a écrit:Cali a fini, enfin, on peut reprendre notre avancé et emmerder le peuple sur notre passage, je ferme la marche, Aurélien était tout devant et nous frayait le chemin, Zem’ en deuxième en guise de point de repère. Sa y est on est à la barrière, on était pas les seuls apparemment à avoir regarder Cali pour avoir des bonnes places amis bon à 2 mètres à peine des barrières moi sa m’allais très bien.
A part ce gros con, un peu bouboule avec la même carrure que Yoann, son style et son intelligence en moins qui voulais absolument passer devant et qui m’a démonté l’épaule, j’en parle parce qu’il c’est retrouvé à côté de Zem’, sa devait être lui ZE boulet qui connaît pas la tête des offs’.
A notre gauche à peu près cinq mètres il y avait Céline et devant elle Nemesis, Charlotte, et je sais plus trop qui, je les voyais assez mal vu comme la population française était dense dans cette région de la France. Aurélien avait réussi à accrocher la bannière sur la barrière histoire que les cameras puisse bien la filmer et puis il y avait aussi je sais plus qui d’autre.
On a passé une heure debout sans bouger à les regarder monter le matériel, régler les balances, etc… Tout ce qui ce fait avant un concert quoi.
Commençait à y avoir de plus en plus de monde, petites précautions d’usage, on attache ces chaussure et on ressert sa ceinture (sa le ferai pas de perdre son pantalon là dedans). Avec Yoann on était bien encadré sur ce coup là, Perrine devant qui stressait à mort à cause de ce que lui avait dit Xavier du le déroulement du concert (Farid nous a fait la même mais en plus soft apparemment) et qui voulais pas nous entendre faire le décompte.
Et derrière moi il y avait Farid qui s’en voulait à mort de nous avoir suivi, il a presque passé l’heure le front posé sur mon épaule à prier et faire le signe de croix : « Mais qu’est-ce que je fous là », « C’est plus de mon âge la fausse » (Marie qui ce trouve vieille va pas te louper pour ce coup là je pense ), « Je m’étais juré de pas aller ici et là j’y suis ». Entre temps Perrine qui mal grés le stress comme à devenir impatiente commençait à me demander l’heure de plus en plus fréquemment.
M-10 : « PATOFF (Patrick) !! », je savais pas trop à quoi il ressemblait mais je vois un type derrière Céline qui parle au groupe, avec sa casquette sur la tête, pas de doute c’est bien lui, il demande où est Farid, Céline lui répond et il nous repère, on lui fait signe et il me demande (je l’entendait pas mais on devinait ce qu’il disait) qui je suis, « PAPY » et là il me répond un signe de tête avec un grand sourire.
A ce moment là je vois Aurélien qui galère à mort avec la bannière pour la replier, faut dire qu’on était de plus en plus serré, dommage il a fallu qu’il la retire, le orange énervait un peu les gorilles à la barrière.
M-5 : La foule commençait à s’impatienter, on commençait à entendre « Offspring, Offspring », sa va être énorme et surtout sa va déménager dans la fosse, c’est là que me viens l’idée du point de rendez-vous après le concert, on ce fait passer le message : « On ce retrouve tous là où on a bu la bière ». Yoann qui me demande :
« -Comment on fait si on veut sortir ??
-Tu slams et généralement tu sors en deux-deux quand tu es ici »
Sa commence à s’activer sur scène, on aperçoit Pete qui passe devant le rideau qui servait à cacher l’arrière de là scène, on était pas beaucoup à l’avoir reconnu à cause de sa capuche mais la bermuda à carreau sa trompe pas.
Sa y est c’est l’heure mais ils sont toujours pas sur scènes, on les voit tous arriver de leurs côté, ce balader au milieu des ingé’ du genre « Tiens il ce passe quoi ici », Dexter avec les mains dans les poches et Noodles qui finissait sa cigarette en discutant avec un ingé’.

M+5 : C’est parti, la raison pour la quelle on est tous venu, celle qui fait que la rencontre forhumique a eu lieux, Offspring en live.
L’intro est énorme, on voit Pete qui arrive sur scène avec ces baguettes dans la mains, on s’attend à les voir tous arriver et ce mettre en place avant de débuter mais non, à peine installé derrière sa batterie il commence à nous taper une pulsation à la grosse caisse ( http://www.deezer.com/track/580686 ). Putain mais Americana quoi , là un méchant mouvement de foule nous comprime et nous pousse vers la barrière, il fait une chaleur étouffante, sa devient presque irrespirable, Pete commence à ce moment là à taper sur les toms. Et là, Noodles qui arrive comme une fleure et commence à jouer en montant sur le plateau où était posé la batterie, il le fait tout le temps mais trop la classe quand même, il redescend et ce place à côté de Dexter :
“Well i'd like to tell you all about my dream, it's a place”, Noodles fait son slide au médiator à côté et là c’est la fin, sa bouge tellement dans la fausse, sa saute de partout, c’est de la folie , j’hallucine quand même en voyant la rapidité de jeux de Noodles (la mains gauche sur le manche c’était un truc de malade ). La foule suivait parfaitement.
Ensuite arrive Come out and play, dans la fausse je commence à vraiment galérer : entre les slameurs qui t’arrivent sur la gueule et que tu sais pas d’où ils sortent et les mouvements de foule (10 mètres à droites, 10 mètres à gauches), un mètre plus près de la barrière je suis sur que sa aurait été gérable mais pas moyen de s’en approcher . Je reste quand même pour cette chanson qui est une de mes préférés, mais j’ai pas bien pu profiter, dommage, mais j’ai vraiment maudis le mec derrière moi qui s’agrippais à ma veste et m’étranglais presque.
Avec tout ces mouvements de foule je retrouvais plus Yoann et Farid, tant pis, solution de replis on recule , pour mon premier concert des Offs’ je voulais en profiter à mort et pas seulement me faire écraser et subir merde .
Du coup bah, Walla walla qui passe un peut à la trappe mais bon tant pis, me suis contenté de la chanter en reculant ce qui était pas évidant vu qu’ils essayaient tous d’avancer, à plusieurs reprises on m’a interpellé pour me demander comment c’était devant, pis j’ai aidé un gars qui c’était cassé la gueule à ce relevé (c’est surtout pour sa en faite que j’ai reculé, sa bougeait beaucoup on pouvait pas avoir d’appuis au sol correct entre la boue et les jambes qu’on pouvais pas bouger).
J’étais encore entrain de reculer (oui sa allait vraiment pas vite ) quand j’entends les premières notes d’Hammerhead, là je me retourne quand même pour l’intro et je reprends mon chemin pendant le couplet avant de m’arrêter définitivement pour le break de Greg-k façon Have you hever avec son légendaire déhanché.
J’étais à environ 25 / 30mètres de la barrière, on voyait super bien, sa tabassait pas, sa faisait que chanter et sauter en rythme, le rêve quoi.
Bon à partir de là je vais moins détailler le concert, trop occuper à profiter pour tout retenir, et puis j’ai fait un peu tout le temps la même chose, sauter, chanter.
Voilà Gone Away qui arrive, je suis refait, ambiance de taré avec Noodles qui saute en tournant sur lui-même pendant les solos, que du bonheur, la fausse chante aussi, sa suis méchamment bien. A la fin de Gone Away qui vois-je arriver, Yoann qui se frayait un chemin pour échapper à la folie des premiers rangs , on a eu du bol de ce retrouver là parce que c’était vraiment par hasard qu’il se dirigeait en plein sur moi, on c’est vu en même temps.
Je lui demande si sa va et il me répond : « J’ai voulu sortir mais les gars autour de moi ont refusé de m’aider à slamer, du coup j’ai reculé ». A ce moment j’imagine la tête des gars quand il a du leurs demander sa, la méchante barre.
Arrive ensuite You’re gonna go far, kid, contrairement à Hammerhead qu’on a beaucoup entendu celle-ci semble un peu moins connue ce qui nous a permit de réellement en profiter à cause du « calme » autour de nous, elle était géniale.
Bon à partir de là jusqu’au rappel je me souviens plus de l’ordre alors je vous les mets un peu en vracs.
Have you hever, on c’est regardé avec Yo’ en l’entendant, ‘tain ils avaient décidés de nous jouer que du bon ce soir. Staring at the sun avec les chœurs merdés par la moitié de la fausse, sinon bien jouée aussi.
Puis vient Half Truism, comme elle est énorme en live, l’intro fait un putain d’effet mais le son était assez particulier, chanson suivante (là je suis sur à cause du changement de guitare en fonction de l’accordage), on entend Noodles mettre deux coup de médiators pour tester le son, je me retourne vers Yoann :
«-All I Want.
-Tu crois ?? »
La pulsation à la batterie, « Ya ! ya ! ya ! ya ! ya ! »
Sa a du être le seul moment où sa a vraiment bousculé là où on c’était placé même si j’ai trouvé le refrain un peu mou mais sa c’est tout le temps je trouve .
Le truc qui casse tout maintenant, je le met là parce qu’il était en plein milieu du concert, Hit That avec tous les faux fans déchaînés du genre « ouais ils ont joué une chanson que je connais » mais sa nous a pas empêché de chanter avec Bigyo’.
Ensuite il y a eu à la suite Pretty Fly et Why don’t you get a job :
Pretty Fly, tout le monde ce met à hurler en entendant le début puis tout les gens ce prennent au jeux « Give it to me baby, uh huh, uh huh, Give it to me baby, uh huh, uh huh, Give it to me baby, uh huh, uh huh, And all the girlies say I'm pretty fly for a white guy », de la folie comme à chaque fois puis Why don’t you get a job pour assurer encore une ambiance très axées Americana sur ce coup, sa passe impec’ et tout le monde chante.
Bad Habit, énormissime en live, seul petit regret pour les refrains où on n’entendait pas beaucoup Noodles, sinon Dexter nous a balancé un de ces putains de You stupid dumbshit goddam motherfucker.
Ensuite viennent Want you bad, j’ai rien retenu de particulier de cette chanson mais bonne ambiance, juste après je vois les Offs’ ce figer sur scène, avec aucun éclairage , à ce moment là je suis persuader qu’ils vont nous jouer the kids, quatre pulsations rapide, c’est elle. L’intro est parfaite, un choulliat trop saturé à mon goût mais putain, fallait la composer cette intro , sa bouge beaucoup dans la fausse, tout est parfait à part les boulets (3/4 de la fausse) qui rajoutent des oh oh là où y en a pas, sa loupe jamais mais ça m’a quand même un peu énervé vu les proportions que sa prenait . Le solo impeccable.
Et là les Offs’ nous abandonnent, un quart d’heure avant la fin annoncée et sans Self Esteem, je sais pas si on peut parler de rappel pour les trois dernières chansons dans ces conditions, cinq minutes plus tards les voilà de retour.
En premier Can’t Get My Head Around You, une tuerie, sa bouge un truc de taré, Noodles à sa grande habitude fume sa clope en même temps. Je crois que c’est juste après cette chanson qu’il c’est mis à nous parler du vin français avant de dériver jusqu’à parler de films porno.
Pendant ce temps les gars derrières moi commençaient à chanter Self Esteem : bande de boulets, Dexter a dit qu’ils en joueraient encore trois, sa peut pas être elle puisqu’ils la joue toujours en dernière. Et là sa repart, What Happened to You ?, une putain d’éclate sur cette chanson avec Yoann.
Et enfin la chanson tant attendu (pas le moment vu que c’était synonyme de fin), Self Esteem
La la lalala la la lalala, on entendait à peine les Offs’ tellement la foule hurlait, puis tout le monde ce met à sauter au rythme de Noodles , que du bonheur, arrivé au refrain on entendait même plus du tout Dexter, sa voix couverte par la foule en délire. Plus tard quand Marie nous expliquait qu’elle surplombait la fausse là où elle était, c’était apparemment très impressionnant vu l’ampleur que sa prenait dans cette masse.
Petite déception quand même pour Hit That qui aurais pu être remplacé par une chanson de Conspiracy of One comme Original Prankster ou Million Miles Away. /

[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:24

[...]

PAPY a écrit:Sa y est, maintenant c’est vraiment fini, on a du rester là deux minutes avec Yoann sans dire un mot, on avait vraiment les boules sur le coup , sa aurai pus durer des heures et des heures je me serai pas lacé.
On commence à repartir direction le point de rendez vous, Marie est pas au courant, un message et c’est réglé.
La bute était vraiment glissante comme prévu, pas la peine de ce casser la gueule maintenant, on a réussi à le faire pendant tout le concert, sa serai con que sa nous arrive maintenant. Avec Bigyo’ on partage nos premières impressions de notre tout premier concert des Offspring, c’était encore assez confus à ce moment là dans nos esprits.
On arrive enfin au rendez vous, on est pas les premiers, Jeremy et Xavier étaient déjà là, on ce sépare de nouveaux, Yoann et Jeremy au pipi room parce qu’envie pressante, Xavier lui reste là pour attendre les autres, moi je pars chercher des jetons pour moi et Jerem’ qui m’avait passé de l’argent.
Je trouve enfin l’endroit où ils vendaient les jetons près avoir chercher pendant au moins cinq minutes. Je commence à faire la queue, cinq minutes plus tard les deux cons qui étaient derrière moi commence à me faire chier , les deux étaient mais complètement raides, l’abus d’alcool sa fait vraiment des ravages…
Un des deux commence à me parler et dit je sais plus trop quoi, de toute façon il arrivait plus à articuler l’ivrogne, je l’ignore et il insiste et en rajoute une couche, commence à vraiment me taper sur le système celui-là , il serai pas des fois du genre pète couille sur les bords ?? Et à côté de sa son pote qui rigolait comme un con avec son rire niais, j’avais trop envie de me foutre de sa gueule à celui la tellement il était pitoyable .
Incident clos, j’achète les jetons et passe direct me prendre un coca. Je commence à repartir direction le lieux de rendez vous quand je sans quelqu’un me tirer par la manche, c’était Perrine que j’avais pas vu arriver ni entendu, elle était avec Céline, Marie, Amélie… et Zem’ ?? (C'était peut être pas lui alors avec Jeremy tout à l'heure, je me souviens plus)
Encore une fois Xavier prend les choses en mains et guide le groupe alors moi je m’égosillais à leur répéter qu’on partait pas dans la bonne direction (merci Perrine pour m’avoir soutenu ), du coup on arrive devant le chapiteau, décidément, le sens de l’orientation à Xavier est pas le plus développé que j’ai pu voir , on ce décide enfin à me suivre et on rejoint enfin le reste du groupe.
Là je donne ces jetons à Jeremy et mauvaises nouvelles, Aurélien c’est fait tirer 40 euros pendant le concert et son Ignition est déchiré mais les signatures étaient toujours là, Farid lui a carrément perdu son portable. Je retourne me chercher un deuxième coca et je pars avec Farid direction le centre d’information pour demander où sont les objets trouvés et où est-ce qu’on peu récupérer les photos prises par les photographes.
« Vous allez où ? », je n’avais pas vu arriver Nemesis qui allait rejoindre le groupe, arrivé au stand des informations où bien sûr la nana qui nous a répondu ne savait rien, elle a du aller demander à un autre type qu’on est notre réponse.
Bon vu qu’on était chanceux, les photos était à une extrémité du site et les objets trouvés de l’autre. On décide de commencer par les photos, le stand était situé du côté gauche de la grande scène, encore la galère pour franchir la bute, on arrive et on demande dans un bar où est le stand, le mec ne sait pas, bon, on passe dans le bar adjacent et là on nous dit qu’il est juste là, situé entre les deux bars (il y avait rien merde ). On repasse, on regarde mais pas la moindre trace du stand, on demande à nouveaux, ils sont partis.
Bon pas grave, on ira chercher les photos sur le site, maintenant direction les objets trouvés, je me rappel avoir refilé un jeton à Farid qui commençait à être assoiffé, on repasse voir le groupe pour leurs expliquer ce qui ce passe et leurs demander de nous attendre, tout le monde était là y compris G£o qui m’avait demandé par sms où on était.
Farid prend quelque chose à boire et on part tous les deux vers l’entrée, « non, les objets trouvés c’est pas là, c’est à côté du stand d’information », après avoir fait trois quatre vas et vient entre différents point que l’on nous indiquait, croisé au moins deux mecs couchés par terre à la limite du coma hytilique, Farid commençait à perdre patience et interrogeait tous ceux qui avaient le malheur de passer à sa porté et revoilà à l’entrée.
Le même gars nous répond « faut sortir du site, le stand est de l’autre côté de l’entré mais tous les objets trouvés passe par ici, j’ai pas vu de portable, désolé ».
Bon, il ne nous reste plus qu’à retrouver les autres, avant petit détour aux urinoirs, passez moi quatre bous de tôle, de quoi les souder et les plier et je vous refais les même, j’imaginais même pas que sa pouvait exister des truc comme sa . Pause pipi terminé et le groupe retrouvé on fait les dernières photos souvenir du groupe sur le site.
http://img504.imageshack.us/img504/5003/dsc05290uploadfw2.jpg
(Je ne sais pas qui a prit cette photo mais en tout cas merci Céline de l'avoir posté)
Je refourgue ensuite mes deux derniers jetons à Farid et je sais plus qui, peut être Zem’ (je les avais payé, autant les utiliser) et puis on décolle, 23 heures 40, G£o nous a laissé à ce moment là.
Nous voilà en route pour le parking, tous alignés avec la bannière sur le dos, ce départ a laissé un goût amer puisque les festivités étaient « finis ».
Après avoir évité deux ou trois arbres (bah ouais fallait qu’on puisse passer en largeur) nous voilà arrivé au niveau des barrières où l’on c’était fait contrôler à l’entré.
« -On passe comment ?
-Tous en crabe »
J’ouvre alors la marche et on voit passer à l’entrer une bande de con qui marchait de travers avec une bannière sur le dos, tout le monde est passé, on repart. Nous voilà donc dans l’allé marchant en direction des navettes, sa discute, sa rigole, il y a de l’ambiance.
D’un coup Nemesis qui ce retourne « Je crois qu’on bloque tout le monde », effectivement il y avait un paquet de monde derrière qui attendait de pouvoir passer, au moins sur ce coup ils se souviendront de nous et de notre bannière même si c’était pas forcement dans le bon sens.
Arrivé à la navette on a de la chance, on monte tout de suite dedans vide, toujours avec notre bannière sur le dos et l’approbation du chauffeur. Un petit Beatles pour réchauffer les esprits et on redescend, le parking n’était plus très loin, l’anniversaire de Martin non plus, on commençait à le chauffer, toujours autant de monde derrière qu’on faisait bien chier au passage. Décompte final alors que celui-ci commençait à prendre ces distances, Mangouste juste devant nous pour filmer.
Sa y est, minuit pile : tout le monde chante « Joyeux anniversaire Martiiiiin »
« -Bon on lui fait quoi maintenant ??
-On le saucissonne avec la bannière »
Il a du réussir à courir sur à peine vingt mètres avant qu’on l’attrape, au final on avait tellement serré qu’il arrivait plus à bouger, c’était notre Momie Forhumique, il a quand même fallu l’aider à ce dégager.
Arrivé aux voitures de Marie et Céline grande discutions, on fait quoi maintenant ?? Tout le monde va rejoindre les voitures de Kouyouz et Dark à l’autre bout du parking, on va déplacer les voitures, il y a quasiment personne là-bas.
On commence alors à s’y rendre, j’étais à pied avec Aurélien et ces amies qui nous avaient retrouvé sur le parking je crois puis avec Arthur et Jeremy qui eux parlaient de leurs nombres de posts .
Aurélien prend un nouveau coup de speed en voyant la voiture de Marie nous passer devant et décide d’y aller en courant pour pas dire en sprintant, Jeremy fait de même mais avec un rythme moins soutenue. Je vois alors Jeremy ce remettre à marcher à 100 mètres devants et Aurélien fait la même chose 100 mètres encore plus loin, c’est plus fort que moi, je trace alors que Arthur n’était pas décidé à courir. Je rattrape rapidement Jeremy qui apparemment était parti un peu fort et essoufflé puis Aurélien qui repart avec moi (il tenait bien le rythme ce con) et on a couru comme sa jusqu’à l’allé V où on est arrivé juste après les voitures, les keupons étaient entrain d’en sortir.
Effectivement il y avait pas beaucoup de monde à cet endroit là, tant mieux on va pouvoir s’installer tranquille, tout le monde arrive et la première tournée débute avec le punch de Dark. On installe de quoi s’asseoir par terre (les 2 secondes encore dans leurs housses) et on veut faire souffler sa bougie à Martin, heureusement que Charlotte est là, un choco BN, un briquet et le tour est joué.
Sa boit, sa discute, les amies d’Aurélien ont entrepris d’allumer un feux de camps à l’aide de gobelets en plastique (sa crame super bien ces merdes), je trouve du carton qu’on rajoute au feux, une fille fait cramer sa place qu’elle avait imprimé en disant qu’elle pourrait la réimprimer chez elle (j’aurais pu aussi mais je pensais plutôt à l’encadrer dans ma chambre à ce moment là ), Aurélien fini le fond de son verre de punch en le versant dans le feux, et oui Auré’, sa brûle bien l’alcool.
Tout le monde va se servir quand il en a envie, Dark commence à filmer la soirée, sa prend quelques photos, Kouyouz commence à être chaud et chante l’éponyme qu’on avait mis dans la voiture de Marie, les portières ouverte et l’autoradio assez fort. Farid lui était assis à côté du feu, il était en pleine dépression et disait « mais rangez vos portables » alors que certains avaient entrepris d’emmerder le peuple qui avait pas pu venir en leurs téléphonant (iixnay (Romain), mimile (Emile), inday (Ingrid), xmaster41 (Guilem, je sais même pas si sa s’écrit comme sa)), il était au bas mot une heure du matin bien passé.
Les copines d’Aurélien sont parties ce coucher au camping à ce moment là je crois, je sais pas si elles ont bien dormis vu le bordel que c’était là-bas, nous en tout cas la soirée avant une ambiance digne des plus gros tripes du forum, sauf qu’IRL c’est encore mieux.
Kouyouz qui partait dans ces tripes « là écoutez bien Dexter va parler de basket » (il nous en a sortie une autre, je l’ai relu dans une review mais je me rappel plus ce que c’était et la flème de chercher) et toutes les chansons qu’il a chanté, les sketchs qu’il nous ressortait texto plus quelques citations cultes du forum, mais tout sa on en voit une partie dans les afters que Julien a filmé et le cultisme « P’tain il est gentil mais quand il ferme sa gueule c’est mieux hein » de Dark à l’attention d’Arthur.
Pendant ce temps là j’étais assis autour du feux de camps en plein milieu de l’allée (on ce tapait il y avait plus que nous, si il y en a qui voulaient sortir ils avaient qu’a pas passer par là :-p ), Aurélien était avec moi et m’expliquait que son batteur était un peu du genre énervé et qu’un set complet faisait chez lui en moyenne un mois à tout casser.
On ce décide enfin à installer les tentes, il y avait trois tentes « deux secondes », c’était normalement interdit sur le parking mais bon, il y avait personne, au était tout au bout du parking et le dernier jour on risquait pas grand-chose.
Puis vient le moment où on a tous signé la bannière et les cartes de Perrine pour Bubule (Stéphanie, merci Kouyouz, je connaissais pas son prénom ), c’est juste après avoir signés que sont partis Marie, Yoann et Céline, je crois qu’ils en ont profités pour poser Patoff à la gare avant de ce rendre à la chambre d’hôtes, Marie avait laissé sa voiture et était partie dans celle de Mangouste.

[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:25

[...]

PAPY a écrit:On a un problème, on a plus de jus de fruits pour le punch… du coca à la place et ça fait l’affaire.
J’ai quand même remarqué que Charlotte une fois lancé, elle avait du mal à s’arrêter quand il s’agit d’alcool (mais bon là-dessus je suis quand même rodé à cause de potes à moi qui son bien pire que toi rassures-toi ).
Perrine et Jeremy dans « la guerre des lacets », très grande utilité de les défaire, plus dur à remettre par contre.
Arthur lui commençait à décuver et là je dis respect, en trente seconde entrain de roupiller (pas très profondément puisqu’on la réveillé) dans sa voiture, sur le siège conducteur avec la tête posé sur le volant.
Première tentative de Nemesis pour aller ce coucher, Amélie était déjà dans sa tente mais devait pas dormir vu le bordel que l’on faisait. Les keupons encore présents et réveillés commençait à « pénétrer » dans le vif du sujet…
Un truc dont Soss (Julia) parle beaucoup et est experte dans tout ce qui relève du théorique mais moins dans la pratique, et oui Aurélien t’a balancé parce que sa l’avait déçu, t’as pas levé un seul coup au Groezrock à ce qu’il parait.
Il s’agit du sexe. Martin ayant fait veut de chasteté durant sa petite enfance nous laisse à ce moment là et part dormir dans la voiture de Dark. Là aussi je crois que les photos parlent d’elles mêmes, comme Dark qui se fait baisser le fut’ pour ce faire prendre.
Tout doux pour les festivités, Nem’ est ressortit voir ce qu’il ce passe, c’est le moment du fameux « une minute dans la peau d’Aurélien (ou d’une secrétaire sexy) » de Jeremy. Je ne dirais pas ce que disait Xavier pour nous faire rire pendant les photos au risque de choquer certains d’entre vous.
Deuxième tentative de Nemesis pour dormir, encore quelques photos assez... acrobatiques et là je sais plus qui (peut être Dark) balance :
« -Venez on va faire chier Nem’ !!
-J’vous emmerde !! »
Et là débute la fameuse partouze forhumique que tous le forum attendait de faire depuis très longtemps. Dark à l’arrière entrain de filmer Aurélien Monfort en direct de Belfort avant que celui-ci ne ce jette dans la tente avec tous les autres. Dark après avoir posé sa camera je ne sait trop où (je pouvais pas voir j’étais dans la tente) nous rejoint, de l’extérieur sa donnait sa :
http://img99.imageshack.us/img99/4147/p7070073yu5wc0.jpg
De l’intérieur c’était plutôt sa :
http://img440.imageshack.us/img440/5921/fariduploadhs4.jpg
http://img162.imageshack.us/img162/5663/darkuploaddc8.jpg
http://img362.imageshack.us/img362/7519/p7070077wh0gu9.jpg
(La tête à Marjorie. )
Allez, une petite dernière :
http://img360.imageshack.us/img360/8223/partouzeuoploadjw2.jpg
L’effort terminé, tout le monde ressort satisfait de cette partouze, Dark décide quand même d’aller voir Arthur dans la voiture histoire de dire que lui aussi a participé.
http://img168.imageshack.us/img168/1263/darkkouyouzuploadlb0.jpg
Farid décide ensuite d’aller ce coucher dans la tente à Céline alors que Charlotte étais à ce moment là désespérée à l’idée de ne plus pouvoir boire d’alcool, il ne restait plus qu’une seul bouteille de bière.
Sa commence à devenir mort, il se passe plus grand-chose, moi je suis crevé, on devine le jour qui commence à ce lever à l’horizon, 10 minutes plus tard Aurélien va ce coucher sur la banquette arrière de la voiture à Kouyouz, je décide de faire de même et vais me coucher dans la tente à Marie.
Nemesis était couché en boule sur le côté droit, je me suis donc installé dans mon sac de couchage du côté gauche (On avait un accord, « les mains dans les poches » même si Dark c’est permit d’y ajouter « et la bite à l’air » et l’apprenant ), allongé sur le dos à regarder le haut de la tente je me refais tout la journée dans ma tête.
Du bruit, il pleut sur la toile de tente : « Venez ont va tous avec Nemesis ». Bon ok on fait de la place, je me recule jusque dans le fond de la tente et nous voilà à sept dans la deux places, l’entrée fermée à cause de la pluie, on est tous entassé. Grande négociation pour en virer un, qu’il aille dormir avec Farid histoire qu’il y est plus de place, Julien c’est bien acharné sûr ce coup .
Certains voulaient pas aller avec Farid parce qu’il ronflait et préféraient aller avec Amélie mais Perrine refusait et nous interdisait de dormir avec elle, personne veut partir, bon on dormira à sept. Il était déjà 5 heures du matin, le lundi 7 juillet 2008.
Pour dormir à autant dans une deux place il faut un minimum d’organisation , en deux minutes tout le monde est calé et on peut dormir, niveau répartition sa serai un peu dure à expliquer avec des mots donc je vous ressors le petit schéma de Nemesis (Merci de l’avoir fait. ) :
http://img139.imageshack.us/img139/2789/sanstitre1kw6.jpg
Moi au final je me retrouve calé dans le fond de la tente avec mon sac pour m’appuyer le dos et celui de Nemesis pour poser ma tête à faire oreiller pour Charlotte, Julien, Jérémy (mes jambes arrivaient pas jusqu’à Xavier) avec une super vue sur le cul de Charlotte et un bout de sa culotte (je prend des risques en donnant ce genre de détails moi ), Dark aurait pas pu passer la nuit à ma place sans ce tacher.
Je sais pas trop combien de temps j’ai dormis mais je sais qu’une heure plus tard j’étais réveillé, Zem’ pétait son câble et décidait de rejoindre Farid, Nemesis bouge pour s’installer entre QQ et Dark, Burny peut plus poser sa tête et part donc rejoindre Amélie (et oui, on a quand même réussi à dormir à 7 dans une tente alors qu’il y avait qu’une seule personne dans chacune des deux tentes d’à côté ).
J’embête un peu Jeremy au passage en lui poussant là tête avec mon pied, Nem’ était morte de rire à cause de jusqu’où allaient mes jambes par rapport à là où j’étais, en attendant je commençais à avoir mal aux jambes à cause du poids qu’il y avait dessus.
On c’est tous rendormit, une heure et demi plus tard revoilà Perrine qui vient récupérer son duvet qu’elle avait oublié parce qu’elle ce les gelait dans la tente d’à côté, sa ma réveillé et je me suis pas rendormis à cause de mes jambes, j’avais trop mal. Le genou sa sert à plier la jambe mais d’une certaine façon, pas de bol Charlotte avait la tête sur mon genou gauche et le bloquait pendant que Dark lui était calé sur le tibia, résultat sa forçait et commençait à vraiment faire mal.
J’ai quand même réussi à dégager ma jambe droite et la replier, c’était pas gagné, d’ailleurs je crois que tu t’es retrouvé avec mon genou dans le dos Kao’.
8 heures du matin, sa fait 24 heures que je suis partis de chez moi, la délivrance, tout le monde était réveillé à cause des corbeaux qui nous font un de ces bordel dehors pendant que Dark nous parlait des films pornos qu’il louait à son taff , depuis une demi heure que je me redressais régulièrement pour essayer de bouger un peu la jambe, histoire que sa force moins dessus, il y avait au moins Marjorie de réveillé depuis un petit moment, elle me regardait faire sans rien dire.
Mais ça y est, tout le monde était réveillé, Dark réalise enfin que je lui ai fait oreiller pendant toute cette courte nuit, Jeremy et lui sortent prendre l’air, les filles bougent pas, je plie enfin cette putain de jambe, je crois que c’était la première fois que j’arrivais à faire craquer mon genou aussi fort.
Une fois sorti de la tente, comme le dit si bien Aurélien « putain j’ai les crocs », bon le petit dej’ sa sera quelques barres de céréales, une boite de gâteau, un sandwich (qu’au final personne n’a mangé) et du coca, de toute façon on avait que sa.
On pose tout sur le toit de la voiture à Kouyouz et là je remarque le jeux de cartes posé dessus : « Euh Perrine, je crois que tes cartes pour Bubule elles ont prit la flotte ».
Il faisait quand même assez froid le matin, le vent c’était levé mais le ciel ce dégageait, Dark était déjà allé réveiller Zem’ dans sa tente qui en faite n’attendait que sa, une fois dehors il était emmitouflé dans son duvet avec la tête de la personne mal réveillé.
Bon Farid était encore le seul à dormir et du coup a raté le dépars de nos deux admins, départ filmé sous tout les angles par Dark, Kouyouz et moi pendant que Farid disait un au revoir blasé à travers la toile de tente.
Kouyouz décide alors d’aller le réveiller, encore un quart d'heure et c’est maintenant au tour d’Arthur de partir avec Jeremy, Aurélien, Perrine et Amélie, derniers mots échangés, surtout avec Aurélien pour ma pars, comme il m’éclate trop ce mec , faut vraiment le rencontrer IRL parce que sur le forum il ferait presque office de gentil garçon à côté.
Voilà, il ne reste plus que Farid, Xavier, Marjorie, Charlotte et moi, Marie, Céline et Yoann étant censés venir nous rejoindre sur le parking à 11 heures, encore trois quart d’heures à attendre, il commence à vraiment faire froid dehors avec le vent et on retourne s’abriter dans la tente de Marie.
Je sors à un moment la tête, « euh la tente à Mangouste commence à s’envoler », Zem’ sort et va la placer devant l’entré de la notre et s’installe dedans pour avoir plus de place. On discute un peu de la journée d’hier et à 11 heures arrive effectivement la voiture de Céline et le comble du comble, ils ont pensé à nous , des pains au chocolat et des croissants .
Tout le monde sort à par Farid qui reste dans sa tente et Nemesis qui passe dans la tente d’en face où le petit déjeuné était à porté de bras.
On mange en les remerciant, on leurs explique comment on a dormis durant cette courte nuit, quelques regret de la part de Marie qui aurait bien voulu voir sa.
Je suis ensuite retourné au chaud dans la tente de Céline alors que Farid commençait à avoir quelques problèmes à maîtriser celle de Marie qui s’envolait avec le vent (regardez mes vidéos ).
Midi, on commence à plier bagage et on charge les voitures. On discute encore un peu et ce dit finalement au revoir , sa y est, les eurockéennes c’est fini :\'( , j’étais vraiment crevé mais je me forçais à rester éveillé, on devait manger une fois sur l’autoroute.
Le sandwich terminé, on quitte l’air de repos et là je somnole pendant 45 minutes (je sais pas dormir en voiture, je sais pas comment les gens font mais je n’y arrive pas ) avant de me réveillé, et là c’est terrible. J’ai du mettre une bonne heure à refaire surface, fallait pas me parler à ce moment là, j’étais tellement à la rue que j’aurais été incapable de suivre la moindre conversation.
J’ai du rester dans cet état jusqu’au moment ou on est arrivé aux alentours de chez moi, j’aurai bien voulu m’arrêter là et j’arrivais pas à me faire à l’idée que j’étais à 15 kilomètres de mon lit mais que j’en avais encore pour 4 heures de route . J’étais quand même mieux réveillé à ce moment, Yoann et Marie m’avaient fait choisir pour la musique, verdict sa sera Mutter de Rammstein.
On passe Lyon par le contournement Est et avant d’arriver sur la A7 on décide de faire une pause et de prendre de l’essence au passage, dans le magasin il y avait un écran qui donnait des infos sur le trafic, problème on va ce payer un bouchon en repartant , on décide de repartir sans trop attendre vu qu’il venait apparemment de ce former.
Arrivé à la bretelle d’autoroute, c’est du tout touche, sa avance vraiment pas vite mais bon au niveau d’un échangeur c’est pas bien surprenant vu qu’il faut s’insérer et dans ces cas là c’est plutôt la merde mais une fois sur l’autoroute même sa va déjà mieux.
Au final on a pas perdu beaucoup de temps, un peu plus d’une demi heure il me semble ma sa aurait pu être bien pire.
On repart enfin, on me fait à nouveau choisir la musique, du Rancid cette fois, entre temps il y avait eu Americana. Je commence à resomnoler et j’ai toujours du mal à émerger même si sa allait quand même mieux.
On arrive vers Nime, Marie commence à s’inquiéter, comment on va faire pour retrouver la mère de Yoann ?? Yoann lui s’en inquiète pas, il l’appel juste pour lui dire d’aller le récupérer à Nime, arrivé au péage on s’arrête sur l’air de repos juste derrière. Yoann rappel alors sa mère pour ce fixé le point de rendez-vous, on fait en même temps les comptes.
On repart dix minutes plus tard, elle est devant un concessionnaire à 500 mètres, on la rejoint, on parle quelques minutes et on repart sans Yoann (je veux absolument le revoir à la prochaine rencontre forhumique ) direction le Grau du Roi. En voiture on parle de nos impressions, de ce qu’on a pensé de la rencontre, de tout ce qu’on a fait là bas, je crois que Belfort sa va devenir un lieux de pelrinage pour les keupons , au moins la tente de Marie en tout cas.
Dans le midi, les feux tricolores sa n’existe pas, par contre c’est blindé de ronds points, en tout on en a franchit 17 entre le moment où on a quitté l’autoroute et celui où on est arrivé au Grau du Roi, j’ai appelé ma mère, elle nous rejoint, rendez vous devant la gendarmerie. On y est et ma mère ne tarde pas à arriver et on discute 5 / 10 minutes avant de ce dire au revoir et de repartir.
Là j’étais calé sur la banquette arrière, on me parlait et je répondais aux questions que l’on ma posait mais j’avais trop envie de faire demi-tour et y retourner même si je commençais à saturer d’être enfermé en voiture, il y avait maintenant plus personne là-bas mais je m’en foutais, j’avais trop envie de les revoir , un gros pincement au cœur qui ne m’a pas quitté de la semaine.

Martin, Xavier, Aurélien, Yoann, Charlotte, Farid, Julien, Jeremy, Arthur, Marjorie, Patrick, Céline, Geoffrey, Charlotte, Perrine, Marie et tous les trous du cul qui n’ont pas pu venir je vous aime.

En tout cas c’était une super journée passé avec vous tous, merci aux Offspring qui nous ont fait venir à Belfort et fait passer un bon moment, merci aussi à Dark pour avoir créé son forum qui fait qu’on a pu vivre cette journée tous ensembles.
Je crois qu’elle restera longtemps gravée dans les mémoires de tous les keupons qui avaient répondu présent pour ce grand évènement, je serais près à le refaire sans hésiter.
En conclusion la rencontre forhumique fût bel et bien orgasmique.












Et maintenant le résumé pour tous ceux qui ont eux la flemme de lire :
… Vous avez raté pleins de trucs, si vous voulez savoir quoi il vous suffit de vous sortir les doigts du cul et de lire, vu le temps que j’ai mis à l’écrire…


Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:32

It's time for intermission




(Ça c'était à Bercy, et ils le font plus.)


Dernière édition par Papy le Sam 17 Jan - 23:40, édité 1 fois

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:35

Aurélien a écrit:Belfort, un dimanche soir.


Par Aurélien Montfort.


Prélude:

Ce récit pourrait prendre place dans un univers à part. Un univers dominé par la couleur rouge-orangé de la passion. Pour moi, les préliminaires se tinrent ce vendredi 4 juillet, jour de fête par excellence. Jour que j'ai consacré à confection de la bannière mythique. Voila deux photos qui résument l'ouvrage:






Le Paradis sur Terre


Le début de mon récit se situe le samedi 5 juillet 2008 vers 15H00 quand j’reçois un appel de kouzou. ‘tain, l’truc à quoi j’m’attendais pas. On était censés partir dimanche et le v’là qui m’dit qu’il est avec qq et qu’il s’met au départ vers reims. Inutile de vous décrire ce sentiment de jubilation qui m’étreignit à cet instant. Donc, ben, j’me donne environ deux heures pour préparer mes affaires. Peu parès, deuxième coup de fil (de qq c’lui-là) : on va s’retrouver avec mimile ! ‘tain, z’imaginez pas l’orgasme. Truc énorme. Être réunis tous les quatre. 17H30, troisième coup de fil, ils sont sur Reims ! J’m’accorde une vingtaine de minutes pour aller au lieu de rendez-vous qui me paraissait le plus évident : la cathédrale.



Après moult turpitudes sans grand intérêt (notamment un tour complet de la cathédrale : j’les voyais pas au lieu de rendez-vous et pour cause, ils n’y étaient pas !) et une grosse flippe genre kouzou s’est foutu d’ma gueule et m’a posé un lapin, j’reçois un appel ma foi fort sympathique d’Arthur : ils sont devant la cathédrale (à cet instant précis, j’étais à l’exact opposé …). J’vais donc les rejoindre dans ma tenue de touriste (imperméable tout moche, gros sac de rando avec la bannière dedans, un tish, et d’la bouffe). Puis c’est l’moment du bonjour. Sur le parvis de la cathédrale. Je bloque. Je vois enfin réunis kouwouz, qq et mimile … Trois piliers du forum … Cet instant reste gravé dans ma mémoire. Quand j’arrive, c’est un bonjour presque de formalité avec cependant les regards rieurs et les sourires en coin. Et mimile qu’est là, tranquilou et qui r’garde la cathédrale, l’air rêveur … « Elle est sympa hein … » Et là du tac au tac, j’réponds : « bah, c’est qu’un édifice de 84 mètres de haut, construit entre 1211 et 1450. » C’est parti direct. Grosse barre de délire avec qq qui pense que j’sais tout sur tout et qui m’balance des questions (notamment sur l’Ange au Sourire dont une copie est présente sur le portail central mais dont l’originale est cachée par les restaurations sur celui de gauche) avant de dire que tout ça, c’est que d’la gnognote parce que j’savais pas que telle statue avait été bougée en 1901, puis en 1903 pour remplacer telle autre et que aha, il m’avait bien collé. ‘tain, l’délire . J’commençais déjà à prendre cher.




Puis, direction la tite micra de kouwouzoukouwane. En arrivant, on veut s’ouvrir une mousse mais même avec un briquet, j’ai pas réussi à remplacer le décapsuleur. Bref, milou réussit à ouvrir la bière. Mais en fait, ça valait pas trop l’coup puisqu’après son coup de force, y avait plus de bière au sol que dans la bouteille. Faut savoir qu’il l’avait coïncé dans un grillage et qu’il s’était mis à tirer dessus. Bref, qq et mimile boivent, kouzou et moi restons sobres. Vient le moment du départ … Déjà une pointe de regret de ne pas avoir saucissonné mimile et de pas l’avoir foutu dans l’coffre. Et c’est l’départ de reims sur le son de RAFRAG. En fait, RAFRAG était plus pour marquer le coup que pour faire un road trip au son de The Offspring. D’ailleurs, je retiens du voyage tout autant le côté « road » que « trip ». La route était longue, très longue, très monotone. J’me souviens d’un coup de fil passé à Martin :

Moi - Vous êtes où ?
Martin – A côté d’un panneau « friterie » en pleine forêt, mais y a pas de friterie …
Moi - Mais où ?
Martin – A 110km de Belfort, et vous ?
Moi – On est au milieu de nulle part … Y a des champs de partout. Aucune direction, des champs, une route, c’est tout …
Martin – ah …

Voila en gros ce dont j’me rappelle. Un grand rien. C’est long et chiant. Le paysage a même un peu cassé l’ambiance en bagnole. Car il fow le diwe, oui, messiews dames, le barman et le Master Flood ne sont pas twès bawards lorsqu’ils sont tous les deux ! Mais bon, c’était leur première rencontre, et ça discutait pas mal mais après coup, ça manquait du grain de folie qu’il y a eu dans la soirée. Diagnostic : on aurait déjà dû boire un verre de rhum. On s’est paumés en route. Le GPS nous ramenait vers Paris. On a fait un looong détour d’une heure pour revenir à notre point de départ. Un achat de carte michelin plus tard, une pause bouffe avec un sandwich à 5€ que qq a dégusté et nous voila repartis avec moi au volant de la tite micra. Kouzou, j’suis fan de ta caisse . C’est l’chemin pour Belfort. Les heures, les kilomètres et l’essence défilent. La route nationale, c’est un truc de fou. J’en menais pas large, entre les connards adeptes du plein phare, les virages qui arrivent sans crier gare et l’heure qui défile imperturbable. Je vois le soleil qui se couche au loin et j’me mets à penser que chaque heure passée dans la bagnole est une heure de moins que l’on aura avec martin et dark. C’est pas que j’me sentais mal avec qq et kouzou, c’est qu’j’avais franchement envie de me poser dans ce sacro-saint lieu du festival. On passe du Beatles et du Rolling Stones dans la voiture. De quoi passer une bonne soirée.. Franchement, pour une soirée rien qu’à nous trois en train de rouler, … J’aurais donner beaucoup de soirées avec mes « potes » de prépa.




Peu avant Belfort, kouzou reprend le volant. La fatigue commence à s’faire sérieusement sentir … Sans compter qu’on a mal pigé marty et on s’perd sur les villages du festival : « t’es chaud pour traverser Chaux ? P’tain, elle est pourrie ma blague. Mais merde, gauche ou droite ? Il est où c’putain d’parking ? » Les coups de téléphone s’enchaînent. Kouzou en a ras-la-pédale et demande souvent aux condés du coin son chemin. A noter qu’il y a presque autant de versions différentes de l’itinéraire du parking que de gendarmes. De nos nombreuses allées et venues, on a quand même eu la chance de voir le lion de Belfort ! En fait, on a vu même DEUX lions de Belfort … comme statues de devanture d’un restau’ chinois … Sympa l’attraction historique de la ville et merci à qq d’avoir enfin levé le mystère sur ce fameux lion qui fit couler beaucoup d’encre … On s’avoue finalement battus et on décide d’aller se poser aller V du parking après avoir beaucoup maudit martin et dark. J’passe un coup d’fil à martin car il avait été convenu que ce soit moi qui tente de les convaincre de venir nous rejoindre : eh oui, avoir la carrure de philosophe, ça pose . En fait, qq et dark avaient juste peur de s’faire bannir, tafioles:/ Bref, dark décroche et nous dit qu’il est dans l’même parking que nous Truc de ouf, allée « Q », ouais, ok … on arrive. Kouzou marche vite, vénère, prêt à leur faire leur affaire à tous les deux en même temps ! Sacré kouzou ! Donc, on tourne. Personne dans l’allée Q ! P’tain, la flippe. Et d’un coup : « Arthur GROS BATARD ! » Ma réponse fut immédiate et sortie tout droit du cœur : « ENCULEEEE » J’me souviens d’un cri d’Arthur. Puis plus rien. On tourne et dans une vento, qui voit-on ? Deux tantes torse-nus en train de faire des trucs censurés aux moins de 18 ans, genre écouter du Offspring . Ils sont sortis penauds de leur voiture (où il faisait bien chaud quand même Oo) pour taper la pince. J’me souviendrai toute ma vie du sourire de martin quand il m’a vu et de la lueur presque malsaine de dark quand il m’a serré la pince. Mais ce qui me marqua de plus, c’était de les voir tous les quatre, réunis comme de vieux potes. Etant spectateur de ce premier contact, j’ai trouvé franchement l’truc fort et si un connard ne l’avait pas dit auparavant, j’dirai que j’ai ressenti « a kind of magic » en les voyant ainsi. C’était beau. Vraiment. :’S Ils sont allés allée V. On a goûté le rhum de Dark, préparé à l’arrache, mais bien bon quand même. On discute. La soirée est déjà bien avancée mais on discute. Premier message de Martin pour le fo’ Moment émouvant. On y est, c’est bon. Dark nous roocnte les turpitudes de la pizzeria et de la fille qu’avait rien sur elle. La barre de rire! L’pauvre, j’en ai presque de la peine . Dans quelques heures, le grand moment d’la rencontre. Et sur les coups de 4H30 j’crois, extinction des feux. Puis là, c’est flou jusque vers 10H00 du mat’. Qq m’avait laissé monter à l’arrière. J’ai commencé à dormir assis, puis allongé sur la banquette. La banquette . Merci de m’avoir laissé en profiter !!! Le matin, j’sens la bagnole qui démarre mais j’ai dépassé l’état quarante-septième de fatigue et j’comate. J’suis pas totalement réveillé, pas totalement endormi. J’ai la bouche pâteuse, j’me sens mal. J’aime pas ça. Ensuite, c’est plus clair. Retour sur le parking. Flotte. Floodage en règle de martin du portable de kouzou. C'est-à-dire que marty envoyait des sms plus rapidement que kouzou ne pouvait en supprimer. C’était terrible. Et le niveau du floodage : « 1 » »2 » « 3 » « 4 » « bite ». etc etc … l’délire.



Puis, on commence à émettre l’hypothèse qu’attendre comme ça, c’est très long et très chiant, donc on part chercher de l’essence alors que marty est allé emmener dark aux chiottes. La barre . A la pompe, j’ai comme une (mauvaise) idée : aller chercher peuwine et sa copine. Coup de téléphone à peuwine donc. Ca passe bien, elle est contente mais kouzou m’a carrément empêché de finir la conversation en se prenant pour Starsky et Hutch. J’aurai jamais cru qu’une micra pouvait avoir autant de reprise. J’me souviens d’un mythique : « allez, j’passe ! » à quoi qq répondit « Euh, Arthur … Il est proche le 4x4 et il est gros lui ! » « M’en fout, il pollue ! j’passe » bref, vous voyez l’genre . (Pour la petite anecdote, kouzou avait raison … Ca passe -___- Et sans aucun accident, on arrive à la gare. On attend le train, tels trois jeunes rebelles. Et on voit peuwine descendre du train avec une fille ma foi fort jolie derrière : Amélie. Présentations faites avec des sourires un peu figés. « Je vous voyais plus grands ». P’tain, ça y est, j’complexe merci, peuwine. Je sais que tu fais une demi-tête de plus que moi, que t’es beaucoup mieux gaulée que moi, mais merci de me l’rappeler … Bref, ça s’détend d’un coup et direction l’parking des eurocks. L’trajet est cool. On discute de choses et d’autres. Je reçois un sms de martin : « Vous avez pris Burny ? » Ce à quoi j’réponds que si tôt, c’aurait pas été décent d’le faire au double sens du terme. Sa réponse ne tarde pas : « Tain t’abuse nous on pouvait serrer dès le premier soir. » Bref(D). Ce coup-ci, kouzou rejoint le parking comme s’il avait fait le trajet toute sa vie et finalement, ce sont les retrouvailles avec Martin et Dark . Malgré le fait que les gens ne connaissent pas, ben ça se passe bien en fait. Comme s’ils se connaissaient quoi. C’est ouf, non ? J’suis toujours en dehors de toute trame temporelle classique.



On décide quand même d’aller grignoter un morceau en attendant les autres qui sont pas prévus avant les coups de 14H00. On part donc à deux bagnoles. On a vite perdu kouzou, puis on l’a retrouvé devant une pizzeria fermée. La loose. Direction demi-tour vers une pizzeria ouverte celle-ci. Le service fut très rapide pour les couverts... Beaucoup moins pour la prise de commande. Finalement, après moult attente, les premiers sont servis en tagliatelles (rupture de spaghetti …) et j’attends. J’ai les crocs, parce que me v’la victime. Surtout après le tit sms d’isais qui balance une connerie genre : vous allez voir Christophe Wilhem ! connard Délires divers où j’en ai pris cher puisque qq et kouwouz ont convaincu tout l’monde que j’avais la gueule et la voix de Nelson Monfort. Dark sort sa caméra et immortalise le moment de ma victimitude en me gratifiant d’un « Nelson Monfort aujourd’hui, en direct des eurockéennes » Bâtard . Le repas se passe très bien. On se demandait quand même pourquoi martin et burny mettaient autant de temps aux toilettes. Pourquoi dark y allant à son tour tardait tant aussi . Mystère. Nous n’en saurons pas plus.


[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:36

[...]

Aurélien a écrit:On quitte donc le « westauwant » et on retourne sur le parking. Il est plus de 14H15. On cherche des berlingos. J’ai eu bigyo au tél’. Une voix ronde, chaude et profonde Bref, j’sais pas qui conduisait mais « D comme défaite », c’est un peu à l’opposé de « V comme Victoire ». Prenant nos cliques et nos claques (pour ma part, la bannière et le tish de kao’), on s’dirige donc vers cette fameuse allée D. De loin, on voit le sodomite sémaphore (vous aurez reconnu Zem’) et petit à petit, toute la bande se dévoile. C’est beau putain ! J’aimerais vous dire c’que j’ai ressenti en voyant tous ces gens en vrai. Bordel, mais kao’ et ses cheveux, son grand sourire , bigyo et son sourire si chaleureux et ses yeux , papy et son flegme et la gentillesse qui déborde de lui , mangouste et son attitude gentille, sympathique, son sourire(l) nemesis telle que j’l’avais vue au trab’ encore mieux que dans mon souvenir , le grand zem’ , farid putain farid . Et enfin, last but not least, Marie devant laquelle les tishés ont fait plusieurs génuflexions . Ca l’a fait sourire. Je crois me souvenir d’un « mais vous êtes fous ». Comment j’ai été heureux à ce moment-là. Fier aussi d’être au milieu de ces gens-là. Un big hug à marie. Puis là, ché pas. Je bloque. J’me contente de la regarder alors que j’ai mille trucs à dire. Alors, j’la regarde et re-hug. Puis walla quoi. Heureux tout simplement. Kao reçoit son tish qu’elle met instantanément. Nem’ avait pas pris le sien (montrez la du doigt et faites bouh !). Devant les interrogations justifiées des membres, j’dévoile ZE bannière derrière laquelle on pose fièrement. Le bénévole des eurocks en avait ras-le-cul de nous dire de bouger mais il a quand même eu la gentillesse de nous prendre tous en photo. Merci monsieur bénévole . On discute un peu. C’est bizarre de se voir tous là, ensemble. C’est la première fois qu’on se parle mais en fait, c’est pas la première fois. On a échangé tellement de choses via le net, mais là, c’est la réalité vraie. C’est pas une rencontre de geeks, c’est le forum. Des gens, des vrais. On s ‘parle comme des vieux potes qui s’sont quittés la veille. Mais là, ça m’reprend comme un coup de pied dans les couilles : « a kind of magic » … vraiment. Tous les forumeurs sont enfin ensembles. Moment énorme. J’complexe à nouveau : « ‘tain, j’vais attraper un torticolis si j’veux regarder zem en face ». Celui-ci tape une barre. Moi aussi. J’l’aime déjà . Posage de question pour la bannière : j’me sens coupable d’avoir fait trimballer deux piquets et du matos alors qu’en fait, j’apprends que les bannières sont interdites à l’intérieur de l’enceinte du festival … Bref, on décide d’y aller. Direction la navette. Fétichitations aux organisateurs des Eurocks car ils gèrent questions navettes. Sur le chemin, farid nous parle de sa BD, première menace de bigyo. J’ai pas tout compris mais ça se résumait à : « vous rigolez, j’vous fous une race. » Caaaalme, bigyo … Lui, dans ses jeux de rôle Grandeur Nature (GN pour les intimes), il doit jouer le barbare de service, c’est pas possible.

Enfin, on arrive à la navette en meute (pas en troupeau. Les prédateurs, c’étaient nous !). Les forumeurs discutent tranquilles mais restent ensembles. J’ai découvert kao’ sur le chemin. Kao’ quoi . Elle est terrib’ comme fille. Guilhem et Landry, vous pouvez être dégoûtés de pas l’avoir vue ! Elle est géniale ! Bref, pas pour vous dégoûter hein ? Mais si vous lisez cette review, c’est que vous êtes forcément un poil masochistes donc . Arrivés sur place, c’est une queue d’enfer : et pour cause, zem avait bouffé du gingembre. Euh, enfin, y avait des gens quoi … On fait la file, ça avance vite. J’vois Marie et c’est un des rares moments où on discute : « putain, mais c’est fou. Ca se passe super bien alors que d’habitude il y a un risque. Là, c’est magique. » Magique. La file avance mais nous, on fait chier. Une gonzesse a voulu taper l’incruste dans la file, genre aha j’ai grillé deux personnes mais vu qu’elle était moche et que nous, on avait burny, nemesis, kao’ et amélie, on lui a pas parlé donc elle s’est vexée et est partie. Bref, on fait chier bien des gens. « On veut être ensembles, on vous dit. » J’ai croisé des regards envieux. Tant pour les tish de martin que pour notre groupe si soudé. Mais le pire, c’est que c’était un groupe qui n’avait que quelques minutes à peine. La grande classe, j’vous dis . Je vous aime, bande de forumeurs . Le bus part à moitié vide et à moitié rempli par les gens du fo’. Les gens sur le côté nous lancent des regards de haine/mépris/envie. J’suis à côté de papy sur le même siège, avec farid derrière qui fait péter la bd.


QUELLE PUTAIN DE TRIP CETTE PAGE DE BD !


Mais Farid, c’est un génie les enfants ! Un gé-nie. Y a pas d’autres mots. J’alpague bigyo : « désolé mec, j’ai ri. » Et il tape une barre aussi. Remarquez en quoi la BD avait un truc précurseur, mais ça, nous le verrons plus tard. Le voyage se déroule sans problème. Le temps reste menaçant mais Bigyo’ a ces mots qui s’avèreront prophétiques : « s’il n’y a que le temps comme point noir de la soirée, je prends ! » On arrive sur le site et là, question existentielle : comment faire passer la bannière. Malgré moult propositions parfois intelligentes (genre faire passer bigyo pour une femme enceinte), j’fous la bannière sur mes épaules façon clandestin serbo-croate selon kao’ et j’passe l’entrée comme une lettre à la poste. J’écarte les bras. Le mec me pelote et m’fait signe de rentrer. Mais comme zem, j’ai été déçu Même pas une main au cul, quoi . Donc, on rentre. Nouvelle barre de rire avec zem et papy genre « putain, il est passé sans problème avec 4mètres de tissu sur le dos ! » Puis là, commencent les Eurockéennes à proprement parler. On va et on vient. On prend connaissance des lieux. On va et on vient. Chapiteau => grande scène puis grande scène => chapiteau. A ce moment, la bannière se transforme en « cache-nez biplace » pour moi et dark. C’était énorme. Une fille passe, plutôt mignonne mais … enfin, on aurait dit l’incroyable Hulk version Donkey Kong. D’où ma réflexion à dark : « cette fille … Elle est vaginalement motocultable ». Ce fut un grand moment . Les concerts me plaisent pas plus que ça. Par contre, les trips entre forumeurs . ‘tain, la balade avec papy et farid . Le coin merchandising avec le gars qui parle « si t’es assez fan, t’achètes … » Il tombe sur nos tishs forumiques, j’me retourne, beng autographe de dexter et noodles dans les yeux. Allez, gamin… M’parle pas de fan, j’ai dépassé le stade… Donc, du coup, il s’est rabattu sur l’excuse bidon : ouais,ici, on fait d’la vente, pas un abri anti-pluie.




Ah ouais … J’vous avais pas dit. Aux Eurocks, il pleut. Et c’est d’la pluie chiante. Et froide en plus. Ca commence à devenir relou. Et quand on arrive sous l’arbre, j’ai l’droit à un câlin de marie. On parlait qu’on étaient fiers de l’avoir avec nous parce que les bandes de teuhs qui s’baladent en bande de wesh-rebelles-sa-race, eux, n’ont pas de maman comme elle qui pense à nous, qui nous aime, qu’on aime et dont on aimerait avoir sa putain de classe plus tard. Comme a dit martin : Marie, pour nous, t’auras toujours 20 ans, marie. ET LA, OUI MONSIEUR, IL FAUT LE DIRE ! NOTRE ADMIN AVAIT RAISON ! Ce point n’est pas susceptible d’être soumis à contestation sous peine d’exécution sommaire. Donc, tout simplement, on est heureux d’être là et putain, vous pouvez pas savoir ce que j’en ai marre de n’avoir qu’un vocabulaire pauvre pour vous décrire tout ce que je ressentais là-bas. Dans ma tête, j’vivais à deux vitesses : une part de moi était actrice des trips et vivait à fond sans se poser de question et une autre partie était spectatrice et n’en revenait pas de ce qu’elle voyait et j’ai ressenti cette étrange schizophrénie. C’était bizarre et de temps en temps, la deuxième partie se manifestait mais de moins en moins. Ptit à petit, ça faisait comme si c’était normal d’être là entre potes et la sensation s’est atténuée …




Donc, j’reprends mon récit au moment où j’avais la tête de risin’ sur mon cœur en plein câlin avec la bannière en cache-nez biplace. C’était mythique. Y avait beau avoir de la boue, du froid. J’me disais que j’allais chopper une putain de crève en tish, que mes autographes allaient s’effacer, mais ranafout, j’étais là et heureux d’être là ! J’patassais sur place. Vous pouvez pas savoir ce que c’est chiant c’te boue. D’la boue qui colle aux godasses et qui vous r’monte le futal. A noter que des gens ont une putain de classe : genre mang’ouste, restée quasi nickel. ‘tain, respect tout plein ! Bref, grande classe, la flotte continue à tomber et on bouge à droite à gauche pour finalement se retrouver près de la tente samsung. Aaah, la tente samsung … Si elle existait pas, faudrait l’inventer. Ce fut un lieu de rassemblement et de délires hauts en couleur. On a vu G£o. J’le voyais plus petit lui, et plus gros aussi. En fait, il est super grand, avec une bouille toute mignonne et un tish de riche d’hammerhead à 30 putains d’euros. Bref, il est cool lui . On discute, on discute, Marie m’a proposé une bière Merci môm . On boit, on s’fait prendre en photo. Des regards se dirigent sur nous. On délire. J’pouvais pas boire tout seul alors j’propose de la mousse à la ronde. Je vois Zem pas loin, j’appelle « Xavier ! » Pas de réponse, il discute avec kao’ le cochon. « Putain, XAVIER ! » Toujours rien ! « OH LE SODOMITE ! » et là « ouais, quoi ? quoi ? J’suis là ». ‘tain, j’ai trooop adoré ce moment, j’l’aime lui.




On discute pépère peinards et là, j’vois deux nanas que j’connais du net (eh oui, période de geekage intense.) On discute, elles s’incrustent, c’est mignon. Elles boivent un peu de bière mais bon, j’décroche assez vite. J’suis venu pour le forum, bordel ! Nan, j’déconne, elles sont gentilles, mais un peu … m’fin voyez quoi Mais apparemment, y en a une des deux qui est tout à fait au goût de Farid qui tente une première approche … couronnée de succès je dois dire Bref, la rencontre se passe sous les meilleurs auspices et on se sépare presque naturellement pour aller voir différentes choses en sachant qu’on se retrouvera tôt ou tard. J’suis plus ou moins resté avec zem, burny, farid, papy et amélie. Martin ayant été supra chaud pour être dès l’départ pour aller in front of juste devant ze barrière L’fou quoi limite près à supporter le cynique. Bref, nous on déambule, on marche, on délire « oh t’as vu tous les tishs de fans … Putain, je veux le tish de RAFRAG pour femmes bordel ! » Que n’ai-je point dit ! J’aurais clamé au mégaphone que j’aurais voulu tester des trucs cochons avec Carla Bruni, on m’aurait pas regardé autrement. Les gens sont méchaaaants. Papy reste impassible (trop fort ce mec, j’adore !) La bannière me protège bien mais commence à se faire lourde. Merci grande sœur Peuwine pour toutes ces délicates attentions dont tu as fait preuve à mon égard durant cette traversée (humide) du désert intellectuel voire musical par moment de l’aérodrome de Belfort. Puis, l’heure passe. Et là, d’un coup d’un seul, LA révélation. Oui, ami lecteur, ce fut magique car jamais nous l’avions rêvé mais au détour d’un festivalier … Michelle . Trop ouf, elle lui ressemblait trop ! Quasi même forme du visage, les mèches bleues, la tenue goth’, tout quoi Je gueule : « Michelle ! » Et là, éclat de rire de Bigyo’, c’était fourrant. ‘fin bref, le genre de trips quoi ! On va voir Cali … Ben, Cali … C’est Cali quoi. J’ai découvert. J’en avais entendu parler mais sans plus. Casseurs d’ambiance power: j’ai nommé Zem (encore lui, décidément, toujours dans les bon coups ) et moa-même. Farid était à fond dedans et Bigyo’ chantait les whoho tout bidons. J’me suis amusé à les chanter aussi et zem nous fit montre de son talent pour l’imitation de la fanatique prépubère devant son idole et premier fantasme sexuel avec ses cris à vous défoncer les tympans. C’était supra drôle. L’moment d’lancer un pogo fut aussi intéressant. C’est d’ailleurs dans c’te fosse que pour la première fois, des gens ont parlé du fo’ notamment une keuponne : « nan mais j’rêve ou t’as un t-shirt signé par Noodles et Dexter ». J’me retourne, l’air surpris, genre de kwaaaa ? Puis ben ouais, exact ! « Nan mais cours, j’vais te taper, te tuer, salaud ! Tu les as eu où ? »

[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:37

[...]

Aurélien a écrit:Et là, oui messieurs-dames, moi, Aurélien Monfort, j’ai été méchant : « le 10 juin au Trabendo lors de leur concert devant 700 personnes, on les a vus et on a un peu parlé. » La copine de la keupone balance : « tuwois, j’te l’avais dit qu’ils sont passés ! » L’aut’ keuponne méga-fan à fond m’a demandé de l’achever. J’lui ai dit que c’était the best show ever, qu’ils étaient en supra-forme, que greg k était là alors qu’il avait pas assuré le début de la tournée et qu’ils ont joué Beheaded et Session. L’pote a même reconnu les tish « ah, vous êtes du Forum ! T’es Aurélien, c’est ça ? » La fille a tapé un arrêt cardiaque et dans ses yeux, j’ai lu une pulsion meurtrière du genre sévère. Elle avait l’air de nous haïr purement et simplement. Sa copine calle la bannière et m’demande ce que c’est. J’réponds. Elle trouve que l’idée est fourrante et veut poser derrière. J’lui dis pas de souci, suffit de nous suivre et d’aller à la barrière. Mais au moment de partir, y avait plus personne et on les a pas retrouvées plus tard Bref,… Le show de Cali se poursuit et on profite de quelques mouvements pour gagner des places façon « dégage-de-là-que-j’y-mette », mais on avance pas très loin et chuis impatient. Zem me calme à plusieurs reprises, … J’ronge mon frein … Quant à Cali, il est drôle lui, il danse avec une espèce de fan sur scène. La meuf est toute contente, lui aussi, ils dansent puis tout l’monde se barre, la meuf calle rien et continue de danser seule… C’était marrant. Mais Cali en lui-même … Autant j’aime bien son ptit côté un peu contestataire, autant j’trouve que c’est pas crédible dès qu’il fait le showman … « Ouais, cette chanson est pour les SDF, les laissés-pour-compte, les réfugiés qui ont cru voir en notre pays le symbole des droits de l’Homme … » C’est très joli toussa monsieur Cali, très joli d’appeler au bon cœur de Monsieur Nicolas Sarkozy mais vu la manière dont se déroule le show …
Bref, je ne dirai rien de cette zik pseudo contestataire … J’dis ça parce que la chanson en elle-même, c’était d’la soupe. J’me souviens qu’il y avait deux ou trois paroles assassines mais pas de quoi décaper le cul d’une girafe ravagé aux hémorroïdes. D’autant plus qu’on n’est pas crédible si on dit qu’on veut améliorer le sort des marginaux mais qu’à l’instant d’après, on bousille une caméra professionnelle à plusieurs milliers d’euros. Bref, il fait un rappel plus long que le concert proprement dit. Relou l’mec, y veut pas partir. Zem manifeste sa joie de la voir là en gueulant de plus belle comme la prépubère susmentionnée.



Fin du show de Cali et là, y a un ptit côté, on est r’parti. J’vois Zem qui m’fait un signe de tête décidé, derrière, bigyo’ est prêt à tout défoncer sur sa route, burny est au taquet. « Allez, on y va, j’veux vous voir bitocul, on avance, on avance. » J’croyais pas que Zem aurait pris mes paroles au pied de la lettre ‘fin bref On arrive au deuxième rang, j’ai repéré la bouille de martin et on y est. On déploie la bannière devant la barrière. L’type a côté de moi est du genre gros relou au sens propre, il m’laisse même pas approcher de marty pour discuter vite fait quoi … Connard, avec ton coude dans mon bide, tu m’as coupé la respiration une paire de fois, t’aurais mieux fait d’te payer une liposuccion avec la thune que t’as dépensé aux Eurocks Bref, ça s’présente mal. L’impatience se fait sentir. Une heure d’attente debout comme ça, c’est long. Nemesis prévient déjà qu’elle va agripper Martin, j’pique mon fard de jalousie. Connard d’admin, tous les mêmes. Y en a que pour eux ! :’( Dark est à côté et ensemble, on flippe pour la bannière. Les Jean-Pierre de la sécurité veulent l’enlever pour plusieurs raisons :

- pas la déchirer s’ils marchent dessus pour faire barrer les slams => j’ai demandé de la scotcher au sol, l’mec s’est marré et a dit non.
- les publicitaires doivent pas la prendre en photo

Et y en a une troisième que j’ai zappé. Les Off’ vont bientôt arriver. Les journalistes sont sur le pied de guerre. Les vigiles arrachent quasi la bann’, heureusement que j’ai pris une putain de cotonnade indienne et la foutent dans la fosse. On la récupère avec peine. Faut voir que j’peux quasiment pas bouger, que j’tiens debout qu’à cause des gens qu’il y a à côté de moi. J’étouffe vraiment. Le gars de devant me comprime toujours avec sa putain de graisse de porc. Dark est comprimé aussi. A l’autre bout, zem tient la bannière mais impossible de la brandir, trop de monde. Trop trop de monde. Des fans scandent « Offspring, Offspring ». Ca devient lourd. Intermission Man est présent sur scène (apparemment, c’est l’guitariste des off’ selon une “fan” ) et règle les grattes comme si de rien n’était.

[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:38

[...]

Aurélien a écrit:C’est dingue. Deuxième fois en moins d’un mois que j’vais voir mon groupe favori mais étrangement, j’suis moins dedans dès l’départ. J’sens que j’suis pas là pour le concert. Et clairement, ça se confirme dès les premières notes d’Americana. Pete est arrivé comme un voleur. Il a commencé à jouer. Noodles est arrivé direct après … Ensuite Greg, puis finalement Dexter. Dexter avec un putain de grand sourire . Ca faisait plaisir de le voir comme ça On s’attendait à un truc énorme avec un sourire pareil. Ca s’annonçait génialissime. Americana balance toute la pêche et là, système de compression = on. Les mouvements de foule sont étouffants, des fans font des malaises dès l’début. C’est ouf ... Jamais vu ça et pourtant j’ai fait quelques barrières … J’suis au deuxième rang et j’vis une expérience proche de l’enfer. Des fans m’passent au-dessus et sortent, agrippés par les vigiles qui les tirent sans ménagement aucun. Une fille à côté de moi tape un malaise : « jveux sortir, faites-moi sortir s’il vous plaît ! ». Bon ben bref, j’suis pas Rambo, moi ! J’ai fait c’que j’ai pu. J’ai soulevé, un autre m’a aidé et a pris le relais et on a pu dégager la pauv’ fan. J’demande fissa de m’dégager aussi. C’était juste après Come Out And Play, la deuxième song. J’y vais, j’suis dégagé,agrippé, retourné dans tous les sens. Le slam est très court mais l’tish est bien visible et sous toutes les coutures. L’vigile manque de m’faire tomber (sur la tête) et m’rattrape in extremis et m’dit de dégager rapide. Sur le chemin, un gars m’tape sur l’épaule et m’fait un signe, pouce levé, j’lui souris. J’vois martin à la barrière qui vit à fond. J’marche tranquille vers la sortie, j’suis régulièrement poussé par les vigiles mais walla quoi, j’ai vu les Off’ de près, mon regard a croisé celui de Noodles encore un beau sourire, quoique trop fugace. Dans ce moment où on a croisé nos regards, j’ai stoppé, et salué bien bas mon guitariste fétiche. L’instant fut bref mais bon Le concert se déroule tranquillement. Mon parcours y a été totalement atypique et ne reflète absolument pas mes orientations politiques : je suis sorti de la fosse à l’extrême droite du public, j’ai donc manœuvré pour me retrouver à droite, puis au centre et enfin, au centre-gauche. Ca a été radical (oh, quel calembour …) comme solution. J’me suis retrouvé dans un endroit où la qualité sonore était relativement bonne. Par contre, la concentration de boulets y était effarante. Jugez : je sors de la fosse, Dexter annonce You’re Gonna Go Far Kid. Putain, j’ai gueulé un : « YEAAAAAAAH ! » … tout seul dans un rayon de 5 mètres (j’ai reconnu la voix de marty mais c’est quasi tout… Il gueulait de toutes ses tripes, c’était monstrueux ). J’en ai entendu deux ou trois autres mais ça faisait pèlerins paumés. Les autres se demandaient quoi … J’chante la chanson en cœur … tout seul … J’m’éclate comme un ouf … tout seul aussi. Vive le public français. Bravo les gens, congratulations, chapeau. Pitoyable. Et là, plus tard dans l’concert … Dex’ annonce Hit That, là, ça a été carrément l’inverse : des « YEAAAH » furent hurlés de toute la fosse sauf exceptions … J’étais une desdites exceptions, bien déterminé à montrer à Dex’ que cette chanson est moisie du gland, qu’elle me débecte, qu’en live c’est une daube pharaonique au potentiel frisant le 0 absolu … Et encore là, j’résume… J’étais dégoûté. Pour en revenir à des impressions plus globales, Americana a constitué une intro assez correcte sans être énormissime. Come Out And Play … j’étais trop bousculé pour réellement en profiter. De même que pour Hammerhead et Gone Away. J’ai d’ailleurs trouvé Gone Away assez sympathique. On sent Dexter plus à l’aise qu’avant sur les phrasés chantés et ça se ressent sur un festival. Par contre, mention spéciale à l’enchaînement Have You Ever et Staring At The Sun. C’est pas mes chansons préférées, mais on sent qu’il y a un truc spécial. ‘fin, j’sais pas, ça s’enchaîne bien. On garde un tempo rapide qui fait vibrer la fosse. Puis walla walla . J’l’ai trouvée complètement décalée, chantée avec une bonne dose d’ironie. On considère souvent que The Offspring jouent façon CD en festival. Sur ce coup-là, j’ai trouvé qu’il y avait quand même un subtil décalage… Certes, on retrouve en gros les mêmes sons mais là, y avait cette petite touche d’ironie en plus. Comme sur Want You Bad avec le petit solo de fin très bien interprété par Noodles mais complètement inconnu des fans qui me jouxtaient .




Plus le concert avance, plus j’me dis que j’étais chanceux d’avoir été au Trabendo. Sur le coup j’me suis assez fait chier, mais avec le recul, j’trouve que le concert était un bon concert de festival, sincèrement. Mais qu’il ne valait pas un pet de mouche face à celui du Trabendo. Ceci dit, malgré mes problèmes de compression, j’ai pu douloureusement constater qu’Hammerhead défonce sa race en live et réussit à entraîner une foule qui n’y connaît rien aux paroles, YGGFK par contre balance moins. Les gens bloquent un peu. On a dit que les Off’ ne faisaient pas participer le public … Bon, comment vous voulez faire participer un public de merde comme celui qu’on a eu ? La moitié des gens ne savaient pas placer des « oh oh » au bon moment (confère The Kids Aren’t Alright et What Happened To You qui restent des modèles de ratage monumentaux.) J’ai trouvé All I want complètement foirée par rapport à ce que cela a été au Trab’ : le refrain était mou et fut joué sans grande conviction, on avait pas l’impression que Dexter se défonçait. J’ai passé donc un bon concert mais il me faut le dire, j’ai vécu pas mal de points noirs : Comme susmentionné, l’un des pri ncipaux était celui de la foule de faux fans qui ne connaît que le mouvement de foule et non le pogo en bonne et due forme (mis à part peut-être, en partie, sur le centre-gauche). Le second dans la liste est le moment où j’me suis fait bousculer de façon peu délicate par un homme qui en a profité pour me glisser sa main dans mon froc, non pour me peloter comme je l’avais espéré mais pour me tirer 40€, que j’avais mis là parce que je les croyais en sécurité. Dégoûté.



Mauvais moment qui n’en est pas un : j’ai slammé pendant le concert. Le slam a duré bien 2 minutes et fut assez (très) mouvementé ... c’est-à-dire que j’ai retrouvé plusieurs fois mes pieds à la place de la tête O_o. Puis, en redescendant, j’fouille mes poches : a pu portable. Oooh, shit, ça pue. J’me mets dans la quête impossible de recherche de mon téléphone. Un keupon plutôt du genre agent de sécurité gonflé aux anabolisants me remarque, me demande d’une voix de stentor ce que je cherche, je lui réponds, il tapote l’épaule d’un de ses potes qui pour la petite histoire devait faire dans les 2mètres et 120 kilos à poil, lequel pote me tend mon téléphone avec un sourire de teddy bear. Putain, j’les ai remerciés du fond du cœur. Comment ça m’a fait plaisir . Si vous me reconnaissez, merci encore les gens Un miracle, je vous dis ! Un mi-racle.



Bref, tout se passe plutôt pas mal dans l’ensemble. Bad Habit démonte tout. Une des meilleures chansons jamais écrites pour le live. J’vais pas répéter ce que j’ai dit pour le Trabendo. Elle démonte déjà en elle-même mais Dex’ fait preuve d’une belle énergie. Il n’est curieusement pas statique comme les fest’ antérieurs nous y avaient habitués. Là, ça démonte pas mal.
Le troisième gratteux utilise une Gibson SG qui doit être celle qui a été utilisée pour l’enregistrement de RAFRAG (à vérifier …) et Pete… Ah Pete . Plus j’le vois, plus j’me dis que c’est un très bon choix de batteur pour The Offspring. Il a une certaine classe voire une distinction certaine et une retenue louable. Nan en fait, j’écris n’importe quoi, ce mec est une machine monstrueuse. Il cogne et il cogne, à en défoncer les fûts (comme le fit Kolinka au moment du concert de Cali. Oui, LE Kolinka !), il dégage une putain d’énergie pour peu qu’on prenne la peine de s’intéresser à lui. Greg K était égal à sa (mauvaise) réputation… Contrairement au Trab’, il s’est moins mis en valeur aux Eurockéennes. Ca restait cool si vous voulez, mais tout de même … On sentait qu’il mettait moins de cœur à l’ouvrage. En particulier sur les chansons qui auraient dû le faire briller comme Hammerhead ou Bad Habit. Les chansons en elles-mêmes étaient bonnes mais il n’y avait pas ce petit plus qu’il y avait eu dans cette petite salle. Je sais qu’il ne faut comparer que ce qui est comparable mais bon … j’peux pas m’empêcher de faire des parallèles.

Bien sûr, on a eu le droit aux vannes de Noodles : genre que les vêtements des jeunes filles présentes donnaient envie de tourner un porno … « I love France ! Thanks for the food, thanks for the vine ! And I love Kronembourg !” Pour prendre sa defense, il faut dire qu’aux Etats-Unis, les bières, c’est de la merde en canette, de la chienlit, de la pisse de rat. C’est donc sur une ambiance bonne enfant que se termine le set de The Offspring avec un Self Esteem de derrière les fagots. Une des best chansons ever en live. Putain, ça démontait. Apparemment, ça prenait des proportions dantesques. Les détracteurs qui disent que The Offspring n’est pas un groupe de live et encore moins de festival ne sont pas venus aux Eurockéennes. A bon entendeur …

Les meilleures choses ayant une fin, le concert se termine et Dexter et Cie s’en vont comme ils sont venus : comme des voleurs. Certes, ce n’était pas le dernier concert de la soirée, mais on aurait tous apprécié de revoir un ‘’vrai’’ rappel et pas seulement un set de trois chansons prévu à cet effet . Donc, les voila partis, j’ai mon petit pincement au cœur. La première partie de la soirée s’achève. Je remonte tranquillement la pente en jetant fréquemment des regards en arrière, sans grand espoir. C’est lors d’un de ces regards que j’repère une silhouette maintenant bien connue. Qq remontait également, les yeux dans l’vague (je sais que selon toi, The Offspring n’est plus que le souvenir de ton adolescence, mais tes yeux ne mentaient pas à ce moment-là ). On s’retrouve par hasard, on discute du concert, on rigole et on traverse la foule. Une jeune « femme » (à défaut de terme plus approprié pour décrire cette … hum … représentante de la race humaine qui brillait peu par son intelligence) regarde l’arrière de mon tish et me tient littéralement ce langage : « Oh, ils sont marrants tes gribouillis ! » Elle se tourne vers qq : « T’as pas un feutre pour que j’fasse des gribouillis aussi ? » Et là, messieurs-dames, j’aimerais avoir une vidéo pour vous montrer la réaction de qq, vraiment l’homme flegmatique par excellence. J’ai adoré son calme, son côté zen mi-figue mi-raisin lorsqu’il lui a répondu : « Ah ouais, mais c’est pas des gribouillis … C’est les autographes de The Offspring … » La fille me regarde, les yeux hagards : « Ben ouais, répondis-je, là, c’est le chanteur du groupe que tu viens de voir, là, c’est la sign’ du guitariste. » Et elle me regarde : « ah ouais, genre tu les as rencontrés dans la rue et tout ? » « C’est à peu près ce qui s’est passé lors de leur concert au Trabendo où on a pu leur parler. » Dégoûtée qu’elle était . Jérem ‘, j’t’adore .




Bon, mon écusson Ignition est déchiré par un mec qu’était jaloux, les signs sont recouvertes de terre mais pas grave, le tish a vécu, c’est ça qu’est bon . On rejoint le désormais mythique lieu de rendez-vous. Papy arrive puis, j’vous passe le détail des allers-retours : en résumé, j’suis resté tout seul au point de rendez-vous pendant que les autres allaient et venaient On y a appris que farid avait perdu son portable. Moment dur On a également appris que Nem’ était fétichiste des pieds, tout comme 54% des hommes interrogés sur le sujet. Tout s’passe plutôt bien. Je suis rejoint par mes deux « copines » dont une semble vraiment en avoir pincé pour Farid (cf ce qui fut dit plus haut). Sur le coup, j’me suis fait que l’con serait bien capable de serrer ce soir en pleine rencontre forhumique. Dark arrive et vient m’voir direct avec la bannière : « je l’ai sauvée mec ! Les autres en avaient rien à foutre mais moi, j’l’ai eue, j’l’ai gardée. On l’a ! » Notre admin en est un, un vrai ! Dans l’détail, je ne saurai dire ce qui m’a le plus marqué dans ce moment : ptêt le départ de G£o, j’avais l’impression de manquer quelque chose avec lui. On l’a à peine aperçu. C’était dommage. Le froid fut également au rendez-vous, merci à mangouste pour avoir partagé ses frites et merci à risin’ pour avoir toujours les préoccupations d’une vraie maman, ça m’avait fait sourire sur le moment dans le sens où ça m’touchait et où j’en étais réellement content. J’m’étais dit qu’elle était pas maman du fo’ pour rien. En bref, rien qu’à rester avec le cache-nez biplace aux tables, à écouter les autres délirer, à rigoler avec eux de temps en temps, j’me sentais bien (j’ai refait le coup de l’appel du « sodomite », Zem a répondu au quart de tour…). La rencontre avec Patoff fut sympathique, j’m’attendais pas du tout à ce qu’il soit comme ça.

[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:40

[...]

Aurélien a écrit:Puis, c’est le départ du festival. Sans regret, il y avait moby ensuite et Ez3kiel, j’crois mais ça ne disait rien à personne. On sentait la tension dans l’air, ce désir d’en découdre avec la rencontre et d’attaquer les choses sérieuses, d’attaquer le rhum ! Donc, on lève le camp. Je sais pas comment est venu le trip. Toujours est-il que sept trublions ont cru très drôle de marcher de front avec la bannière dans l’dos. J’étais entre bigyo’ et kao’ à ce moment-là et les rires me restent toujours en mémoire. Surtout lorsque fut faite la remarque que l’on bouchait toute la circulation. Lorsque je me suis retourné, j’ai vu une marée humaine avancer au ralenti à distance respectable mais décroissante derrière nous . Et effectivement, nombre de gens derrière pestaient, maugréaient contre cette bande de jeunes qui bouchait le passage. Maintenant, The Offspring-fr reste dans les mémoires, pas forcément dans le « bon » sens mais le trip quoi C’était énorme. Le passage en crabe pour sortir , essayer de se caler sur kouzou qu’avait l’feu au cul et marchait toujours trop vite. Putain l’délire complet. C’était parmi les meilleures marches de ma vie . Par contre, à mi-chemin, constat bien embêtant, on a perdu Farid : « Han, l’bâtard, il a serrééééé ! Vous vous rappelez des deux gamines parmi mes copines, j’suis sûr qu’il est avec la ptite. » Sourires en coin jusqu’à ce qu’une des deux filles (que je nommerai C1) nous rejoigne et m’dise : « Farid arrive, il est C2. » (C2 est, vous l’aurez reconnu, la ptite en question …) Farid se pointe enfin, au bras de C2 et on peut entrer dans la navette. Ah, cette entrée dans le bus fut mythiquissime. J’m’attendais limite à ce que le chauffeur nous fasse une réflexion ou un truc aigri, mais pas du tout, nickel le mec, grand sourire empli de bonhommie tout le long du passage du crabe à rallonge et il nous a mis The Beatles pour nous accompagner lors du trajet. Punaise, je l’ai aimé ce mec . Dans le bus, les (rares) personnes qui n’étaient pas du fo’ ont adopté plusieurs attitudes : certains ont feint l’ignorance totale genre mépris d’une bande de tarés, d’autres ont tenté également cette indifférence mais n’ont pu s’empêcher de nous regarder en biais (ptêt un peu d’envie/ répulsion pour cette secte bien étrange ), d’autres ont souri régulièrement en écoutant les trips divers et variés du fo’. Nem’ a failli se vautrer mémorablement. Burny rigolait encore, Jérem’ souriait. J’me souviens qu’on a chanté les Beatles. Les sourires lors du voyage m’ont marqué :’S.




Et on arrive. Sortie avec la bannière sur le dos. Un au-revoir au chauffeur qui nous a souhaité une bonne nuit . Et on remonte la longue allée qui longe le site du camping. C’est alors qu’est montée comme une rumeur : « c’est bientôôôt l’anniversaire de Maaaaartin. » Et la tête à Martin, tout timide. Il s’attendait au pire le pauvre . C’était énorme, Papy avait le chrono en main et nous faisait le décompte : « Plus que deux minutes ! » P’tain, Martin avait eu le meilleur anniversaire de toute sa vie : concert de The Offspring plus rencontre forhumique ! Je crois que c’eût été encore plus parfait pour lui si, lorsque Papy gueula « TROOOOIS, DEUUUX, UUUUN, ZEEEEROOOO ! », il n’avait pas été submergé de forhumeurs hurlant « Joyeux Anniversaire Martin !!! » et lui nouant la bannière façon remake de Toutankhamon . Il a bien été chahuté le « pauvre ». Puis vint la traditionnelle chanson « Joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaiiiiire !
JOYEUUUUX ANNIIIIVERSAIIIIIRE MARTIIIIIIN ! Joyeux anniversaire ! » Quelques tits rigolos dont moi (que les autres se fassent connaître !) ont même chanté : « JOYEUUUUX ANNIVERSAIIIIRE DIEU ! »… Il nous a remercié mais s’est empressé de se débarrasser de son carcan. S’ensuivit un syllogisme digne des philosophes antiques : « Martin is Dexter, Dexter is God so Martin is God ». .




Puis, le rendez-vous fut donné « allée V ». Et c’est parti : en tête, nous avons qq (la praline) qui profite de sa grande allonge pour prendre de la distance mais aurélien montfort ne l’entend pas de cette oreille et le travaille à la corde, il finit enfin par le dépasser et continue derrière mang’ « ouste » vers l’allée « V ». Allée « R » reprennent les hostilités, Papy se joignant à la tête et tenant le tête à tête avec Aurélien, la course dans la terre n’a pas donné les résultats escomptés, personne ne s’étant vautré. Enfin, Papy et Aurélien esquivent les piquets métalliques et arrivent à l’allée « V » juste après les voitures et ce, à peine essoufflés. Les autres les rejoignent peu après, en plein moment du déballage alcoolique et là, oui je vous le dis : le coffre du Berlingo est parfait pour un bar improvisé. Marie organise la disposition : rhum, ‘tit punch, jus d’orange et whisky sont bientôt sur le pont, les gobelets sont prêts et c’est parti les gens . En bon modérateur, j’attrape les gobelets et commence à verser les verres pour les arrivants. J’oublie Dark qui dans un moment de rancune a failli me virer de mon poste de modérateur (qui a dit « dommage » ? ) Martin souffle sa bougie d’anniversaire et déguste son choco BN. On continue à s’balancer trips sur trips : en vrac : allumage d’un feu de camp improvisé (sur lequel j’ai vérifié les propriétés inflammables du rhum, ce qui a fait pester C2 puisqu’elle a failli cramer son futal …) Papy nous avait caché ses talents de pyromane et commence à trouver ce qu’il faut pour tout faire brûler .) Les langues se délient à mesure que le sang se dilue dans l’alcool, Kouwouz commence à nous prouver qu’il est redoutable à toute une série de tests : blind test ( il gueule JENIFER LOOOOST THE WAAAAR à peine une seconde après que le Self Titled soit mis en route dans la voiture de Risin’), le test des annif’ (quasi tous de mémoire en moins de temps qu’il en faut pour le dire …), le test des prénoms, la traduction instantanée des chansons : » là, dexter va parler de basket … Tiens, il va dire Beefsteack ! ». Trop fort .



J’entame des discussions avec Marie… à peine esquissées malheureusement, on n’en revient mutuellement pas que tout l’monde s’entende si bien en IRL alors que personne ou presque ne se connaît. Franchement, les péquins qui n’y étaient pas, rien que cette ambiance magique, vous avez raté quelque chose. J’me sers un verre du whisky de Marie, dieu qu’il est bon . J’mate cette bande de potes… Les discussions sont assez atypiques : au lieu du classique « football, gonzesses, bagnoles », c’est plutôt le « sex, rhum and rock’n roll » qui prime. Patoff est pas très bavard mais a un sacré regard du type toujours prêt à faire ou à dire une connerie et effectivement, il possède un humour assez corrosif « mimile, faut que t’aies ton bac … ». Jérémy a totalement laissé tomber son flegme pour adopter son côté « barman » qui lui sied si bien : pensez-vous, dès que j’ai gueulé : « le barman fait l’service ! » Une nuée s’est abattue sur lui et il a fait le service avec un talent inné A noté qu’après ce service, il passa la bouteille à Kaoru . Grossière erreur ! Charlotte n’a plus lâché la bouteille avant la dernière goutte. Nemesis continue à la jouer straight edge, chose qu’elle regrettera plus tard dans la soirée, Papy entame les discussions musiques, quant à Perrine… Perrine…. Elle a directement laissé tomber tout ce qui lui restait de dignité et nous a bien montré que forhumiquement et IRLement parlant, elle est toujours la même : complètement barrée, folle, limite hystérique rigolote. j’ai adoré ! zem, toujours le même s’amusait à rompre toute distance minimale de décence avec les gens : ce qui lui valut pour la seconde fois mon commentaire de « tu vas m’filer un torticolis s’tu veux que j’te mate dans les yeux !» et là, un gars a sorti : « mais c’est pas les yeux qu’il veut que tu regardes ! » P’tain, bam, barre de fou rire. Dark lance les hostilités avec sa caméra et on prend les premières photos et vidéos.
Inutile d’en faire tout un tintouin, vous les avez, y a qu’à les zieuter pour la 1092ème fois. Farid est moins dans l’trip, il tente d’expliquer à C2 qu’il fait d’la BD mais elle a l’air de le prendre pour un gigolo, eh nan, raté l’coup d’la bédé, tu la chopperas pas c’soir … :s




D’ailleurs, C1 et C2 n’ont pas voulu nous croire lorsqu’on leur a dit que Farid était un artiste et qu’il prenait de superbes photos de modèles (pourtant, on a été softs, personne n’a précisé qu’il en profitait pour prendre les modèles en question …). Le seul truc de C1 était de gueuler à qui voulait l’entendre « allez, cul sec ! allez, cul sec ! » Elle m’a dit ça juste après que j’ai rempli mon verre de rhum. Un bon verre bien rempli ! Eh ben, il est passé le verre… Cul sec. J’ai dû tuer toutes les bactéries présentes dans mon corps d’un coup … Il était bon ce rhum, dark aurait préféré un truc plus fruité mais moi, il me convenait parfaitement .


La bannière est à nouveau détendue et on s’agglutine autour du coffre de la voiture de Dark pour signer avec les moyens du bord (une tite lampe qui faisait tout juste assez de lumière pour que Jérém’ réussisse à boucler le cercle formant la lettre « Q » au bout de 15 tentatives. (faudra que j’arrive à prendre des tophs potables de la bannière, ça rend rien pour l’instant ). Les premiers départs sont ceux de mes « copines ». C1 a voulu marquer l’coup en m’envoyant au sol. C2 se barre également, au grand dam de Farid à qui elle n’a même pas dit au revoir … Le pauvre, c’est pas encore ce soir que tu pourras serrer gars . Les gens se pressent autour de la bannière qui est devenue comme le symbole de cette première rencontre forhumique. C’était génial de les voir signer de si bon coeur (d’ailleurs, on peut citer le nom de Bubule qui apparaît sur la bannière par procuration prise en charge par Peuwine ).



Ce qui fut moins génial, ce fut le départ de Risin’, Patoff, Céline et Bigyo’. On s’est dit au-revoir vite fait… En fait, ça collait parfaitement à l’ambiance de la soirée : on étaient tellement partis pour se retrouver le lendemain comme si on étaient de vieux amis qu’à aucun moment, on n’a pensé qu’on ne se reverrait pas le lendemain.

[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:42

[...]

Aurélien a écrit:Et c’est plus ou moins là que ça commence à barrer en sucette. J’passe allègrement sur « une minute dans la peau d’Aurélien » … Il est d’ailleurs à noter que mes lunettes ont un fort potentiel sexuel (c’est dingue le nombre de mots cochons que l’on peut balancer à une personne qui les porte … Burny doit s’en rappeler … Et Zem également, puisqu’il s’égosillait à gueuler « BIIIIITE ! CUUUUL ! » à toutes les nanas qui les ont essayées.) Pour ma part, la suite fut une longue discussion avec nem’ concernant l’âpreté des tortures que l’on peut infliger à des personnages de jeux de rôles sans sortir du politiquement correct … Bon d’accord, le « politiquement correct » fut très vite écarté de nos discussions et j’ai fait découvrir à Papy une infime partie du caractère sadique, insoupçonné bien que franchement présent chez cette personne toute mimi toute fragile de Nem’ … Papy m’a demandé ce que faisaient mes personnages et donc, ça a été une surenchère entre moi et nem’ de ce qu’on avait fait avec nos personnages : on retiendra de cet échange les expressions « allez pieuter comme un vampire masochiste », « trouer du connard à coup d’hameçon de pêche au brochet », ma petite préférée « arracher le clitoris à la pince » et une de nem’ particulièrement alléchante : « lui découper délicatement les couilles et les lui servir en accompagnement de ses dents»… Tout un programme ! Concernant les autres délires, ce fut la loi de l’emmerdement maximum dès que kouzou a tenté d’éteindre les feux car il fallait qu’il se repose un minimum pour le lendemain : devinez qui a eu l’idée géniale d’aller réveiller la tête au volant dormant ? Je vous l’accorde, entre zem’ et qq, la compétition est rude



Comment parler de cette fête sans mentionner également ce grand moment que fut l’entrée dans la tente de nem’, toujours dans les bons coups celle-là, décidément. Eh bien, rentrer dans cette tente fut déjà un exploit pour les quatre personnes qui passèrent avant moi (en vrac, farid, burny’, qq, zem’, kao’… ), j’ai dû donc rentrer par-dessus comme wous le mowntre la widéow et dark entra à la suite … en m’écrasant les burnes tandis que kao’ faisait montre de son élémentaire politesse en m’enfonçant un doigt dans l’cul avec force conviction. Ce fut bref mais intense (comment prendre en deux secondes une réputation de précoce …) pour nem’ qui demanda bien vite grâce à zem’, décidément increvable. En fait, Zem nous instruisait sur la pertinence du diction : « même sans instruction militaire, surveille bien tes avants et tes arrières ». Après plusieurs entrées et sorties … dans la tante … Euh, tente ! On se retrouve à nouveau dehors, dépités, comme de coutume, les dernières bières éclusées, qq semblait bien morose : il lui semblait avoir failli dans son rôle de barman mais il promit alors solennellement que, plus jamais, le forhum ne manquerait de carbure lors d’une toutouze. Là, ça devient flou … Un putain de mal de ventre me prend et m’tance pendant pas mal de temps jusqu’à ce que dark me rappelle que ça faisait looongtemps qu’on avait pas graillé. Qu’à cela ne tienne, le classique sandwich-coca me remet d’aplomb pour le reste de la soirée. Un autre aller dans la tente pour marquer l’coup… On s’sent bien serré n’empêche … Surtout entre burny et kao, j’peux vous l’assurer … On ressort aussi sec, si je puis me permettre l’expression. Dehors, c’est un ensemble de conneries aussi merveilleux qu’irréel. Le gros câlin donné à Burny , le dépoilage de dark, les emmerdements quand on veut faire une vidange, mais comme on l’a si bien dit avant moi : chaque moment fut parfait ! Des sketchs de kouzou décidément plein de surprises au regard ahuri de Papy lorsque nem’ lui contait avec une précision ahurissante de détail comment on pouvait dépioter un bonhomme pendant des heures sans le tuer en passant par les coups de téléphone. Petite parenthèse pour évoquer celui donné à Guilhem qui fut véritablement un moment de pur délire … qui a contrasté fortement avec celui donné à Inday… Comment j’aurais aimé lui parlé mais elle disait peu de choses, elle semblait avoir la gorge serrée, nouée … On pensait à vous les gens … Si seulement ça suffisait pour que vous fussiez transportés là, avec nous, en plein milieu de ce grand n’importe quoi forhumique… J’aurais donné beaucoup pour ça, je crois …




Fin de la parenthèse sentimentalo-anachronique et retour au récit ! On peut noter que, pendant tout de temps et conformément aux dires de mauvaises langues, la burny’ en question prenait bien garde à ce que la touze ne passe pas dans la tente à Amélie qui avait déjà déclaré forfait (précoce ). Burny, pitbull N°03 . L’heure avance, inexorablement et me revient à la pensée le fait que je dois conduire le lendemain … 04H30. Le temps pour moi de déclarer forfait à mon tour et de quitter les forhumeurs peu avant l’orgasme ultime. La banquette arrière m’accueille chaleureusement et me revoila plongé dans les bras de Morphée pendant moins de 5 heures.




Le réveil est pénible… La fin de la rencontre approche. Le petit déj’ est servi, gâteaux, coca, jambon. Je picore et rejoins les rares courageux debouts. Emmitouflés dans nos pulls, on n’en mène pas large. Burny’ a une tête de déterrée, amélie pareil. On sent que zem a passé une bonne nuit . Qq a l’air bien moins en forme pour pas dire à plat. Kouzou a repris son état presque normal. Dark et Martin nous rejoigne et c’est des ptites discuts’ tranquilles de gens qui ont l’air de se connaître depuis looongtemps. Les sourires se dessinent sur les visages. Et l’heure avance. J’ai pratiquement pas regardé mon portable mais chaque moment que je sentais filer me procurait comme un déchirement. J’avais envie de hurler ma rage surtout au moment où j’ai calculé que pour rentrer dans nos pénates, il nous fallait partir vers 10H00 … Le premier départ fut celui de nos admins. Comment ça m’a serré le cœur de dire à nouveau au revoir à Dark et à Martin. Deux fois en moins d’un mois, putain les gars :’S Ce regard de dark, p’tain, il me hante toujours … La gentillesse et le sourire triste de martin ... Les mecs, vous êtes parfaits. On les a fait partir au klaxon et Farid émerge enfin de sa tente avec disons … une distinction et une classe des raffinements les plus avancés. Enfin, ce sont les discussions avec lui … Les moments forts, les moments de déprime, on a l’impression d’avoir tout vécu sur le festival. Le pauvre est encore sous le choc mais … on sent que quelque part brille au fond ses yeux cette étincelle qui montre que le festival et la rencontre furent quand même des moments … particulièrement appréciables .



Puis enfin, retour vers kao’ et son sourire. Si le soleil ne s’était pas montré généreux le matin, les forhumeurs en revanche n’étaient pas avares de sourires qui vous réchauffaient le cœur en ces durs moments de pré-départ. Je commençais à discuter de choses et d’autres avec kao’ justement, nem’ était non loin. C’est là que qq est venu me voir : « on va bientôt y aller. » Là, ça a été le début d’une craquelure, d’une espèce de rupture. Mes premières pensées furent : « ça y est, c’est terminé. » Les suivantes furent pour marie, bigyo’ et mang’ouste. Les dernières peuvent se résumer en quelques mots : quand est-ce qu’on pourra bien remettre ce genre de putain de soirée avec tout le monde ?! Les au-revoir fusent. C’est avec un serrement au cœur et au bas-ventre que mon regard plonge dans celui de zem’, toujours enmomifié dans son sac de couchage … A bientôt gars, j’ai vraiment passé un putain de bon moment avec toi. Ce fut une énorme surprise que de le rencontrer en vrai. De même que pour farid. Un hug fugace entre nous et revinrent les paroles prophétiques : « de la chair, des os, du sang » qui résumèrent bien mon sentiment au moment du départ. Ensuite, ce fut nem’ je crois… CQFD, j’ai vraiment été triste de pas avoir pu discuter plus avec elle et enfin le flegmatique Papy … Enormissime, as I expected. Franchement, j’ai adoré te voir gars :’S C’est pas pour le plaisir de balancer des fleurs à tout l’monde que j’écris ça, … C’est que vraiment, vraiment, j’ai adoré chaque instant d’éternité passé en votre compagnie. On repart avec Perrine et Amélie, direction gare de Belfort, laissant derrière nous ces forhumeurs qui auraient bientôt la chance de revoir marie, bigyo’ et Céline. > .< On avait l’impression que ce chemin vers la gare ressemblait à un calvaire pour Perrine qui fut la première de la voiture à replonger avec le monde « réel ». Et ce fut loin d’être une partie de plaisir, j’ai donc joué un rôle de « grand frère » comme elle dit mais … walla quoi. Saloperie de monde réel.


Permettez-moi d’ailleurs de pousser une petite gueulante à tous ces donneurs de leçons qui sermonnent les « geeks » et les « no-lifes » en les traitant de désaxés, d’inappétents sociaux et autres billevesées du même acabit. Demandez-vous donc, mesdames-messieurs, si vous préférez votre monde « réel » où tout ou presque n’est que quotidien déprimant et chagrin sans fond, une fuite en avant vers le fatal tombeau à un moment comme celui que l’on a vécu à Belfort, totalement déconnecté de cette « réalité » mais où tout ou presque ne fut que bonheur pur, joie profonde, jouissance du présent sans une pensée pour le visage que revêtira le lendemain dans cette « réalité », où tous les délires semblaient possibles, irrémédiablement parfaits. Ainsi, mesdames-messieurs détracteurs, permettez-moi de vous dire qu’entre la grisaille quotidienne que constitue votre monde privé de rêve et de « folie » et cette vie passée sur le forhum et concrétisée par cette rencontre et les moments vraiment inoubliables de joie qu’elle a procurées, mon choix a été vite fait et c’est sans hésitation que je le réitèrerai, permettez-moi donc de vous intimer l’ordre de fermer votre claque-merde.



Nous arrivons donc à la gare au son de l’album Master Of Puppets . En un ultime clin d’œil, kouzou se gare véritablement à l’arrache. Les adieux sont faits… C’est la gorge serrée que je serre ma grande sœur de cœur dans les bras et que je lui souhaite une bonne suite de voyage. Elle s’en va donc avec Amélie. Je me saisis de l’appareil photo et filme donc la dernière vidéo des Eurockéennes. Complètement inutile mais elle a le mérite de montrer les deux piliers du forum dans une discussion presque normale. Le voyage de retour se fit. Kouzou prit la première partie de la route. Dans la voiture, ce fut le silence… ponctué tout de même par Dude Ranch de Blink 182 qui suivit l’écoute de Master Of Puppets, ensuite, Megadeth nous accompagna un brin … Le retour se faisait musicalement. Un arrêt au milieu de nulle part pour ravitailler en essence et bientôt, Kouzou me laissa le volant. De ma conduite, j’garde le souvenir du paysage qui nous entourait : celui de « le France du vide », monotone à souhait. Vide… Et ce vide fut très important pour moi car il me permit de me concentrer à nouveau sur le festival, de continuer à le « vivre » alors que je cheminais vers Reims. Kouzou et qq se sont tous les deux endormis fut un moment. Jérem’ devait récupérer de ses mauvaises nuits, Arthur alternait entre périodes de sommeil et périodes de réveil où il me prodiguait quelques conseils sur sa titine que décidément, je prenais plaisir à conduire. Ce grand rien continuait à m’inspirer des souvenirs, à faire revivre ses moments parfaits. Je crois que je dois remercier ce néant qui entoura la voiture car il me permit de ne pas replonger immédiatement dans le quotidien déprimant. Je continuais à vivre la rencontre entre le barman et le Master Flood même si c’était le retour, même si on parlait d’horaires pour le train de Champigny. On s’arrête à la station Reims-Champagne Nord pour refaire un plein d’essence. Kouzou file payer comme une flèche et revient avec un paquet de Prince. On arrive donc dans la Ville des Sacres. J’avais vraiment envie d’abréger et ça a été retour dans mon quartier direct. J’leur ai fait découvrir Saint Anne et ils sont venus passer un petit moment chez wam. Kouzou s’est familiarisé avec le synthé de ma tite sœur, un verre de jus de fruits plus tard, Jérem’ demande à voir mon ampli et j’l’entraîne dans le Sanctuaire où est rangé le matériel… Au départ, ça devait être un arrêt rapide chez moi … qui fut légèrement prolongé lorsque Jérem’ s’est emparé de ma gratte. Les lampes ont chauffé et ont donné. Et maintenant, je peux le dire sur le fo’ et vous foutre la haine à tous ! J’ai vu qq jouer d’la gratte, même s’il disait que c’était pas folichon, c’était toujours à des années lumières de ce que j’suis capable de faire. Lorsque la satu’ fut enclenchée et que qq gratte les cordes, il eut cette réflexion : « c’est ouf, c’est direct le même type de son » et blam, self esteem . Kouzou nous a rejoint et qq continuait à s’amuser, à nous sortir un peu de Dream Theater. Le saligotl a poussé le vice jusqu’à faire ce petit clin d’œil qu’est l’intro de I’m Alright ! Le bonheur, j’vous dis, le bonheur ! On a même eu le droit à une démo' de Kouzou sur Come As You Are . Tout était parfait pendant ces quelques instants, mais qui durent bien malheureusement s’achever. Je les raccompagnai à la cuisine où ils finirent leurs verres puis, ce fut le départ. Ce fut la mort dans l’âme que je me séparai de mes compagnons de voyage. Leur indiquer la direction de l’autoroute fut un bien triste moment. Même si on gardait des petits sourires de circonstance … Je n’avais qu’une envie : revenir 48 heures en arrière. Mais le temps fuit, inexorablement. Comme la micra qui partit donc de la rue de Courlancy pour rejoindre d’autres horizons, si lointains et si proches…



Epilogue :

Il convient donc d’achever notre récit en remerciant le courageux lecteur de l’avoir parcouru de bout en bout et d’être devenu lui aussi, un spectateur de Ce dimanche soir, a Belfort. Instant si anonyme pour beaucoup, mais qui signifie beaucoup pour nombre d’entre nous dont les rires sont montés parmi les étoiles de ce ciel bienveillant qui nous a permis de vivre pleinement ce bonheur sans intempérie, sans souci aucun. La rencontre forhumique fut orgasmique.

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:44

Bigyo' a écrit:Bon je sais que ça commence à dater maintenant mais bon, après le concert des Eurocks j'avais fait une "petite" review à chaud... J'avais pas eu l'occasion de la poster jusque là... Du coup j'suis un peu décalé avec tout mais bon, ça rappellera peut-être des souvenirs pour ceux qui auront le courage de la lire jusqu'au bout. Elle se divise en 6 partie que je vais divisé en 3 posts si vous le voulez bieng.
Let's Go !

Forever and a day

D.U.I.

Le ptérodactyle qui nous sert de corne de brume pour annoncer la fin du travail retentit enfin, je glisse le long du cou de mon brontosaurus en laissant exploser un cri de joie : « yabadabadou !!!! » Et hop j’atterrit dans la voiture de Risin’… Enfin presque, en fait je la retrouve attablée au snack de mon boulot, où elle a squattée plus d’une heure sans même consommer un truc… Elégant !
Enfin on s’en tape, après s’être dit vite fait bonjour, on se dirige vers sa voiture et on embarque sans plus tarder, direction une galaxie lointaine, très lointaine…
Le début de cette odyssée se fait sur des petites routes, le temps de rejoindre l’autoroute pour l’Enfer. Pendant ce temps là on tape la discute, sur qui viendra, sur le temps qu’on va mettre, et bien sur on commente « Rise And Fall, Rage and Grace » tout en l’écoutant, et on parle de musique et d’autres trucs en général. Le temps semble s’être accéléré, on passe déjà devant Bollène, un endroit que je connais un petit peu, j’y vais de temps en temps pour faire des jeux de rôles Grandeur Nature sur un flanc de falaise dans un village troglodyte. Puis on arrive sur l’autoroute, et là on avale les kilomètres comme une s***** avalerait une grosse b***. L’ambiance est cool, un vrai road trip à l’américaine avec des chips, de la bière, et de la musique qui tache. Le jour décline doucement à l’horizon, les nuages envahissent doucement le firmament, on passe à travers des collines blindées d’éoliennes, et on approche de Lyon. Risin’ est prise de panique à l’idée de devoir contourner la ville, mais heureusement je garde mon sang froid et grâce aux plans qu’elle a elle-même imprimé, je peux la guider dans les dédales autoroutiers. Finalement on arrive à bon port vers 21h30. Dans une zone industrielle en périphérie de Lyon, on se gare dans le parking d’un hôtel Formule 1. On prend la chambre, on pose nos bagages et puis on va bouffer dans un truc hyper classe : un restaurant Intermarché Trois Mousquetaires ! Bon on passe là-dessus, on mange, on discute, normal quoi et puis on rentre à l’hôtel. C’est la première fois que je rentre dans un hôtel comme ça, on a l’impression d’être dans un bateau Corsica Ferry ou SNCM, le bercement des vagues en moins. Après une rapide toilette, au dodo… Enfin… On ne dort pas vraiment, c’est tellement HOT dans la chambre… Mais rien de sexuelle pour autant hein… Juste une grosse chaleur qui nous a tenu éveillé. C’est sympa pour se reposer après 300 kilomètres de trajet doublé de 45 heures de boulot dans les pattes pour ma part. Enfin la nuit passe…

One Hundred Punks

On se réveille, même si on était pas vraiment endormi. Risin’ va se faire belle, je me passe un peu d’eau froide sur le visage pour me débarbouiller, et à peine prêt, PAPY nous envoi un texto pour nous dire qu’il arrive. On plie bagage et on va l’attendre au pied de l’hôtel. Tout juste après avoir réglé la note, on le voit arriver dans la voiture de son paternel. Détail important que j’ai failli oublié : il pleut. Depuis qu’on s’est réveillé d’ailleurs, et on commence à se dire qu’à Belfort le temps risque de ne pas être plus clément, et encore moins robert… Bref, on se présente au père de PAPY, surtout Risin’ en fait qui essai de le rassurer sur la sécurité de son fiston et sur la responsabilité qui lui ait dévolue. Une fois cela fait, PAPY prend ses affaires et ses piquets qu’il réserve à la banderole, on met tout ça dans le coffre de la voiture de Risin’ et on repart pour la fin de la route. On discute pas trop là, mais on écoute beaucoup de musique : The Offspring, Bad Religion, MGMT, Marvin Hood, The Blakes, Nirvana, etc. Tout le long de la route il pleut, et finalement je ne sais plus quel forumeur confirme à PAPY qu’à Belfort, il pleut aussi… Sur la route, on passe à travers le Mordor, on est harcelé au téléphone par une girafe brûlante et un administrateur informaticien, et au passage on paye un péage de 20 euros si je ne me plante pas, en pièces de cinquante centimes. On arrive à Belfort dans les temps, aux alentours de midi, il ne nous reste plus qu’à trouver le gîte que nous a réservé Mangouste. Mais ces cons de Belfortains sont en train de réaménager leur autoroute ou je sais pas quoi, et du coup on se heurte à des itinéraires de substitutions pas mentionnés dans le guide du routard intergalactique. Alors tant pis, en tant que copilote, j’avise… On rentre dans Belfort, et par un bon coup de bol, on arrive sur le chemin qui était indiqué sur les papiers que j’avais entre mes mains. Et finalement on arrive très vite à notre gîte entouré de vaches et de chênes. On appelle Mangouste et compagnie pour savoir leur position GPS par rapport à la notre : apparemment ils ne seraient plus qu’à une petite heure de route. Comme on a les crocs, PAPY, Risin’, et moi, décidons d’aller bouffer un morceau dans une auberge à 500 mètres de là, et au passage je me fais harceler par la moman du Forum pour mettre un K-Way qu’elle avait ramené... C’est une auberge sympa, on est super bien accueilli, Risin’ peut même y brancher son téléphone qui s’était déchargé de sa batterie avec tous les appels et texto incessants de certains d’entre vous. Là, on commande une pizza, vachement bonne d’ailleurs. PAPY et moi, on fini notre assiette mais Risin’ n’a pas une broyeuse en guise d’estomac, et donc on demande à l’aubergiste si on peut ramener les restes avec nous. Sur ce on retourne au gîte et là surprise ! Mangouste et ses passagers étaient arrivés et prenaient leur déjeuner sur le capot de la voiture. Pour ma part je ne vois que des gens que je connais : notre rongeur préféré bien sur, Mangouste, notre gay préféré, Zem’, la belle Kao’, ce taré de Powerhead, ah et non il y a une personne que je ne connais pas : Nemesis. Bon, on fait vite fait les présentations et les retrouvailles, on laisse les joyeux lurons finir leur repas et on leur file même le reste de notre pizza. Et là, je sens les regards moqueurs sur moi, les rires étouffés et les messes basses avec Powerhead… Mais que se passe-t-il ?! Apparemment, ça a un rapport avec la BD du Forum… Powerhead a fait une nouvelle planche… Qu’il me laisse finalement voir après avoir prit ses distances avec moi. Ce con là a du talent, même si pour le coup on se fout bien de ma gueule sur cet épisode là ! Heureusement j’ai le sens de l’humour et je trouve cette nouvelle page excellente, surtout le passage me concernant ! A l’heure où j’écris ces lignes je suppose que tous le Forum l’a lu et a du s’en payé une bonne tranche… Bon trêve de plaisanteries, après quelques photos et une hallucination de Powerhead au téléphone sur une vache qui chie, on se dit que ça serait bien de rejoindre les autres qui sont déjà sur le site ! Tous à la Risin’ mobile ! On suit Mangouste et son copilote Zem’, et ce qui devait arriver arriva : on se paume pour aller sur le site. Au bout d’un moment on croise des gendarmes qui nous indiquent le chemin… Et bon, après quelques péripéties, le parking des Eurocks montre le bout de son nez. Mais problème : on nous attend à l’allée V du parking mais on nous dit de nous garer à l’allée D. Risin’ commence à paniquer ! Mais une fois garé, et après quelques coups de fils, il est décidé que ceux de l’allée V viendront nous rejoindre à pied à l’allée D. Et au bout de 10 minutes à glander, on voit une troupe un peu louche se ramener… C’est étrange ce sentiment de voir des têtes connues alors qu’on ne s’est jamais croisé auparavant. J’ai pas de mal à reconnaître Aurélien, QQ, Kouyouz, Martin, et par déduction je me dis que ceux qui restent devaient être Dark et Burning Giraffe. Cependant une inconnue dans le lot : l’amie de Burning qui j’espère s’est inscrite au Forum à l’heure où j’écris ces lignes. Je crois que j’oubli personne… Et en arrivant ces cons de modos qui se mettent à genou devant Risin’. Et là ça ressemble à un rassemblement de secte entre ceux qui ont les même T-Shirt made in forum, la bannière, et l’ambiance familiale qui règne derrière les voitures de Mangouste et Risin’, d’ailleurs on commence à gêné la circulation dans le parking, donc finalement on dégage et on se met en route en direction des navettes, en laissant les piquets de PAPY pensant qu’ils ne passeraient jamais les contrôles de sécurité. Après que dire, que dire… Rien que pour la queue pour les navettes, j’ai jamais vu une file d’attente aussi longue, je me dis que ça va prendre des heures, mais finalement on monte dans un bus en même pas 10 minutes, à peine le temps d’échanger quelques mots avec Burning, Powerhead et PAPY. Ensuite bah direction le site…

[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:46

[...]

Bigyo' a écrit:Forever and A Day

One Fine Day

On arrive sur le site. On croise des gars qui vendent des tickets douteux, et une foule hétérogène, les contrôles de tickets et de sécurité se font rapidement et sans problème à part pour Kouyouz… Mais c’est vite réglé et on se retrouve tous à l’entrée du festival, il doit être environ 15 heures 30. On fait d’abord un petit tour du site. Il pleut, y’a d’la boue partout, on dirait Woodstock, les hippies, le sexe, les femmes à poils et la bonne musique en moins, mais avec vachement de merchandising et de vendeurs de saucisses ! On va de scène en scène, de stand en stand, on passe devant Moriarty, Zem’, Kao’ et quelques autres y écoutent quelques chansons. Puis on va voir ailleurs tous ensemble… Vu que la pluie n’a pas l’air de vouloir s’arrêter de tomber, on s’arrête à un stand qui vend des K-Way ! Et là surprise, je croise le visage d’une jolie jeune fille qui m’est familier, je fais quelques pas sur le côté et je peux découvrir que je ne m’étais pas trompé et en plus elle est avec un pote avec qui j’avais fait un groupe de punk vite fait quand j’étais à Toulon l’année dernière avant de déménager dans le Gard, juste après mon retour de Disney. Il y a aussi une autre fille que je connaissais mais que je n’avais pas vu depuis au moins ma classe de première, et puis d’autres gens que je ne connaissais pas. Ca me fait plaisir de les voir, je m’arrête un peu pour discutailler avec eux le temps que les forumeurs se parent en protection contre la pluie. Puis le cri de ralliement « Oh le Forum ! On y va ! »… Et là on passe d’une secte, à une sortie scolaire. Il manquait plus qu’à faire l’appelle et on s’y serait cru. On passe devant la scène où se produit Electric Electric… On écoute 30 secondes, mais on n’est pas super fan d’electro alors on se casse et on va se caler sous un arbre. On attend tout le monde on discute un peu, une brève discussion d’ailleurs sur les jeux de rôles avec Aurélien, et une fois que tout le monde est là on va sur « La Plage » où se produit les French Cowboy. Ca craint alors on se casse encore une fois.

Personnellement j’en avais rien à carrer de tous ces groupes j’étais vraiment venu pour voir The Offspring, pour me faire dépuceler non de diou ! Ca en a surpris plus d’un mais je n’avais jamais vu le groupe avant en concert, durant ces 8 dernières années je n’avais jamais eu l’occasion d’aller les écouter, c’est pour ça que ce jour là, ce 6 Juillet, est très important pour moi. Avec la classe, euh pardon, le forum, on avance jusqu’à un stand de bière. On commence à s’en boire quelques unes, gracieusement ramenées par Risin’, on discute, j’échange quelques mots avec un peu tous le monde sans non plus rentrer dans des discutions métaphysique, à dire vrai je crois que la personne avec qui j’ai le plus discuter pendant qu’on était sur le site du festival, c’est Amélie, la copine de Burning pas inscrite sur le Fo’. Pendant qu’on buvait nos bières, Geo arrive, dit bonjour à tous le monde, et puis pratiquement aussitôt se casse. Dans le genre passage éclair, ça se pose là. MGMT va bientôt se produire sous « le chapiteau » alors une partie bouge pour aller les voir, pendant que l’autre partie attend Patoff. Donc, Risin’, PAPY, Burning et sa copine, Aurélien, QQ, Zem’ et moi avançons jusqu’au lieu dit. Risin’ nous quitte rapidement pour aller voir des potes à elle. Au bout d’un moment on est rejoins par Powerhead. MGMT commence à jouer…Bon au début c’est sympa mais sans plus, mais en avançant dans leur show ça devient un peu mieux, et finalement c’est très sympa mais bon j’ai pas vraiment apprécié, j’étais concentré sur deux choses : le concert des Offs, et retrouver les Forumeurs au passage. Mais lorsque Sinik finit de jouer sur la grande scène, je peux voir une déferlante de personnes revenant de son concert : hallucinant, je ne me souviens pas avoir déjà vu autant de monde dans un concert, rien à voir avec le petit festival des Voix du Gaou où j’avais pu voir Iggy Pop. Powerhead et moi-même commençons à nous inquiéter de l’heure, et surtout on voit que pas mal de monde se dirige vers la grande scène pour voir Cali. On attend que MGMT finisse son show ou presque, et on s’attrape tous direction la grande scène.

La disposition est pas mal : la scène est situé au pied d’une colline ce qui fait qu’importe où l’on se trouve sur le dénivelé de la fosse on peut très bien voir la scène, et puis en plus il y a des écrans géants sur les côtés pour mieux apprécier encore. Toute la compagnie qui était à MGMT à l’exception de QQ et Risin’ se loge près d’un drapeau breton qui serait un bon point de repère. Risin’ m’appelle et me demande où on est, je lui dis qu’on est déjà dans la foule pour Cali mais qu’on va essayer de se rapprocher au plus près. Elle me dit que Mangouste et compagnie y sont déjà. Je fais passer le mot, Zem’ appelle Mangouste je crois, et on voit des petites mains sauté hors du peuple à 11 heures. L’objectif était fixé : rejoindre les autres à cet endroit là. Mais déjà Cali commence. Je n’avais pas vraiment un bon avis sur Cali, ce n’est pas trop le genre de musique qui me fait jouir, et je m’attendais à me faire chier pendant une heure. Mais en fait pas du tout ! J’ai l’impression que les autres sont restés assez insensibles à la prestation de Cali mais moi ça m’a bien plu. La musique est entraînante, l’homme est une bête de scène qui sait chauffer la foule, les spectateurs sont à fond dedans on sent une bonne ambiance, tout le monde tape dans les mains et saute, dans l’ensemble c’est pas mauvais du tout, c’est même plutôt pas mal, j’ai bien aimé, j’ai été agréablement surpris et je me suis quand même amusé. Et puis même si on aime pas, comparé à Offspring, on est quand même obligé d’admettre qu’il y a plus de vie durant un show de Cali que durant un concert de Dexter et ses potes. Vers la fin du concert, les mouvements de foule quittant la place se font sentir, on profite du passage d’une chenille en direction de la fosse pour s’attraper tous les uns les autres par les épaules et suivre le chemin. On fait ça deux trois fois, et quelques minutes après la fin de Cali on atterrit à trois têtes sur notre gauche de Mangouste, Dark, Martin, Nemesis, Kouyouz, et puis une nouvelle tête nous a rejoint : Patoff. Et là… plus qu’une heure a attendre la tension monte…

Beheaded

Une heure à attendre et la foule au niveau des barrières n’avait pas l’air de vouloir bouger. On est déjà bien serré, compressé comme des sardines en boîte et on a une heure à attendre dans cette position. Super ! Aurélien, et les autres en profitent pour mettre notre magnifique bannière orange au nom du forum le long de la barrière. Moi, j’avais devant moi Zem’, Burning et sa copine, et à mes côtés PAPY et Powerhead. J’étais à trois têtes des barrières. Powerhead commence à baliser. Tous le long de l’attente il aura passer sa tête sur l’épaule de PAPY à déprimer en se demandant ce qu’il foutait là alors que durant Cali on avait une excellente place loin de la fosse. En restant là apparemment on avait signé notre arrêt de mort. Bah même si j’avais une petite idée de la chose, les évènements allaient dépasser de loin ce que je m’imaginais. Derrière moi une blondinette exaspérée par le fait d’être compressé commence à baliser et à demander à ses potes si ça ne risquait rien parce que durant Cali elle avait déjà morflée. Elle pensait que ça ne pouvait pas être pire, elle se disait « ils vont quand même pas se battre ? ». Je me retourne et je la regarde et je lui fais un truc du genre « baaaah… un peu quand même ». Mais j’étais vraiment loin de me douter de l’ampleur que ça allait prendre à cette place là et je me sentais en sécurité avec ma surcharge pondérale (pour une fois qu’elle pouvait me servir !). Le chrono tourne, on compte les minutes et les quarts d’heures, j’essai de me retourner pour voir la foule derrière moi mais je vois rien du tout. A dix minutes du début du show, les écrans géants passent des pubs et un truc humoristique sur le festival un faux animateur qui demande à des vieilles dames si elles connaissent je ne sais plus quel groupe connu. On ne va pas préciser que tout le long bien sur, les roadies et autres techniciens étaient sur scène pour régler les différents instruments. Les écrans s’arrêtent, ils restent moins de cinq minutes, les lumières s’éteignent sur la scène, les écrans se rallument et montrent la foule que nous étions, là, la tension est à son maximum. J’avais d’ailleurs une putain d’envie de pisser ! Mais pas question de me barrer de là si proche du but. On se pose une dernière question avec PAPY et Powerhead : quelle chanson d’intro ? Bad Habit ? All I Want ? La foule se masse derrière nous et là je commence doucement à comprendre ma douleur… Et là le batteur dont le nom m’échappe au moment où je tape ces lignes, entre sur scène se cale à la batterie et fait entendre le son de sa grosse caisse…

[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:48

[...]

Bigyo' a écrit:PAM PAM PAM PAM PAM PAM PAM… Ce pourrait-ce ?... PAPAM PAPAPAPAM…Oui Americana en intro ! Excellent ! Je ne me rappelle plus dans quel ordre rentrent les membres du groupe, Greg, Noodles, je ne sais plus mais en dernier Dexter c’est sur… Et là… « Well I like to tell you all about my dream it’s a place !”… Et le pogo démarre, la foule tout autour de nous bouge, on est comprimé, écrasé dans tous les sens, j’essai de tenir et de chanter en même temps. C’est déjà énorme. Mais le plaisir ne va pas durer longtemps. Autour de moi, l’Enfer, et ni la pluie, ni la légère brise qui s’était levé n’arrivent à refroidir les ardeurs de la foule, et alors quand Come Out And Play commence c’est encore pire. J’essai de tenir dans ce mixeur géant, mais ça devient insoutenable, au passage j’écrase une omoplate, celle de la copine de Burning, et je peux d’ailleurs entendre un truc craquer… Les choses commencent un peu à s’embrouiller, l’instinct de survie reprend le dessus, et j’essai de me barrer de là à la fin de Come Out And Play. C’est clair que si je reste là je vais m’épuiser, et m’écrouler avant la fin et en plus j’aurais même pas profité du concert pour lequel j’étais venu, c’était trop con. Alors hop j’essai de faire demi-tour, PAPY je crois vois que je veux me barrer, et me dit que le seul moyen c’est de slammer. Quelle blague ! Au départ je préfère ne pas y croire et j’essai de lutter contre la marée humaine, d’ailleurs je n’entend même pas le début de Walla Walla, c’est seulement en remontant le courant que je m’aperçois de ce qu’ils sont en train de jouer. Mais tant pis, y faut que je sorte… Mais alors je vous laisse imaginer la chose : sortir de la foule en sens inverse pendant Walla Walla, autant essayer de remonter les chutes du Niagara à la nage. Finalement je demande aux mecs qui m’entourent de me faire slammer… Oui je vous vois bien rire derrière vos écrans. Là ma surcharge pondérale a bien joué contre moi… Tant pis, je ne peux compter que sur moi-même, en arrière toute vers le haut de la colline. Hammerhead commence, là je me souviens quand même m’être dit que ça me faisait chié, que j’aurais bien aimé profité de cette chanson, mais la survie avant tout ! Mais cette chanson va m’être salvatrice puisque moins connu peut-être que les autres, la foule bouge moins, et surtout le pont à la basse de Greg juste avant la fin de la chanson calme bien les choses et me permet de me frayer un chemin jusqu’à une zone raisonnable où il n’y a plus de pogo et assez de place pour respirer. D’ailleurs alors que j’avais perdu Powerhead et PAPY depuis Come Out And Play, voilà que je retombe sur PAPY ! Quelle chance ! Finalement je peux entendre la fin de Hammerhead. Mais il m’aura fallu pratiquement deux chansons pour faire une trentaine de mètres. Mais bon enfin sauvé, je peux respirer et profiter de la suite du concert, même si je suis déjà pas mal épuisé. La chanson qui suit est Gone Away si je ne me plante pas. Bon pas grand-chose à dire, c’est cool, j’ai déjà plus conscience de la chanson que les deux dernières. Puis vient You’re Gonna Go Far, Kid et là j’ai l’impression que la foule ne suit pas du tout, apparemment peu de monde s’est procuré le dernier album. En plus j’ai trouvé que le tempo ou la vitesse, ou les deux, étaient ralentis par rapport à la version studio, mais bon elle fait plaisir à entendre. Après je ne sais plus dans quelle ordre on a eu le droit aux chansons mais la setlist donnait à peu prêt ça : All I Want sans le « ok ? » au départ de la chanson… pourquoi avoir supprimé le « ok ? ». Dommage. Pretty Fly, sympatoche. Hit That, même si la plupart des gens du forum ont boudé cette chanson lorsqu’elle a été joué, moi j’ai autant apprécié que les autres (rien à carrer si on me traite de faux fans après !). Have You Ever suivit de Staring At The Sun, là c’était vraiment excellent, surtout à la fin de Have You Ever, est-ce qu’ils vont enchaîner avec Staring At The Sun ou pas ? Et finalement ils enchaînent, cool. Puis y’a eu Half-Truism aussi, elle est sympathique, elle a vraiment un bon couplet, mais le refrain fait malheureusement retombé la pression je trouve. Want You Bad, qui est tout aussi sympathique, qui fait bien bougé en live quand même. A un moment résonne l’intro de Bad Habit : ah bah cette chanson est énorme et donne toujours bien en live. Puis Dexter prend sa gratte acoustique à un moment, bon c’est pas pour Dirty Magic bien sur, mais pour Why Don’t You Get A Job. Et enfin la dernière chanson avant le break : The Kids Aren’t Alright, où le publique se plante encore et toujours sur les « woho ». Quand le groupe fait son break, la foule réagit bien, elle attend la suite, elle n’a pas eu son Self-Esteem alors elle fait un tonnerre de bruit pour le retour du groupe. Le groupe se pointe, apparemment ils sont plutôt content d’être là, même s’ils ressortent les vannes habituelles, notamment sur la kronenbourg, mais bon ils remercient la foule, et disent qu’on leur a donné envie de revenir un paquet de fois aux eurocks. Ca fait toujours plaisir. Le rappel commence par un petit Can’t Get My Head Around You, qui réchauffe un peu tout le monde mais c’est encore mieux quand ils enchaînent sur What Happened To You ! Personnellement là j’ai vraiment été ravi et surpris, même si selon les dire de certains c’est assez habituel qu’il la joue en live, moi je ne m’y attendais pas du tout à celle là donc j’étais à fond ! La foule aussi d’ailleurs même si elle s’est permise de rajouter des trucs dans la chanson. Et enfin, la dernière chanson, celle que tout le monde attend : Self-Esteem.

Et là c’est l’explosion ! Toute la foule saute, et chante, de là où on était durant certaine partie de la chanson ( je vous laisse devinez lesquels ) on entendait même plus Dexter chanter tellement la foule donnait de la voix, impressionnant et vraiment bandant. Et le concert s’achève sur cette bombe. Alors certes, c’est du classique dans l’ensemble, pas de surprise par rapport à ce qu’ils ont fait avant, et puis j’ai même cru entendre quelques fausses notes dans pas mal de chansons, mais bon, enfin je les ai vu et ça fait tellement plaisir de chanter ( faux mais chanter quand même ) avec eux des songs qu’on a écouté et qu’on écoute encore des milliers de fois. Et puis quand même y’avait de l’ambiance, à part ici sur ce forum, j’avais l’impression que le groupe était plutôt mal perçu par pas mal de gens, que c’était un groupe un peu carrément has-been qui n’était plus capable de rien, mais là on était des milliers de personnes et tous chantaient, sautaient et appréciaient ce qu’était en train de faire le groupe. Amazing ! Bref, je n’ai pas été déçu, ça correspondait exactement ce à quoi je m’attendais, c’est sur j’aurais préféré être vraiment surpris et ce sera peut-être pas le meilleur concert que j’aurais fais mais en fait je suis juste content d’avoir pu les voir enfin, c’était bien et c’est déjà pas mal.

Forever And A Day

I Choose

Le concert fini, PAPY et moi remontons la colline, comme tous le monde, le regard et l’esprit dans la vague, les dernières notes de Self-Esteem résonnent encore dans mes oreilles, j’avance dans la masse comme un zombie sorti tout droit de « la nuit des morts vivants ». On échange quelque mots avec PAPY mais pendant quelques instants j’avoue, j’étais ailleurs. Je commence à revenir sur Terre quand le fait de suivre la foule commence à me gonfler, vivement qu’on soit revenu au point de rendez-vous qu’on s’était fixé avant le début du concert, d’ailleurs j’espère qu’il y aura pas trop de monde. PAPY et moi arrivons les premiers je crois, et au bout d’un moment on est rejoins par Aurélien, QQ, et Kouyouz. PAPY va chercher un truc à boire, QQ et moi on va pisser (l’envie qui était partie durant le concert est soudainement revenu !). Quand on revient, plus de monde à rejoins le point de rendez-vous, mais ça reste assez confus, tout le monde fait des va et viens, quand on pense qu’on est au complet, on s’aperçoit qu’il manque en fait quelqu’un, et ça a duré un petit moment mais c’était du à plusieurs choses : Powerhead, malheureusement a paumé son portable durant le concert, il est dégoûté… PAPY ne cesse d’aller chercher des trucs à boire, il est parfois rejoins par deux trois autres comme Mangouste je crois… Je sais plus qui est ensuite aller voir à un stand de photo car plus tôt dans la soirée on avait été prit en photos par des pros… Et surtout, on a perdu Risin’ ! J’ai essayé de l’appeler mais soit ça captait pas, soit son portable était nase… Kao’ part à sa rescousse. Et pendant ce temps là, ça délire, ça vanne, ça parle, etc. J’échange là encore quelques mots avec Amélie la copine de Burny et avec Burny herself, on parle notamment de… Cali ! … Et du concert des Offspring of course. Une fois que tout le monde est réunit, quelques dernières photos et puis on se dit qu’on va se rentrer hein…’fin qu’on va surtout aller boire un coup sur le parking. Et là grand moment, lorsqu’on se met enfin en route, on déploie la bannière : On est 8. Kouyouz, PAPY, Nemesis QQ, Dark, Kao’, Aurélien et moi marchons côte à côte, plus ou moins au même rythme, la bannière sur le dos, soudé ensemble marchant vers la sortie du festival, en crabe pour passer les barrières qui servaient à contrôler l’accès au site au départ, puis nous étalant sur toute la largeur de l’allée conduisant aux navettes. On parle, on délire, et au bout d’un moment on entend Martin dire derrière nous un truc du genre : « euh les gens, faudrait avancé un peu plus vite, là on bloque le passage ». On se retourne pratiquement tous, et là putain de fou rire, des centaines de personnes suivaient derrière nous sans broncher. C’était vraiment énorme, on était les Rois, en tête du cortège, The Offspring-Fr s’étalant de tout son long et s’offrant aux yeux sûrement agacés des autres festivaliers obligés de suivre notre cadence. Un moment inoubliable que ces quelques minutes là. Puis on rentre dans le bus, sans lâcher notre bannière chérie, j’ai un petit coup de barre qui se fait sentir… Je n’avais pas été un acteur très important durant la journée, mais là le soir je sentais que je ne serais qu’un spectateur, c’était pas l’envie qui me manquait de participer à tous les délires, mais la fatigue et l’euphorie du moment commençaient à m’apporter un étrange vague à l’âme.

On descend du bus, toujours avec la bannière, et on commence à s’en prendre à Martin… Minuit approche et son anniversaire aussi. On tient le compte à rebours, et lorsque les douze coups de minuits sonnent, on entame tous un « Joyeux Anniversaire Martin », qui se finit par un ligotage de notre administrateur et un début d’agression sexuelle caractérisé. On arrive à la voiture de Risin’, et là se pose une question existentielle : on se pose où pour boire et tout ça ? A l’unanimité, on choisit de se déporter à l’allée V qui selon QQ, Kouyouz et Aurélien est un endroit désert normalement. C’est parti. Certains montent dans la voiture de Mangouste, certains dans celle de Risin’, certains sont déjà parti vers l’allée V. Il ne restait plus qu’une place dans la voiture de la moman du Fo’ et deux personnes à transporter… Finalement donc, ces deux personnes, Amélie et moi, décident d’allée à l’allée V à pied, tranquillou en discutant. Cette fille est très sympa, j’ai bien aimé discuter un peu avec elle, en tout bien tout honneur bien sur……. Bref, on arrive à destination. On est tous là, même les copines d’Aurélien, mais c’est normal, Powerhead essayait de se consoler avec l’une d’entre elle, il avait peut-être perdu son portable, mais pas le nord !

A partir de là que dire… On ouvre les bouteilles de rhum, le fond de whisky coca, les bières. Ne comptant pas me mettre la misère comme je l’avais fait au concert des Tagada Jones à Montpellier avec Risin’, je me suis grandement modéré, seulement un ch’tio gobelet de punch, un de whisky coca, et quelques bières, rien de bien méchant. On met les tentes « plop » encore emballés façon carapace de tortue sur le sol et du coup on peut s’asseoir ! Putain d’ailleurs ça fait du bien de s’asseoir… Et puis j’avais deux magnifiques dossiers : Nemesis et Mangouste ! Bon en revanche, en face de moi j’avais un grand parking vide à qui parler… Toute l’animation était dans mon dos. Enfin du coup j’ai pu parlé avec Mangouste un petit peu, c’était cool, je vais vous dire, j’aime bien cette fille (… mais non je dis pas ça à chaque fois que je parle à une fille roooh…) parce qu’elle est sympa et elle m’a l’air vachement posée et vachement sereine, ça contrastait un petit peu avec les délires qui se déroulaient dans mon dos, ou bien avec le feu de camp mega toxique à base de gobelet en plastique à côté de moi, mais le calme est aussi une chose que j’apprécie après des centaines de kilomètres de routes, une lourde semaine de boulot, et une journée trop remplie en émotion… C’est que je suis fragile moi vous savez… Du coup voilà, petite conversation perso et tranquille, parfois rejoins par Martin, puis par Risin’, et PAPY et Dark qui sont passés par là pour nous prendre en photo et vidéo. La soirée se passe, et on use un peu de la batterie de la caisse à Risin’ pour faire tourner un bon vieux The Offspring et un Ixnay On The Hombre, et peut-être que si j’avais un peu plus bu, et si j’étais pas aussi fatigué physiquement et moralement j’aurais pu en profité encore plus, car au final j’ai l’impression de pas avoir eu l’occasion de vraiment discuter et délirer avec tout le monde, ce sera d’ailleurs mon seul regret de cette journée… Tant pis, j’essai quand même d’en profiter un maximum et je me dis que ce sera pour une prochaine fois au pire. Et oui je sais pas si c’est normal ou pas, mais je me dis qu’un jour ou l’autre je reverrais la plupart des personnes présentent là, sûrement pour un autre concert de The Offspring d’ailleurs.

[...]

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Papy le Dim 4 Jan - 22:50

[...]

Bigyo' a écrit:A un moment je me rends compte qu’on passe des coups de fils, et qu’on appelle Inday d’ailleurs ! Hey ! Et on ne me la passe même pas ! Pas cool, mais la gentille Burny accepte d’user les dernières minutes de son forfait pour rappeler la jeune fille. Enfin, sauf que, c’est Risin’ qui a le téléphone en premier, et qu’elle lui dit « tiens je vais te passer quelqu’un que tu vas reconnaître » ou quelque chose comme ça, puis elle me donne le téléphone… Et au bout du fil, voilà qu’on me prend pour Martin et qu’on commence à me souhaiter un joyeux anniversaire… Elle m’a vachement reconnu tiens ! Et au moment où elle se rend compte de son erreur, elle me dit qu’elle va m’étrangler. Sympa, bon bah du coup je lui passe la personne à qui elle voulait vraiment parler tant pis…
Et finalement le moment de partir approche… Il faut dire qu’il commence à se faire vraiment tard et que Risin’ avait une longue route à faire le lendemain pour ramener PAPY et moi à bon port. On a juste le temps de signer la bannière et les cartes destiné à Bubule avant de décoller. On souhaite bonne nuit à ceux qu’on pense revoir le lendemain avant de partir, et un au revoir rapide aux autres. Il s’avèrera que certains à qui on a à peine souhaité la bonne nuit, ne seront déjà plus là le lendemain matin… On n’aura pas pu vraiment dire au revoir à QQ, Kouyouz et Aurélien... Bref, on laisse la voiture de Risin’ là et Mangouste, Risin’ et moi on monte donc dans la bagnole de Mangouste. Patoff monte avec nous, pour qu’on le dépose au niveau des navettes et qu’ils puissent repartir en direction de la gare. Mais la route est bouchée alors on doit le laisser vachement loin de là où c’était prévu initialement. Et là, à trois heures du matin, je dois faire le copilote… Putain, j’étais vraiment exténué, je m’endormais devant la carte routière, mais j’ai tenu bon et on est assez vite rentré et sans se planter de chemin. Une fois au gîte je n’avais qu’une seule idée : dormir.

A l’entrée du gîte, il faut enlever les chaussures. Putain, c’est pas évident d’enlever ces putains de rangers pleines de boues dans le noire quand on est crevé mais bon j’y arrive. La chambre où on dort est sympa. Il y avait la salle de bain et deux lits en bas, et en haut dans la mezzanine (je crois que c’est ça), deux autres lits plus des lits de camps. Bon, Risin’ et Mangouste décident de dormir en bas, donc je monte me coucher tout seul là haut (… Risin’ t’aurais quand même pu me laisser avec Mangouste, t’as pas assuré sur ce coup là… Euh… Faites comme si cette parenthèse n’existait pas…). Time to relax…

Je fais une longue nuit pleine de rêves qui étaient assez sympa et en rapport avec le festival et les gens que j’avais vu toute la journée mais au moment où j’écris ces lignes je ne m’en rappel plus exactement. Je dors 6 heures, et même si c’est pas suffisant, c’est toujours mieux que Risin’ et Mangouste qui ont dormi seulement 3 heures à cause d’une armée de mouches qui avaient envahit le gîte. Les joies de la campagne !... Je déteste la campagne… Vive le goudron et le béton ! Bon on règle et faut qu’on retourne sur le parking des Eurocks, on doit récupérer les tentes et PAPY avant de repartir pour le sud et ses chaleurs caniculaires. En passant on s’arrête à Netto, un magasin alimentaire pas trop cher que j’étais le seul à connaître, et on achète de quoi petit-déjeuner pour nos petits forumeurs préférés qui sont restés sur le site. Encore une jolie attention de la moman du Fo’ !

Sur place on ne traîne pas trop, juste le temps d’entendre les histoires de culs, de partouses et de mecs qui servent de traversins durant la nuit ; et de délirer sur la tente où se trouvait Powerhead qui n’arrêtait pas de s’envoler avec le vent et l’artiste à l’intérieur. C’était un putain de vent d’ailleurs, j’étais en T-Shirt et je me les suis gelés jusqu’à ce que je récupère une couverture qui avait servi dans l’une des tentes et qui portaient encore les odeurs bestiales de chacun d’entre vous. Une fois les tentes pliées c’est l’heure de dire au revoir. Cette fois c’est bien la fin… Je rentre dans la voiture de Risin’, des souvenirs plein la tête, des émotions plein le cœur, l’espoir un jour de participer de nouveau à un tel évènement, et toujours ce vague à l’âme qui ne m’avait pas quitté depuis la veille. La voiture démarre, un dernier geste de la main… Une longue route s’annonce…

Long Way Home

Si l’allée avait été un vrai plaisir, et la journée du festival un vrai bonheur, le retour est une vraie torture. Déjà pour rejoindre l’autoroute qui mène vers Lyon, j’ai putain de galéré… Non je ne conduisais pas, j’étais encore copilote. ‘fin du coup on peut dire que Risin’ et moi avons galérés. Avec leurs putains d’itinéraires de substitutions qui mènent nulle part, on a mis pratiquement une heure et demie pour sortir de Belfort… Une fois qu’on est sorti, coup de fil sur mon portable… Dur retour à la réalité : ma moman, ma vraie, pas celle qui conduisait à côté de moi. D’ailleurs je l’envoi un peu bouler au téléphone… Après une heure et demi à essayé de comprendre comment sortir de Belfort, un week-end sans repos, un trop plein d’émotion et ce putain de vague à l’âme, j’étais un peu sur les nerfs. Et j’allais le rester tout le reste du voyage. On s’arrête vite fait sur une aire de repos d’autoroute pas très loin de Belfort pour manger un casse-croûte qu’on avait acheté au Netto d’ailleurs.

Et puis on roule, on roule, on roule… On met de la musique au passage, je parle pas trop, PAPY et Risin’ non plus. J’espère que ça va allé pour Risin’, elle a pas beaucoup dormi, j’étais pas sur qu’elle puisse faire la route toute seule. La musique nous a tenu éveillé. Je sais plus par quoi on a commencé, je crois que c’était du White Stripes, puis du Rammstein, et un peu avant Lyon on s’est fait un gros passage punk qui perdura jusqu’à Bollène. Du coup on a écouté du Bad Religion, du Offspring, du Rancid, et du Pennywise. Un peu avant de prendre l’autoroute du sud après avoir contourné Lyon, on s’arrête dans une station service pour pisser et boire un coup. Je m’enfile deux Red Bull d’affiler pour être sur de tenir le coup… Et dans cette aire de repos on apprend qu’on va faire face à un bouchon de 7 kilomètres au moins. GE-NI-AL ! Mais on n’a pas le choix… On sera prit dans un embouteillage pendant une quarantaine de minute si j’me plante pas, durant laquelle l’un de mes meilleurs potes m’appelle et avec qui je tape la discute tranquille pendant 20 minutes au moins. Désolé Risin’, et PAPY mais je lui avais pas parlé depuis le mois d’Avril pratiquement, j’ai peut-être pas été correct sur ce coup là de taper la discute avec lui alors que vous étiez à côté, mais à ce moment là j’avais vraiment envie d’être ailleurs qu’en plein cagnard dans un bouchon… Toutes mes confuses. Après ça, on trace assez vite, PAPY roupille à certains moments du voyage. Au niveau de Bollène j’appelle ma vraie moman pour qu’elle vienne me récupérer à Nîmes, et là c’est elle qui m’envoi bouler au téléphone… Mais je la connais, elle sera quand même à l’endroit prévu pour me prendre.

C’est un petit peu avant ce moment là que Risin’ décroche un peu au niveau de la conduite, elle ralentit le pas, elle est fatiguée et elle commence à avoir peur… Et alors quand on arrive vers Nîmes elle commence à baliser sur l’endroit où elle doit me déposer, j’essai de la rassurer en lui expliquant que c’est très simple et en essayant de garder mon calme parce que là, elle commençait un peu à m’énervé… On sort de l’autoroute, on se gare dans un parking juste après le péage, mais il y a un petit problème avec l’endroit choisit, ma mère s’était planté elle pouvait pas venir jusque là, il faut m’emmener encore à quelques centaines de mètre de là, et Risin’ qui insiste sur le fait qu’elle ne connaît pas Nîmes, je lui fais remarqué un peu sèchement que moi non plus et qu’elle n’ a pas à s’en faire pour le nouvel endroit c’est juste à côté, prêt d’une concession Alpha Romeo, il suffira de repérer les drapeaux… A ce moment là, j’avais les nerfs à vifs. Ca arrive rarement, mais ça arrive… Bon on trouve ma mère, je remercie Risin’ et j’essai de m’excuser pour mon comportement agacé, je lui dis au revoir, ainsi qu’à PAPY et hop j’embarque dans la voiture de ma moman, direction chez moi, retour à une vie ordinaire…

En conclusion, j’en profite déjà pour remercier encore une fois Risin’ d’avoir bien voulu faire le détour jusqu’à Anduze, de m’avoir emmener et ramener de ces Eurocks et d’avoir été au petit soin avec moi, même si je n’ai pas voulu de ton K-Way, et désolé si sur le voyage du retour j’ai été un peu agressif, c’était la fatigue… Ensuite, bah, merci à vous tous, j’ai été très heureux de vous connaître, content d’avoir vu que malgré mon absence de ces derniers mois, on ne m’avait pas complètement oublié, content d’avoir pu parler et délirer avec vous tous, qui êtes tous aussi géniaux les uns que les autres, j’ai pas de mot pour décrire cette espèce d’osmose qui s’est produit entre nous tous durant cette journée, alors qu’on se connaît à peine, mais les choses se sont mise en place naturellement et c’était tout simplement incroyable. Bon, de toute manière j’ai déjà remercié tout le monde dans un post précédent, et je pense que si vous avez tout lu jusque là, vous en avez sûrement marre, alors j’arrête ici… a bientôt tout le monde, IRL j’espère, et merci.

Papy
Damnit, I Flooded Again
Damnit, I Flooded Again

Nombre de messages : 3226

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [6-7 juillet 2008] Eurockéennes de Belfort - Reviews

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:24


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum